Cette année, Casa nous propose de tester chaque mois une nouvelle technique de couture. Quelle bonne idée ! Ça va me permettre de progresser…

Je m'y suis prise en avance, car pour moi, matelassage rime avec patchwork (eh oui, je ne me sens pas encore prête à me lancer dans le boutis) et j'avais envie de tester le quilting à la brodeuse. Je suis nulle en couture à la main et encore plus nulle en piqué libre à la machine à coudre. J'ai donc repris le disappearing nine patch, testé cet été, coupé mes carrés de tissu, cousu, recoupé, re-cousu… j'étais prête pour affronter la dernière étape. Samedi, je coupe molleton et doublure et je fais un essai sur un premier quart. Bon, ça demande une certaine dose de patience, j'ai bien dû remettre 6 ou 7 fois l'ensemble dans le cadre avant d'obtenir un bon placement, bien droit et bien symétrique. Je brode le premier motif et ça me plaît !

 6 février1

Et puis je me remets à un autre projet (la dinette pour Gloewen) et lundi soir, catastrophe : la brodeuse s'éteint en plein chargement de motif. Dès que j'essaie de lire la clé USB, la brodeuse redémarre. J'essaie la carte, pas mieux, pire même, l'écran se fige ! Me voilà limitée aux motifs qui sont en mémoire dans la machine, autant dire pas grand-chose… Hier donc, j'emballe ma chère brodeuse dans son carton et je la rapporte au magasin, pour une séparation que j'espère courte.

 

 

Magie de Canalblog, ou prise en flagrant délit de programmer mes articles à l'avance ? Voici donc ce qui vous auriez dû lire ce matin, mais entre-temps j'ai eu un jour de (presque) chance :

mercredi 8h : rangement de la cuisine. J'entasse dans notre petit congélateur tout ce que je peux pour vider celui du garage, qui commence à être bien givré, je stocke le reste dans des glacières et je débranche l'appareil.

8h30. Je vais à la douche ou pas ? J'attends d'une minute à l'autre le poseur de cuisine pour de petits réglages, j'espère qu'il ne sera pas en retard car Aurore a son cours d'alto ensuite. Bon, je file prendre une douche rapide et bingo ! le poseur arrive ; ma fille le fait entrer pendant que je m'habille en quatrième vitesse.

9h30 : le poseur est reparti, il a fait son travail vite et bien, m'a proposé une bonne solution pour la hotte qui est posée de travers (sans commander un nouveau meuble et démonter tous les meubles hauts…) Je m'attaque au congélateur, raclette à pare-brise dans une main, sèche-cheveux dans l'autre.

10h : c'est fini, nous allons partir…

11h30 : nous voilà revenues de l'école de musique, Aurore est fin prête pour son audition-pré-examen de la semaine prochaine. Je charge ma brodeuse dans le coffre, nous voilà reparties.

12h30 : après avoir fait le plein de GLP, je trouve une place juste devant le magasin ! (c'était loin d'être gagné) Le technicien prend ma machine, je lui propose de la brancher pour voir… après quelques explications sur ce qui s'est passé, il décide de reformater clé et carte dans l'un de ses appareils et miracle, tout refonctionne. Quelques conseils plus tard, je repars grandement soulagée.

Je vais donc vous faire profiter du conseil à mon tour : heureuses détentrices d'une brodeuse Janome, n'insérez jamais la clé ou la carte dans le lecteur sans avoir au préalable éteint votre machine, idem pour les retirer ! Il peut se produire à ce moment une micro-coupure de courant qui peut gravement endommager le système !

14h45 : grande fille récupérée au collège et renvoyée à son cours de violoncelle, je déballe ma machine, toute contente, et je me remets à mon travail en me disant que j'aurais peut-être fini à temps pour le défi. Je mets les motifs sur la clé, j'allume, j'importe et… Arggghh, rebelote ! Bon, on respire, on reformate la clé, on essaie avec un autre motif : nickel. Effectivement, l'idée m'avait traversé l'esprit sur la route du retour : un fichier de broderie peut-il être vérolé ?

16h15 : j'ai conduite mon altiste à son cours de formation musicale, suivi de l'orchestre, suivi d'une répétition avec piano (elle va être bonne à coucher à son retour), j'ai donc quelques heures tranquilles devant moi, sans "Maman !" toutes les 5 minutes. Je redémarre mon ordinateur sous W-XP (eh oui, j'ai un Mac), je lance le logiciel de la brodeuse, j'importe le fichier… tout va bien… je lui redonne un petit nom sympa et je le copie sur la clé, ouf, c'est passé (j'avais comme dernier recours d'ouvrir un fichier d'un autre format et de le convertir avec Tajima). Inutile de vous dire que je ne suis pas prête à les broder de nouveau, ceux-là, et que je vais tendre le dos à chaque importation de motif pendant quelques semaines…

Il y en a une autre qui ne s'est pas remise de cette aventure : la tablette de chocolat noir aux noisettes !

 Voici donc ma participation à ce petit défi matelassage, avec un résultat mitigé : j'aurais pu m'épargner le travail de patch préalable, l'envers est bien plus beau que l'endroit. Si un jour d'inconscience je refais ces broderies, je me contenterai d'un tissu uni ou à petits motifs provençaux.

6 février46 février5

Bon, revenons donc à notre quilting machine ! Si j'arrive à peu près, après quelques essais, à centrer mon tissu dans la largeur du cadre, ce n'est pas forcément le cas dans la hauteur, ne serait-ce que parce que j'essaie de ne pas mettre de molleton dans la partie haute du cadre, non réglable en largeur, il ne manquerait plus que je le casse en plus ! Donc, comment savoir avec précision si le motif sera bien centré ?

Attention, nouvelle astuce broderie : il suffit de placer un point juste au centre du motif (oui, un point, vous avez bien un alphabet sur vos brodeuses, non ?) Au moment de broder, on descend l'aiguille à la main pour vérifier que le point se situe au milieu du motif de patchwork. Ce n'est pas le cas ? Il vous suffit alors de décaler le motif en hauteur, jusqu'à ce que ça coincide. On peut même mettre 4 points aux angles du motif, si on le souhaite… et de ne pas broder ces points, juste 2-3 coups d'aiguille, pour les défaire facilement ensuite, avant de passer à la couleur suivante.

6 février26 février3