04 février 2018

Un monde tout en vert

Fin septembre, nous avons accepté la mission d'accompagnateurs compagnons. Ce sont les « plus âgés des jeunes » chez les scouts, ils ont 17 ans et ils ont choisi de vivre les prochaines années en équipe autonome. Plus de chefs pour organiser les activités !

Le premier temps se passe à faire équipe, vivre des temps ensemble (un week-end campé, une marche, des réunions…), à s'associer à des partenaires pour des projets plus ou moins longs (Croix-rouge, aide aux migrants, maraudes, soutien scolaire…), à trouver des extra-jobs pour le financement de leurs activités et à préparer un camp d'été (toujours avec un partenaire). Le deuxième temps est assez similaire, si ce n'est qu'une difficulté s'ajoute du fait qu'ils sont à présent étudiants et que leur camp d'été est un projet humanitaire à l'étranger. Enfin, un troisième temps consiste à témoigner de leurs expériences, relire le chemin parcouru et s'engager à titre personnel (beaucoup deviennent alors chefs, mais il peuvent choisir d'autres missions de bénévolat). Chacun de ces temps peut durer une année, mais l'équipe de Marie, par exemple, a choisi de faire deux années de premier temps, avec un camp en Corse, à restaurer des sentiers de randonnée, et un autre dans les Alpes, au service d'un centre de vacances pour personnes handicapées. Chacune de ces expériences les a transformés, mûris, ils ont surmonté des difficultés (le partenaire un peu étourdi qui ne leur fournit pas le matériel promis, le franchissement d'un col à vélo, le train remplacé par un car — que fait-on des vélos ?), connu des hauts et des bas, mais leur motivation ne s'est pas envolée au fil du temps !

Notre rôle est d'accompagner l'équipe, sans céder à la tentation de les diriger ou de faire à leur place et, très important auprès de jeunes en terminale, de leur rappeler les échéances : le dossier de camp est un gros document administratif à remplir en temps et en heure, au risque de ne pas se voir autorisés à partir en camp ! 

4 février - 2

C'est pour cela que nous sommes partis en équipe, ce samedi, en formation. 120 jeunes et une trentaine d'accompagnateurs, ça fait du bruit, ça bouge. Nous avons pu profiter du confort un peu spartiate d'une chambre d'internat (les jeunes, eux, dormaient sous la tente, avec une température proche de 5 degrés et de la pluie, il faut être jeune ! Et scout !) et de la cantine. Il fallait se munir de chaussons, obligatoires dans toutes les salles du lycée, gymnase compris.

4 février - 1

Mais où sont mes chaussures ?

4 février - 4

Apprentissage de plein de nouveaux mots (Expériment, Yabboq, pistes d'action, AP territorial, CMPP), de la façon de vivre pleinement le scoutisme et pas seulement de bons moments entre copains, échange d'équipes, discussions entre accompagnateurs, avec les formateurs, réflexions sur l'aspect spirituel (la pierre d'achoppement, souvent, à cet âge)

4 février - 34 février - 54 février - 6

 

Je renoue donc avec l'adage « scout toujours ». La chemise verte, je ne l'avais jamais eue, j'étais passée directement des caravelles à cheftaine, faute de co-équipiers. Et ne je sais pas dans quel déménagement j'ai perdu mon foulard bleu (marine et ciel) du groupe Notre-Dame-des-Flots, mais j'ai conservé tous mes insignes, je n'ai plus plus qu'à les recoudre…

 4 février - 7

Paul est monté en grade, il est à présent accompagnateur pédagogique des chefs louvetaux au niveau du territoire (et à ses heures perdues, formateur de ses  parents pour les guider dans le labyrinthe de l'intranet). Quant à nous, si nous avons accepté la mission avec plaisir (malgré beaucoup d'appréhension), nous nous arrêterons là. Jamais nous ne serons Responsables de Groupe ! 

 

Posté par Agdel à 21:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :