Non, je n'en suis pas encore à coudre une robe de mariée (quoique, j'ai déjà cousu la mienne et j'espère de tout cœur que mes filles me le demanderont), mais j'ai habillé la Maman de la mariée, ce n'est pas rien ! 

En avril, ma collègue-amie et moi sommes allées en expédition au Marché St Pierre pour trouver un tissu qui convienne. Le modèle était choisi : la Belladone, une valeur sûre, que je savais pourvoir réaliser dans les temps et sans problème. Nous partions avec l'idée d'un imprimé dans les bleus ou roses… et cette gabardine superbe, d'un vert émeraude lumineux, que ne peut rendre la photo, nous a plu tout de suite. Un tour de toutes les boutiques plus tard, nous revenions l'acheter. Ensuite… j'ai été un peu occupée, et nous avons ri entre collègues à l'idée qu'en guise de robe, elle allait devoir de réaliser une toge avec le tissu. (je savais que j'aurais le temps)

18 juillet - 3

Et puis j'ai coupé, cousu, pris mon temps pour soigner les finitions, aligner les pinces et les plis (il suffit de ne faire les plis de la jupe qu'après avoir posé la ceinture sur le corsage). Un essayage a suffi pour ajuster le dos (qui a souvent tendance à bailler dans ce modèle). J'ai perfectionné ma pose de fermeture invisible.

18 juillet - 718 juillet - 8

 

Petite touche de fantaisie : la parementure d'ourlet, en vague japonaise (c'est de saison en ce moment à Paris)

18 juillet - 9

Enfin, comme il restait largement assez de tissu, j'ai proposé de compléter la robe d'un boléro assorti. Là encore, j'étais sûre de moi, puisque je l'avais déjà cousu pour la confirmation de Marie (et heureusement, car il m'avait fallu retoucher énormément le patron).

18 juillet - 218 juillet - 4

Le choix de la doublure a été plus délicat, cette couleur est particulière (d'ailleurs, le vendeur de Fil 2000 n'a pas réussi à trouver exactement la bonne couleur de fil, c'est rare). Et puis j'ai retrouvé, en fouillant mes tiroirs, une soierie dans laquelle j'avais confectionné une robe pour Marie, qui avait été épouvantable à coudre : le tissu s'effiloche horriblement, se prend autour du pied de la machine… mais j'avais trouvé l'arme secrète : la surjeteuse !

J'ai tout juste réussi, dans les chutes, à couper la doublure du boléro.

18 juillet - 6

 

Je trouve l'ensemble très chic, peut-être un peu trop sobre, à égayer d'une broche ou d'un foulard coloré ?

(et un peu de repassage…)

18 juillet - 118 juillet - 5

 

La séance d'essayage, hier au bureau, a été largement applaudie. Mais surtout, je pense avoir fait vraiment plaisir à la destinataire, ce qui était mon objectif ! 

Maintenant, je souhaite que ce mariage se déroule joyeusement, sous le ciel bleu de Normandie, et soit une belle fête de famille. Car une maman reste une maman, et se fait beaucoup de souci à l'avance !