La couture au quotidien n'est pas toujours enthousiasmante, mais dans ces cas-là, c'est bien pratique de savoir coudre !

Je ne parle même pas des boutons qui se détachent, des pantalons qui s'usent, des coudes de pulls à renforcer, des manches de chemise trouées au niveau du poignet (un mystère, je suppose que c'est le bord du bureau qui frotte toujours au même endroit, dans ce cas, je mets une pièce confectionnée avec l'intérieur de la poche de poitrine et c'est reparti pour quelques années)…

… mais quand Aurore a décidé quelque chose, inutile d'essayer de la faire changer d'avis ! La jupe rose pour sa confirmation, exactement semblable à sa jupe noire de concert, je n'ai eu qu'à commander du jersey et relever un patron, trop facile !

22 février6

Le bandeau en laine… j'avais dit « oui, on verra » mais elle m'a apporté aussitôt un pull qu'elle ne mettait pas et est revenue à la charge, jour après jour, jusqu'à ce que je m'exécute.

22 février5

Enfin, mère indigne qui assume : Marie m'avait demandé il y a longtemps de remplacer la pochette intérieure de sa boîte de violoncelle, trop petite pour y ranger un crayon et ne fermant pas en haut. D'autre part, j'avais bricolé vite-fait (il fallait protéger le parquet tout neuf) à ses débuts un cale-pique provisoire : une planche en pin de récup sur laquelle j'avais vissé un bout de sangle pour le pied de la chaise… provisoire qui a duré 11 ans ! À Noël, enfin, elle a reçu un beau cale-pique (et transportable). J'ai sorti une chute de velours, de la doublure, récupéré les velcros de l'ancienne pochette et confectionné un étui à colophane-crayon-cale-pique digne de ce nom. La boîte étant doublée de molleton, il suffit de scratcher la pochette là où il y a de l'espace (pas facile de photographier du noir).

22 février1

22 février2

22 février322 février4