Non, je ne suis pas en avance pour Halloween !

Cet été, j'ai eu pitié de mon cahier de recettes tout délabré, qui perdait ses pages. J'ai donc acheté un beau cahier relié et je suis partie en vacances avec le tout, recopiant soigneusement quelques recettes chaque soir au retour de la randonnée, et supprimant sans pitié celles qui s'étaient avérées décevantes. Il m'est resté en fin de séjour quelques pages de recettes alléchantes mais jamais testées, et je me suis fixé pour but de les réaliser avant la fin de l'été. Notamment celle-ci : la pâte feuilletée facile. Je me faisais une montagne du feuilletage de la pâte, et finalement, tout s'est plutôt bien passé pour un résultat fort honorable, peut-être pas à la hauteur d'un grand pâtissier, mais en tout cas bien meilleur que les rouleaux du commerce, auxquels le vinaigre (conservateur) donne un goût désagréable. Alors, quand j'ai vu ce billet de Ciloubidouille, j'ai eu envie de réitérer (pour vérifier que ça n'était pas la chance des débutants).

Je vous préviens, il faut du temps devant soi, pas possible de se lancer dans une pâte à 19h pour faire des feuilletés pour le dîner ! Comme aujourd'hui je suis restée travailler chez moi pour cause de grève de cantine et étude, j'ai pu me lancer (chaque étape ne prend que quelques minutes, ce sont les temps de repos qui sont longs)

Il vous faut :
Pour la détrempe : 200g de farine, 1 c à c de sel, 35g de beurre froid, 3 CS de lait froid, 4 CS d'eau glacée.
Mettre le tout dans une terrine, écraser le beurre à la fourchette (ou si vous avez un robot avec couteaux, mettre dans la cuve et donner quelques impulsions, surtout ne pas laisser la pâte se former, elle serait trop dure !), puis finir de pétrir rapidement la pâte à la main, sans trop la travailler. Former une boule, emballer de film transparent et placer au froid pendant 1 heure.

11 octobre01 11 octobre02
On passe au début du feuilletage : peser 50g de beurre d'une part, 40 g d'autre part, couper en petits morceaux. Sortir la pâte, l'étaler en un long rectangle. Disposer les 50 g de beurre au milieu de ce rectangle (pas trop au bord)
11 octobre03

Replier la pâte en trois sur le beurre, tourner le carré obtenu de 90°C et étaler de nouveau en rectangle allongé (là, c'était l'étape que je redoutais : on m'avait parlé de scènes d'horreur, de beurre qui n'attendait que ça pour s'échapper de la pâte et se projeter dans la cuisine, mais non, le mien reste sagement dans sa détrempe, à peine parfois un petit morceau qui transperce et colle au rouleau, je mets un peu de farine et tout va bien…).

11 octobre04  11 octobre05

Disposer le reste du beurre au milieu, replier en 3, faire un quart de tour, étaler en rectangle.

11 octobre06 11 octobre07

Replier en 3, emballer le pavé obtenu dans le film et remettre au froid pour une heure.

Ding, dong, c'est l'heure du tour suivant : on étale, on replie en 3, on tourne, on étale, on replie, on emballe, on place au frais pour une heure.

11 octobre09 11 octobre10

Et tout ceci encore une dernière fois.

Une heure plus tard vous pouvez sortir votre pâte pour l'utiliser, ou bien la conserver jusqu'au lendemain soir, pas plus tard, justement à cause de l'absence de vinaigre. Je rappelle aux étourdis qu'il ne faut pas remettre la pâte en boule avant de l'étaler, sinon adieu le beau feuilletage !

Ce soir, ce sera feuilletés chèvre-épinards !

11 octobre15 Là, ça a failli virer à la catastrophe : je me suis mise à déchiffrer une sonate de Pepusch averc ma grande et les épinards ont commencé à attacher au fond de la casserole ! J'en ai sauvé juste assez pour garnir ma pâte.

11 octobre16

 

Et commentaire du Fiston : Ils sont magnifiques, on dirait la photo du catalogue Picard (Pff, faites des gosses !)

 Conclusion : Mais pourquoi ai-je attendu si longtemps ? Finalement, c'est plus facile que ça n'en a l'air, la recette a réussi son examen de passage et est allée rejoindre les copines dans mon beau cahier.

11 octobre14

11 octobre11 11 octobre13

11 octobre12Re-commentaire du Fiston « Ben Maman, pourquoi tu as brodé des macarons alors que tu les rates toujours ? »