Faire le bilan de cette année 2018, en garder le bon pour mieux la refermer…

J'ai relu mes petits bonheurs au fil des mois, une bonne façon de faire un bilan et de se souvenir des bons moments.  

Couture : je n'ai pas tellement progressé cette année, mais j'ai offert beaucoup de trousses bébé, je me suis perfectionnée en chemises et j'ai surtout osé accepter des commandes. Mes jeunes et mon mari me demandent encore de coudre pour eux, c'est déjà une satisfaction.

31décembre1

Travaux : en attente (en partie à cause de ma capsulite) mais notre chambre va être refaite en février. Je m'emploie par ailleurs à faire de la place dans les placards, dans les bibliothèques, dans le grenier et le garage : trier, jeter, donner, vendre pour désencombrer.

Voyages : le grand voyage a été celui de Marie au Sénégal, Aurore est allée en Grèce et à Rome, nous avons visité Bordeaux, La Haye, Nancy et Berlin, les hommes ont fait Paris-Bruxelles à vélo. Et nous sommes allés chez nos amis belges et suisses.

31 décembre2

Travail : mon marathon du printemps n'a pas été sans conséquence mais je suis contente d'être arrivée au bout. Contente d'avoir du travail à suivre aussi, car un gros projet est souvent suivi d'un grand désœuvrement difficile à supporter.

Études : après des années difficiles pour nos aînés, vraiment pas scolaires au collège, c'est la réussite sur tous les plans. Paul est doublement diplômé et commence enfin à s'investir dans son master (il n'ira pas plus loin, dit-il).

Marie, diplômée elle aussi, a trouvé une voie qui l'enchante. Le tout petit effectif (10 en temps plein, 23 avec les alternants) lui permet de progresser efficacement. Si son stage est concluant, elle aura fait un grand virage par rapport à son bac professionnel. Tous les deux devraient entrer prochainement dans la vie professionnelle, un grand changement en perspective !

Aurore est en L, lit tout ce qui lui tombe sous la main (non, en vrai, elle fait des choix éclectiques mais réfléchis), se constitue une jolie bibliothèque d'éditions anciennes de Budé (dont il faut parfois couper les pages, cela la ravit !), a des projets pour trois vies, a monté sa moyenne de deux points (la marche du collège — très moyen — au lycée — prestigieux – a été haute, mais se fait oublier), continue à pratiquer l'alto avec assiduité, mais joue aussi de tous les instruments qu'elle peut se procurer. Nous avons des conversations compréhensibles de nous seules : “Pendant 24h, j'ai inversé le sens des esprits, j'ai cru que le rude était à gauche”.

31 décembre3

Santé : en janvier, j'était guérie de ma tendinite, j'ai dit au revoir à ma kiné pour quelques mois. La grippe (une fois tous les 12-15 ans, ça va), les fourmillements apparus dans les mains ou les jambes, mon petit accident de cuisine cet été, le mal de dos (ça, c'est la vieillesse), le tout couronné par cette capsulite invalidante… j'aimerais éviter l'innovation médicale, à présent, et m'en tenir à un rhume de temps en temps, c'est possible ? Et réussir à courir plus de 10 minutes d'affilée, parce que la reprise est vraiment laborieuse.

Famille : l'absence de Marie pendant près de 5 mois nous prépare doucement au grand changement à venir, peut-être deux départs l'année prochaine ? Même si nous sommes rarement cinq à table à présent, j'apprécie de les savoir encore tout proches et de pouvoir compter sur Paul pour la vie quotidienne. Vais-je être comme nos voisins, dont les jeunes adultes passent le plus clair de leur temps chez leurs parents, avec leurs petites familles ? J'essaie de me raisonner, mais c'est dur !

31 décembre4

Bénévolat : nous continuons à jouer dans notre ensemble Calibeurdaine, à assurer l'animation liturgique (et le nombre d'animateurs diminuant, ça ne va pas s'alléger, c'est d'ailleurs là que nous serons ce soir à minuit), nous sommes toujours à l'Amap et donnons des coups de main à notre maraîchère lorsque nous le pouvons, nous accompagnons toujours notre équipe de compagnons et sommes très fiers d'eux : après un début laborieux, ils ont fait un beau camp dans une communauté Emmaüs cet été et ont aussitôt cherché leur projet pour 2019 : ils partiront au Cambodge, construire un incinérateur pour les déchets du village et organiser des activités pour les enfants, l'association contactée a été tout de suite convaincue par leur motivation et leur sérieux, reste à tenir le rythme sur la durée (travailler pour gagner de l'argent, demander des subventions, monter le dossier de camp, faire toutes les démarches administratives, les vaccins, préparer les activités sur place, leur séjour…), nous sommes là pour donner un avis, les encourager, leur rappeler les échéances, mais nous ne ferons pas à leur place !

Cuisine : le tour du monde des soupes a été un grand succès, il va reprendre avec de nouveaux pays visités !

31 décembre5