Je viens de découvrir la fonction retardateur de mon appareil photo ! Ce qui est très pratique lorsque, ayant à peine terminé la blouse qui m'occupe depuis une semaine, j'envoie mes filles chercher des marrons en forêt moins d'une heure avant la tombée de la nuit (non, je n'espère pas qu'elles se fassent dévorer par des hardes de sangliers déchaînés, et pourtant, elles m'ont bien fait tourner en bourrique ce matin, c'est juste que j'ai trouvé une chouette idée de bricolage pour Halloween et qu'elles avaient besoin de prendre l'air et de se défouler loin de mes oreilles). Bon, ce serait bien qu'elles rentrent, maintenant, parce qu'il fait tout-à-fait nuit.

Malgré le manque cruel de soleil (nom d'un petit bonhomme, la météo hier soir nous promettait une autre journée brumeuse le matin et quasi estivale l'après-midi, au point que j'ai renoncé à faire l'échange des vêtements hiver/été dans mon placard… et j'ai eu froid toute la journée !), j'ai pu faire quelques photos potables de ma blouse portée.

28 octobre128 octobre2

Et hop, on lève les bras pour vérifier que ça ne tiraille pas du tout et que ce n'est pas trop court.

Z'avez vu mon beau pantalon bleu ? Je l'ai trouvé cet été, chez une grande marque de vêtements bretons, il m'allait à peu près (ça baille encore pas mal dans la cambrure du dos, mais avec une ceinture, ça passe), mais alors… il n'allait avec rien, à part du blanc ou du gris. D'un autre côté, j'avais ce superbe Liberty Boxford offert par ma belle-sœur l'an dernier, dans lequel je tremblais de couper. La suite s'imagine aisément : je vois ce patron Ottobre qui me plaît, je le coupe dans un tissu d'essai (avec une seule manche : rapide et efficace), je retire quelques fronces dans le dos, je réduis l'ampleur des manches, les rallonge*, j'essaie de nouveau, tout va bien. Je cherche un tissu contrastant pour le plastron, sors tout mon stock de dentelles, puis décide que je m'en passerai très bien. Et dimanche, je coupe le devant, le dos, une manche… et découvre que le motif a un haut/bas ! Misère ! J'ai failli me retrouver avec les fleurs en en-bas comme Monsieur Jourdain ! Mais non, j'ai eu de la chance, j'avais positionné correctement mon tissu, ouf !
(et pas de raccord de motif à prévoir , mais méfiance avec le Liberty, ce n'est pas la première fois que je découvre après-coup qu'il a un sens)

28 octobre328 octobre4

Plastron (normalement contrastant) bordé d'un faux-passepoil, minuscules boutons de mon stock (un chouilla difficiles à boutonner d'une seule main), les boutonnières m'ont donné des sueurs froides comme d'habitude, ma machine adorant faire du sur-place dès qu'il y a un semblant de différence de niveau.

* Alors là, mystère… les vêtements du commerce ont toujours des manches trop longues pour moi mais c'est rarement le cas avec les modèles Ottobre, pourtant, avec des poignets boutonnés, j'imagine que ce n'étaient pas des manches 3/4 ?

Ottobre 5/2013, blouse n° 3