C'est fou comme de petits grains de sable dans le quotidien peuvent prendre des proportions inquiétantes :

Le joint d'une des nouvelles fenêtres qui s'est détaché, le rendez-vous pris par mon mari à 13h30 avec l'entreprise de pose (et je sais qu'il y aura du retard) alors que j'ai un autre rendez-vous pour récupérer une commande une heure plus tard (je ne l'informe pas de mon emploi du temps du mercredi), ce voyant qui s'est allumé sur la voiture ce matin, notre facture internet prélevée dans son intégralité malgré 4 jours de coupure et 3 semaines de dysfonctionnements (mais on me propose quelques chaînes en plus pendant trois mois, sans blague ?), trois jour de galères ferroviaires, la blessure d'Aurore qui cicatrise mal alors qu'elle s'apprête à partir au Frat, la chambre en chantier, des partitions à aller photocopier au presbytère, la messe à préparer et ce baptême dimanche avec l'incertitude de la présence de Marie, le temps qui manque, la chaleur de plus en plus lourde…

et voilà mon humeur qui tourne à l'orage !

5 juin - 1

Quelques jours plus tard : il a plu (plusieurs fois), j'ai pris rendez-vous au garage (mais le voyant s'est éteint), un ami m'a scanné et envoyé les partitions, le joint de fenêtre est remis en place, la messe était belle et joyeuse ainsi que les baptêmes, un nouveau rendez-vous est fixé pour récupérer mes pressions (si le monsieur ne m'oublie pas, cette fois), Aurore est partie avec sa blessure, mais aussi une trousse médicale bien garnie et une jeune infirmière, et revenue avec quelques larmes parce que c'était tellement intense, Marie nous a gentiment accompagnés et a été fort joliment récompensée… et puis nous avons cueilli des quantités de cerises, pris le petit déjeuner sur la terrasse, dormi (surtout !).

5 juin - 2

… alors la chambre est encore plus en chantier (lessivage en cours) mais l'orage est passé et je respire mieux, jusqu'à la prochaine fois !