Dernier jour, un gros orage a éclaté hier soir, il a plu une partie de la nuit mais ce matin, le ciel est tout bleu ! Comme nous n'avions pas laissé de caution, nous pouvons quitter l'appartement dès que nous sommes prêts. Un peu de rangement, un dernier tour pour vérifier que rien n'a été oublié avant de claquer la porte… et nous disons adieu à notre logis provisoire (dans la maison de Rossini !)

 8 mars018 mars02

Astuce du jour : avec le développement des locations d'appartements se pose le problème des bagages. À l'hôtel, vous pouvez déposer vos bagages à la réception en quittant votre chambre. Ce n'est pas possible quand vous louez à un particulier, le départ se faisant vers 10h en général. À Barcelone, nous avions pu garder l'appartement jusqu'à 16h car il n'était pas loué les jours suivants. À Londres, nous avions déposé notre gros sac à la consigne de la gare et porté toute la journée nos sacs à dos. À Rome, nous sommes tombés dès le premier jour sur une consigne à bagages à deux pas de l'appartement. Un service qui est amené à se développer largement, je pense, dans les grandes villes touristiques.

Allégés de notre sac, nous voici partis vers l'un des musées nationaux de Rome, le Palazzo Massimo, consacré à la Rome antique : statues, fresques et mosaïques de villas romaines (installées selon leur disposition d'origine, c'est très réussi et les couleurs sont incroyablement préservées), sarcophages spectaculaires (notamment ceux représentant des batailles) et au sous-sol, une immense collection de monnaies, de bijoux et d'objets de la vie quotidienne (dont l'ancêtre de Barbie, toute articulée). Encore une fois, je suis impressionnée par les connaissances d'Aurore, qui me fait une lecture détaillée de bas-reliefs.

8 mars03

8 mars048 mars05

8 mars068 mars07

8 mars098 mars108 mars088 mars12

Aux origines du Dear Jane ?

8 mars11

Les premières Barbies : leur morphologie a quelque peu évolué au cours des siècles…

8 mars138 mars14

8 mars15

Comme nous sommes près de la gare Termini, aucun souci pour trouver nos pizzas du jour, que nous mangeons en établissant notre programme de l'après-midi, histoire ne n'avoir aucun regret (tant pis pour les thermes de Dioclétien).

Ce sera donc : le musée du Palazzo Altemps (ce cardinal a fait réparer les sculptures antiques qui lui plaisaient le plus, elles ont donc retrouvé des nez, des bras… c'est parfois maladroit mais témoigne d'une époque, un peu comme les reconstitutions de Viollet-le Duc ; par ailleurs, ce palais est une splendeur : tout comme au Louvre, on en oublie les vases ou les statues pour garder les yeux au plafond — j'y aurai gagné un début de torticolis)

8 mars268 mars27

8 mars248 mars22

8 mars258 mars23

Les ruines du jour (forums d'Auguste et de Trajan)

8 mars168 mars178 mars18

Puis le Panthéon, même si ce n'est pas le plus beau monument romain (Paul et Marie tentent une mise en abyme)

8 mars20

et partout, nous croisons des écossais en kilt : le match Italie Écosse a eu lieu quelques jours auparavant)

8 mars198 mars21

St Ignace de Loyola (un peu décevante à côté du Gesu, mais une belle exposition de sculputures d'arbres basée sur l'encyclique Laudato si)

8 mars308 mars318 mars29

Une dernière glace avant de récupérer notre sac, acheter notre pique-nique du soir et nous diriger vers la gare du Trastevere

8 mars28

Voilà, c'était un beau voyage. Je me suis fait la réflexion, quelques jours plus tard, qu'il n'y a eu aucune dispute chez nos ados, aucune plainte (à part quelques "j'ai mal aux pieds ou j'ai faim" qui nous concernaient tous) ; chacun y a trouvé son compte (et pourtant, à une époque, ils n'étaient pas tous amateurs de visites d'églises ou de musées). Des ados qui ont grandi et qui acceptent encore de partir avec leurs parents *, c'est quand même très chouette !

 

* et qui remercient !