attraper le temps qui file…

17 janvier 2020

Vol de grues

             Une grue
             S'estompe dans le crépuscule
             Et traîne ses ailes comme de la fumée.
                                          Sumitaku Kenshin *

Au salon Création et Savoir-faire, outre quelques achats utiles ou prévus de longue date, nous avons fait une folie : un lot de papiers origami à motifs japonais, pour confectionner un mobile de grues. Le choix du kit, des motifs, nous a pris du temps, d'autant plus qu'il était difficile d'approcher du stand. Vu le prix du papier, Marie s'est longuement entraînée sur du papier ordinaire avant de se lancer dans le pliage de nos grues. Et moi qui suis moins douée qu'elle, je me suis contentée de les monter en guirlande, en nouant le fil autour d'une perle à chaque intervalle (la perle se place dans le ventre de la grue)

17 janvier - 5

 

Une jolie guirlande qui vient rejoindre mes petits bateaux.

17 janvier - 117 janvier - 2

17 janvier - 317 janvier - 4

 

* J'ai reçu pour Noël un joli recueil d'Haïkus

Posté par Agdel à 19:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


13 janvier 2020

Défi de Virginie : 2/52

Et voilà, dès la deuxième semaine, je flanche ! Hier matin, je suis sortie faire un tour de l'étang avec le projet de courir. Je n'ai donc emporté que mon téléphone et pris quelques photos, en espérant faire mieux l'après-midi. Et puis je me suis attelée à un gros travail pour les scouts, qui nous a été demandé lundi soir ; je ne pensais pas avoir tant de mal à réunir les textes et chants nécessaires. Je me suis battue avec Powerpoint, qui s'obstine à transformer mes textes en listes. Si bien qu'en fin de journée, je n'avais pas bougé du bureau. J'avais pensé poster ma photo ce matin, en arrivant au boulot, juste avant d'attaquer l'inventaire, mais voilà, le câble du téléphone est resté à la maison depuis les vacances. Et l'appareil refuse de communiquer "sans fil" avec l'ordinateur, vive la technologie.

Le thème du jour est une leçon de photo : le cadrage et la règle du tiers. Je pense avoir respecté la consigne : un tiers d'eau, un tiers d'arbres, un tiers de ciel. Mais je voudrais bien un peu plus de soleil !

12 janvier - 1

Posté par Agdel à 20:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2020

Les petites souris

Lundi, pendant la pause-café, ma collègue a reçu une photo de sa petite-fille toute neuve, née 55 minutes plus tôt ! Alors je me suis dépêchée de lui coudre une trousse, pour qu'elle puisse l'emporter avec elle, lorsqu'elle ira faire sa connaissance.

11 janvier - 1

J'en ai profité pour minuter mon travail : excepté le choix des broderies et du tissu (qui peut prendre très longtemps quand je suis en panne d'inspiration), il me faut 3h30 pour une trousse.

11 janvier - 3

Cette fois, les petites souris ont été une évidence dès que j'ai aperçu le tissu dans le placard. Mais je ne savais pas que la petite Anaïs arrive dans la maison d'un chat… j'espère qu'ils deviendront bons amis !

11 janvier - 2

Petit détail symbolique : la doublure est coupée dans un ancien drap qui appartenait à ses arrière-grands-parents

11 janvier - 4

 

 

Posté par Agdel à 15:03 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

10 janvier 2020

10 du 10 : papiers

Notre inspiratrice a quelques déboires informatiques, visiblement, mais elle est fidèle au rendez-vous :

« Nous sommes presque le 10…

...et si vous passez voir si j'ai un thème à proposer, je vais dire : Papier.

Je vous passe mes cyber-déboires, j'ai utilisé beaucoup trop de temps  à essayer de comprendre pourquoi différentes applis refusaient de fonctionner si je n'avais pas le téléphone portable sous la main (Vérifiez votre code!!!), si je ne tapais pas à la vitesse super-V (votre session a expiré) ou si je ne donnais pas mon code postal. Faut pas chercher. 

Au final ce n'est plus que sur l'ordi que ça fonctionne (touchons du bois, d'ailleurs, ça va avec le thème, le bois est transformé en papier. mais de nos jours le papier se recycle, heureusement. J'arrête. ) »

À l'époque de la dématérialisation, le papier est encore utile :

Pour quelques documents administratifs

10 janvier - 2

 

… qui attendent leur classement

10 janvier - 7

Pour réviser un examen (j'ai privilégié l'achat d'occasion, mais on ne m'a pas envoyé le bon livre !)

10 janvier - 1

 

Je me suis lancée (très modestement) dans un simili-bullet journal simplifié :
quelques listes (aide-mémoire pour mes mots de passe, films à voir, recettes à essayer, projets couture), une double-page pour le mois avec les grandes lignes

10 janvier - 3

 

et une page par semaine, en essayant de barrer toutes les lignes (raté),
où l'on constate que le papier est trop fin pour dessiner au feutre

10 janvier - 4

 

Des papiers de soie de récupération, que je vais repasser

10 janvier - 5

pour en faire un bouquet de chocolats et fruits secs, pour l'anniversaire de notre voisin-ami-président de l'Amap

10 janvier - 10

De beaux papiers récupérés (des tirés-à-part jamais réclamés par leurs auteurs) destinés au pliage/découpage

10 janvier - 8

Un patron à replier soigneusement

10 janvier - 9

Et mon cahier de recettes (on voit les pages qui ont beaucoup servi !)

10 janvier - 6

 

 

 

 

 

Posté par Agdel à 23:24 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2020

Je soutiens le gang !

C'est Annabelle qui a attiré mon attention sur ce mouvement : un certain nombre de blogueuses (couturières, mais pas que…) ont envie de revenir sur leur blog, délaissé au profit d'Instagram, et de faire revivre la blogosphère des débuts (voir leur appel, tout en bas).

Pour ma part, grâce à une grande inertie technologique, je n'ai pas besoin de ce retour : Instagram, je connais à peine. Si je veux y voir des photos, je demande à mes filles ! Sur mon smartphone, j'ai le strict minimum des applications nécessaires (la mémoire est très vite saturée) et les notifications (que je viens de trouver comment annuler) m'informe que ma moyenne de temps d'écran est de 12 minutes par jour (je préfère de loin le grand écran de l'ordinateur et un clavier sous mes doigts malhabiles). Prendre des photos avec le téléphone ? Ce n'est qu'en dépannage (de toutes façons, la batterie s'épuise trop vite à mon goût).

Mais si ce gang des couturières blogueuses permet de retrouver la convivialité des débuts, je suis pour ! Si j'ai bien compris, il s'agit de publier,  à peu près en même temps, des articles sur un thème commun, et de les commenter. 

Chaque fois que j'ai répondu à un défi de ce genre, j'ai fait de belles rencontres : Annabelle avec les petits défis de Casa, Anne et Loulou, grâce à La vraie vie des blogueuses normales, J'habite à Waterford et Tanette (pas encore dans la vraie vie) avec les 52 mercis, Virginie par le biais d'Anne, et ça continue, avec les 52 photos.
(vous avez remarqué, ce paragraphe est plein de liens ? Quel symbole !)

« Pourquoi je blogue ? »

J'ai beau avoir atteint un âge respectable, je ne suis pas très ancienne dans la blogosphère. Nous avons eu internet à la maison en 2004 seulement, avec l'achat d'un nouvel ordinateur (le précédent datait de 1991). Nous avions l'un et l'autre une messagerie professionnelle qui nous suffisait, pour les quelques contacts indispensables de l'époque. Peu après, nous nous sommes équipés d'un appareil photo numérique, puis d'une imprimante. Et nous avons conservé notre Minitel quelque temps encore. En 2008, je me suis inscrite sur un forum, pour discuter avec quelques couturières. Nous échangions de bonnes adresses, des astuces, des tutoriels, nous nous retrouvions (pour celles qui le pouvaient) à l'Aiguille en fête, nous avons même organisé quelques swaps, des patrons ou chutes de tissus ont circulé par la poste. C'était aussi un moyen redoutable de découvrir les nouveautés : je me suis équipée de livres japonais (chez Pomadour), d'une brodeuse, de revues Ottobre (en allemand ou en anglais), d'une surjeteuse, j'ai un peu voyagé, aussi.

Pour montrer mes petites coutures, je déposais mes photos chez un hébergeur, mais très vite, j'ai atteint la capacité maximale (c'était peu). J'ai changé d'hébergeur, puis je me suis décidée à ouvrir ce blog, il y a 8 ans. En plus de pouvoir partager mes coutures et mes recettes, il m'a permis de faire de nombreuses rencontres, de découvrir l'entraide entre de parfaites inconnues (n'est-ce pas, Lapunaise ?). Et puis c'est devenu aussi un petit journal familial (même mes filles le lisent parfois, ou le montrent à leurs amis !)

 

« Pourquoi je couds ? »

Ah… j'ai toujours cousu, je crois bien. D'abord, il y avait Mamie : dotée d'une solide formation de couturière, elle nous habillait, cousait rideaux, coussins et nappes, habillait mes poupées. Du plus loin que je me souvienne, il y a le bruit de sa machine à coudre (une Singer électrifiée — d'ailleurs je m'étais électrocutée en touchant à la pédale) ou des ciseaux coupant l'étoffe, contre la table en bois. Je jouais avec les chutes de tissu, les boutons, les épingles…

À la maison, nous avions aussi une Singer, mais mécanique : il fallait lancer le volant et actionner la grande pédale en rythme, des deux pieds (plus tard, j'ai joué de l'harmonium, c'était à peu près pareil). Dès l'école primaire (et mes premiers cours de couture à la main), j'ai commencé à me servir de la machine. J'y cousais des déguisements pour ma sœur et moi. Il y avait au Havre quelques magasins de tissus à bas prix. Lorsque Philibert a ouvert face à mon lycée, c'était le bonheur : on y trouvait tout, du coton basique à la toile imperméable, des matières pour le sport, l'ameublement, la bagagerie… et toute la mercerie possible et imaginable.

J'étais en cinquième quand Maman a acheté une machine dernier cri : une Singer électronique, avec une bonne trentaine de points fantaisie. Nous passions du point droit avant-arrière au zig-zag et aux boutonnières ! C'est à ce moment aussi que sont sortis les premiers numéros de Prima, avec chaque mois un patron très simple, des explications en photos (après Burda, quel confort !). Pour Mamie, évidemment, j'étais une hérétique : je ne marquais pas les valeurs de couture, je me contentais d'épingler avant de piquer ! Je n'arrondissais pas mes ourlets (ah, le supplice des longues minutes debout sur la table, à tourner lentement pendant qu'elle posait ses épingles) et je ne les cousais pas à points invisibles à la main ! Mais elle a tout de même consenti à admirer mes travaux, voire me donner quelques coups de main au besoin, plutôt que de me dire « Laisse, je vais le faire, ça ira plus vite et ce sera mieux ». Avec ma robe de mariée, je me suis appliquée : j'ai fait une toile, j'ai marqué les pinces avec un fil de bâti, j'ai cousu mon (grand) ourlet à la main. Il faut dire que j'avais mixé deux patrons de marque différente (je n'avais peur de rien). J'avais une petite Brother, prêtée par ma belle-sœur (elle faisait le zig-zag, mais toujours pas les boutonnières). À la naissance de Marie, j'en ai acheté une plus perfectionnée, que j'ai usée, en quatorze ans de couture intensive, avant de la remplacer par ma machine actuelle. Et comme Mamie n'était plus là pour me donner ses précieux conseils, je me suis équipée du "manuel de la couture pratique" de Burda (c'était avant internet)

Et aujourd'hui, pourquoi je couds ? Parce que je peine souvent à trouver les vêtements que j'aime : les jupes sont trop étroites aux hanches ou trop larges à la taille, les chemisiers sont en synthétique que je ne suppoorte pas, les bretelles ou les manches sont trop longues, les robes trop courtes. Parce que j'aime à offrir des cadeaux faits-main à ceux qui les apprécient. Parce que ça me détend (heu… pas toujours), parce que j'aime terminer un ouvrage, parce que je m'aperçois que je progresse encore après tout ce temps et que ça me fait plaisir, parce qu'il y a tellement de beaux tissus et de jolis patrons que je n'aurai jamais assez de temps pour tout coudre !

 

Voici l'appel du GCB : 

Posté par Agdel à 16:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


06 janvier 2020

Et première couture 2020

Marie avait, à Épinal, des boîtes de verre fort pratiques : elle passent au four et au micro-ondes (avec un couvercle en silicone pour éviter les projections) et sont hermétiques. Je refuse désormais de réchauffer un plat dans du plastique. Depuis son retour, nous utilisons ces boîtes pour nos petits plats du midi. Mais ce qui devait arroiver arrivé Le sac plastique contenant le récipient de Paul (heureusement vide à ce moment-là) est tombé quand il a ouvert son casier, hop, en miettes, la boîte !

6 janvier - 1

Je lui ai donc cousu un lunch-bag matelassé pour éviter un nouvel accident : un thermocollage de vlieseline H630 sur le sac extérieur et une couche jusqu'à la moitié de la hauteur pour la doublure. Ainsi, ses repas devraient arriver instacts jusqu'à sa salle de pause (après… je ne garantis rien)

6 janvier - 2

6 janvier - 36 janvier - 4

Posté par Agdel à 19:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2020

Défi de Virginie : 1/52

C'est reparti pour les photos du dimanche chez Virginie, avec une grande variété de thèmes.

Ce dimanche, on s'attaque aux 5 sens avec la vue.

C'est important pour moi (enfin, lequel des sens n'est pas essentiel ?), mon travail est entièrement visuel, mes loisirs aussi : musique et couture. J'ai la chance d'avoir une assez bonne vision, je suis devenue légèrement myope vers 20 ans, la correction en est facile.

J'ai choisi, il y a près de 10 ans, une paire de lunettes bleues, les moins chères du magasin. Le verre gauche ne corrige rien, si j'ai bonne mémoire. Je les porte pour conduire, surtout la nuit, pour regarder la télévision ou aller au cinéma.

Comme la presbytie commence à faire une apparition discrète, je dois enlever mes lunettes pour voir de près, ce n'est pas encore très gênant. Pour coudre le soir, découdre (surtout du noir) ou quelques travaux de précision, je me suis équipée d'une paire de lunettes-loupes, les moins fortes du marché. Elle m'ont coûté 99 centimes dans un magasin qui vend de tout, autant dire qu'au-delà de 30 cm, j'ai la tête qui tourne ! 

Évidemment, passant 8h par jour sur écran, à distance fixe, j'ai parfois des problèmes de mise au point (surtout que mon bureau est équipé d'un velux, je ne peux donc pas regarder au loin), alors il m'a fallu fréquenter une orthoptiste pour faire travailler mes muscles optiques paresseux. Le premier bénéfice, à ma grande surprise, a été la (presque) disparition de mes douleurs cervicales ! Régulièrement, dès que je sens la fatigue visuelle revenir, je fais les exercices préconisés : afficher « Camille » en relief, donner la souris au chat, ou, plus difficile, déplacer la flèche face à chaque chiffre. J'ai même converti mes collègues, qui passent dans mon bureau regarder une ou deux pages de Magic Eye (idéal pour relâcher les muscles).

5 janvier - 1

 

Posté par Agdel à 12:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2020

Visite à la Reine

Je voulais profiter de ces quelques jours de vacances pour une petite sortie parisienne. Alors nous avons bravé la grève des trains et des métro et les portillons bloqués (une histoire de pass navigo pas dézoné, un peu pénible) pour nous rendre à la Conciergerie. Au début de la visite, il y avait foule, mais comme toujours, les visiteurs finissent par se disperser (que deviennent-ils ? Sortent-ils avant la fin?)

Jeune reine soucieuse de se libérer de l'étiquette, très vite calomniée, elle est représentée au fil de l'histoire comme une icône de mode, protectrice des arts, mère exemplaire, folle dépensière, puis martyre. L'exposition, outre quelques pièces historiques (actes judiciaires, lettres, vêtements et objets) présente les livres, essais, romans, pamphlets qui lui ont été consacrés, des extraits de films, de nombreux tableaux, à travers des thèmes aussi divers que les portraits, la chevelure, l'imagerie populaire, les témoignages des derniers jours, les mangas, les produits dérivés…

Après les kilomètres de couloirs de Châtelet, voici enfin la Conciergerie. 

4 janvier - 1

 

Le catalogue des tissus des robes, pour vérifier que les couturiers exécutent bien les commandes

4 janvier - 2

Le portrait de Vigée le Brun et… son adaptation par Barbie !

4 janvier - 34 janvier - 4

Admirer de près les costumes de cinéma 

4 janvier - 54 janvier - 6

(heu…c'est normal, cette pression en plastique ?)

4 janvier - 7

Les poupées d'un goût douteux, à tête amovible !

4 janvier - 84 janvier - 9

Il y a même eu un épisode du Bébète show consacré à Louis XVI et Marie-Antoinette ! 

4 janvier - 10

Le magnifique salle d'armes de la Conciergerie

4 janvier - 11

Une salle émouvante où l'on peut chercher les noms de tous ceux qui sont passés devant le Tribunal révolutionnaire

4 janvier - 12

Ensuite… je n'ai pas retrouvé les sensations de ma précédente visite à la Conciergerie, mais je devais être en quatrième ou troisième. Je crois me souvenir qu'il y avait des mannequins de cire dans les cachots (ou bien, j'ai confondu avec le Musée Grévin), c'était un peu effrayant, plus sombre aussi. 

Posté par Agdel à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 janvier 2020

Dernière couture 2019

En cette fin d'année, j'ai d'abord liquidé ma pile de vêtements à réparer :
Mmm, changer la fermeture d'un pantalon, quel plaisir ! Ou cette fente indéchirable mal nommée :

3 janvier - 1

 

Puis j'ai attaqué la première ligne des projets en attente, avec un sac pour les baguettes du samedi-dimanche. Guillaume essaye tant bien que mal de rapporter les sachets en papier, mais ils se déchirent. Et puis il en avait assez de rapporter ses baguettes dans des sacs couverts de publicités.

3 janvier - 23 janvier - 4

J'ai eu de gros décalages sur certaines parties de la broderie, sans trouver d'explication.

3 janvier - 3

 

Les prochaines coutures sont un peu plus longues et compliquées ! 

Posté par Agdel à 18:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

02 janvier 2020

Nouvelle année

Il est temps de vous souhaiter une très bonne année 

Qu'elle soit douce, joyeuse, inventive, créative et… écologique !

1er janvier - 6

Après une Saint-Sylvestre tranquille à la maison (tous les jeunes étaient partis fêter avec leurs amis respectifs) et une bonne nuit, nous avons retrouvé nos filles pour le traditionnel brunch de début d'année

1er janvier - 1

avant d'aller faire le tour des étangs, histoire de nous réchauffer (si, si, marcher dans le froid et l'humidité, ça réchauffe, à condition d'être bien couverts et de marcher vite). Les cygnes étaient au rendez-vous, ainsi que les foulques, les canards, les deux hérons et le cormoran, et la famille daim semblait au complet.

Paul est rentré de son périple (une nuit presque blanche et très peu de transports en commun) et Marie et moi sous sommes activées en cuisine, histoire de commencer l'année en beauté : 

1er janvier - 3 
Mousse de canard (avec une part de houmos pour le végétarien) et fruits secs

1er janvier - 2

Fromage frais, concombre, champignons, truite fumée, citron

La base était une pâte de cake salé, assez épaisse pour rester à peu près en forme dans le moule carré (j'avais calé quelques emporte-pièces). Pour le zéro, j'ai utilisé le moule à savarin. C'était peut-être un peu épais (2 cm), nous l'avons trouvé trop bourratif… une prochaine fois, je ferai une pâte à choux ou simplement des tranches de pain de mie.

Pour le dessert, une base de financier

1er janvier - 5 

crème légère à la vanille, framboises, myrtilles, nougat, pistaches

1er janvier - 4

mousse au chocolat, clémentines, maltesers et amandes

Posté par Agdel à 18:18 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :