Quand mon amie E… m'a appelée avec le projet de déguiser les 14 grands enfants de sa crèche, j'ai dit oui, bien sûr. Une semaine plus tard, il s'agit en fait de déguiser les grands ET les moyens, soit 39 enfants au total, avec des tissus africains (enfin, des vêtements plutôt). Un rendez-vous manqué pour mettre le projet au point, et c'est une semaine perdue (là, la panique monte un peu…).

Mercredi, nous coupons 3 "patrons", avec pour repères des patrons de manteaux de bébé et un carnet de santé (pour les courbes de tour de tête). Le lendemain, E. m'appelle : c'est trop petit, on décale tout d'une taille.

Le modèle est tout simple : une base rectangulaire qui va jusqu'au milieu des bras et descend à mi-jambes. Un trou pour la tête, des coutures verticales sous les bras qui séparent les "manches" du "corps", mais les manches restent soudées. Bon, ça devrait être simple… mais même simple, ce n'est pas si rapide : 10-12 minutes par tunique, je n'y arriverai jamais !

6_mars6

C'est là que m'est venue l'idée de génie (si, si !) : utiliser la main-d'œuvre gratuite et corvéable à merci que j'ai sous la main (Comment ça, vous n'y croyez pas ? Ah, chez vous non plus ?)

Bon, en fait un Fiston qui avait des choses à se faire pardonner et qui a deux heures de libres… et qui pique à peu près droit, j'ai testé le jour où il a voulu se coudre un sweat en polaire, j'en ai encore des sueurs froides de voir les épingles se précipiter à grande vitesse vers le couteau de la surjeteuse !

 6_mars1 6_mars2

D'un coup, j'ai doublé ma productivité : il surfilait les bords, je faisais les ourlets des encolures et les coutures des "manches", voilà comment on fabrique 24 tuniques en une demi-journée (eh oui, j'attends le reste des tissus…)

6_mars4 6_mars5

Il n'y a plus qu'à passer le balai : 6_mars3

Tout ceci me ramène 8 mois en arrière, quand je m'étais lancée dans une autre folle opération : les"sacs des guides", avec mon équipe de choc : une dizaine de jeunes filles de 11 à 15 ans, novices en couture… pour réaliser 85 sacs (commandés d'avance, personnalisés et brodés par mes soins, quand même, je n'allais pas leur confier ma brodeuse !) Elles ont appris que coudre, c'est souvent… découdre, repasser aussi. 3 machines à coudre, une surjeteuse, je ne savais plus où donner de la tête, mais au final, les demoiselles ont pu partir 15 jours au Danemark !

guidesGuides2