Un mois que j'ai à peine vu passer, un mois où j'ai travaillé plus que jamais : arriver 1h ou 1h30 plus tôt le matin, manger devant mon écran le midi, repartir 1 ou 2 h plus tard que d'habitude, travailler à la maison lorsque c'est possible (sur le logiciel de musique ou pour des relectures) le soir, les jours fériés, la tension qui monte de jour en jour, les douleurs au poignet, aux épaules, les insomnies, la chaleur lourde, les travaux dans l'immeuble en face (se concentrer quand un perforateur et une tronçonneuse à carrelage fonctionnent de 8h30 à 17h sans interruption, ça use !), les travaux de câblage de notre entreprise (ah, la joie des coupures internet ou téléphoniques au moment le plus inopportun), celui-qui-ne-doit-rien-savoir qui arrive au beau milieu d'une journée où j'avançais bien (et évidemment, les jours où il n'est pas là, je suis plus ou moins désœuvrée)… plus que quelques jours !

Un mois où mes étudiants ont bouclé leurs inscriptions pour l'an prochain (avec un peu de mon aide et quand j'entends certains collègues me raconter les "oublis" de leurs jeunes, aux conséquences parfois graves, je me dis que ce temps de relecture n'est pas superflu, on a vite fait d'oublier d'envoyer un papier, de cocher une case, de laisser passer une date limite).

Un mois où nous essayons de profiter du jardin, tellement beau en ce moment… mais les orages quotidiens nous ont un peu gâché les dernières soirées.

31 mai - 1

1/ Retrouver notre maison après quelques jours et nos petits plus petits du tout. 2/ Mercredi, c'est raviolis ! 3/ La séance de Pilates a été douloureuse mais j'ai bien ri avec Marie. 4/ Un visiteur impromptu du bout du monde, un joli paquet-surprise dans ma boîte aux lettres et… deux heures aux urgences pour Marie mais rien de cassé, ouf ! 5/ Où je découvre que je cours beaucoup mieux et que je m'essouffle moins en parlant avec Aurore. 6/ Réinstaller nos amis dans leur séjour refait à neuf. 7/ Une séance de travail matinale avec une ancienne collègue-amie. Je préfère toujours travailler en direct plutôt que par intermédiaires et par mails. 8/ Premier jour férié de la semaine, partagé entre le télétravail et un goûter chez nos amis (il fallait encore déplacer quelques meubles lourds dans leur cuisine), je repars avec le livre que j'avais oublié d'emprunter à la médiathèque dimanche et je finis la journée par un tour des étangs en courant avec Aurore. 9/ Un peu de couture, beaucoup de télétravail : je vais avoir de très longues vacances lorsque j'aurai terminé ce projet. 10/ La surprise de voir nos amis belges à la messe ce matin ! 11/ C'était calme au bureau aujourd'hui, j'ai pu faire le point sur tous les aspects du gros projet en cours et mesurer leur avancement (sans surprise : beaucoup de retard et je n'y peux rien) 12/ Après-midi couture (je suis sortie courir 20 minutes et me suis fait tremper) et un rythme tranquille 13/ Un joli baptême, un bon déjeuner et une réunion avec nos compas qui avancent bien dans leur projet. 14/ C'est reparti, toujours 2 heures supplémentaires par jour, toujours les grèves de trains (ce matin, j'ai fait le trajet sur un pied, mais au moins, j'avais réussi à monter), heureusement qu'il fait beau ! 15/ Cerises, groseilles, framboises, fraises : c'est pour bientôt ! 16/ Après une bonne matinée de travail, je vais à Paris avec une collègue chercher un tissu pour sa robe, quelques heures d'évasion du quotidien pour toutes les deux. 17/ Le beau temps incite à sortir en fin de journée : un tour des étangs avec Marie et un dîner un peu tardif. 18/ En avance pour mon RV médical, je m'accorde 5 minutes sur un banc au soleil pour vernir mes ongles (mauvaise idée : 5 secondes plus tard, un moucheron s'était collé sur le vernis tout frais). 19/ En sortant de l'école de musique, je rencontre une femme et son fils qui me demandent leur chemin. Je décide de les ramener à la maison et de prendre la voiture si c'est loin… ah oui, presque 4 km quand même ! Ils étaient fort mal partis (ça me console d'avoir envoyé, il y a peu, un jeune étranger prendre le RER à St Michel, station fermée pour travaux…) 20/ Journée jardinage, le potager commence à reprendre vie. 21/ Heureusement que ce mois est plein de jours fériés pour que je m'occupe un peu de la maison. 22/ La jolie sonorité de la cloche des diaconesses, lorsque je prends le train de 8h04. 23/ Après une matinée supplémentaire de travail, je passe au magasin de thés, puis découvre les "joies" du bus (rare, bondé et en retard…), finalement, le train, même les jours de grève, c'est rapide ! 24/ Marie et moi séchons le Pilates (elle a toujours mal au bras et mon poignet est encore un peu sensible) et profitons du calme des étangs : personne, à part un couple d'amis que nous croisons, l'eau est un miroir sur lequel la famille cygne se promène lentement, les crapauds chantent, un héron se pose. 25/ Barbecue des services liturgiques (animateurs, musiciens, chorale, sacristains, fleuristes, équipes du ménage, lecteurs… nous sommes nombreux !) 26/ “Nos” compas forment enfin une équipe, complices, pressés de partir ensemble cet été. Les voir repartir tous les quatre ensemble à vélo, après les difficultés de cette année, nous a vraiment fait plaisir. 27/ Animer une messe au pied levé, sans avoir rien préparé et sans accompagnement, je peux le faire aussi (enfin, pas à chaque fois…) 28/ Après une dure journée, je trainais un peu les pieds pour aller répéter avec Calibeurdaine, mais nous étions presque au complet et ça change tout ! 29/ Passée la grande déception, Marie a accusé le coup, puis repart sur d'autres perspectives : un mois de camp solidaire cet été et une nouvelle ville l'année prochaine (mais où ?). 30/ un agréable petit concert où jouaient nos deux filles, chacune avec son ensemble 31/ La cagnotte solidaire est lancée et se remplit doucement ! Vous aussi, vous pouvez participer à ce beau projet et mettre une petite goutte d'eau dans le verre qui est à moitié plein ce soir (cliquez sur l'image) : 

Large_img_20170813_141524-1520934251-1520934342

L'objectif fixé est relativement modeste, mais son dépassement permettrait : la compensation éventuelle d'une absence de subvention du ministère (leur dossier a été favorablement reçu, la présentation devant le jury s'est bien passée mais… tous les groupes retenus n'auront pas l'aide demandée) et la baisse de leur participation personnelle (c'est lourd, pour un budget d'étudiant, même si nous, parents, y contribuons, il reste pas mal de frais à prévoir : vêtements, protection anti-moustiques, passeports…)