31 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #11 : bilan 2018

Faire le bilan de cette année 2018, en garder le bon pour mieux la refermer…

J'ai relu mes petits bonheurs au fil des mois, une bonne façon de faire un bilan et de se souvenir des bons moments.  

Couture : je n'ai pas tellement progressé cette année, mais j'ai offert beaucoup de trousses bébé, je me suis perfectionnée en chemises et j'ai surtout osé accepter des commandes. Mes jeunes et mon mari me demandent encore de coudre pour eux, c'est déjà une satisfaction.

31décembre1

Travaux : en attente (en partie à cause de ma capsulite) mais notre chambre va être refaite en février. Je m'emploie par ailleurs à faire de la place dans les placards, dans les bibliothèques, dans le grenier et le garage : trier, jeter, donner, vendre pour désencombrer.

Voyages : le grand voyage a été celui de Marie au Sénégal, Aurore est allée en Grèce et à Rome, nous avons visité Bordeaux, La Haye, Nancy et Berlin, les hommes ont fait Paris-Bruxelles à vélo. Et nous sommes allés chez nos amis belges et suisses.

31 décembre2

Travail : mon marathon du printemps n'a pas été sans conséquence mais je suis contente d'être arrivée au bout. Contente d'avoir du travail à suivre aussi, car un gros projet est souvent suivi d'un grand désœuvrement difficile à supporter.

Études : après des années difficiles pour nos aînés, vraiment pas scolaires au collège, c'est la réussite sur tous les plans. Paul est doublement diplômé et commence enfin à s'investir dans son master (il n'ira pas plus loin, dit-il).

Marie, diplômée elle aussi, a trouvé une voie qui l'enchante. Le tout petit effectif (10 en temps plein, 23 avec les alternants) lui permet de progresser efficacement. Si son stage est concluant, elle aura fait un grand virage par rapport à son bac professionnel. Tous les deux devraient entrer prochainement dans la vie professionnelle, un grand changement en perspective !

Aurore est en L, lit tout ce qui lui tombe sous la main (non, en vrai, elle fait des choix éclectiques mais réfléchis), se constitue une jolie bibliothèque d'éditions anciennes de Budé (dont il faut parfois couper les pages, cela la ravit !), a des projets pour trois vies, a monté sa moyenne de deux points (la marche du collège — très moyen — au lycée — prestigieux – a été haute, mais se fait oublier), continue à pratiquer l'alto avec assiduité, mais joue aussi de tous les instruments qu'elle peut se procurer. Nous avons des conversations compréhensibles de nous seules : “Pendant 24h, j'ai inversé le sens des esprits, j'ai cru que le rude était à gauche”.

31 décembre3

Santé : en janvier, j'était guérie de ma tendinite, j'ai dit au revoir à ma kiné pour quelques mois. La grippe (une fois tous les 12-15 ans, ça va), les fourmillements apparus dans les mains ou les jambes, mon petit accident de cuisine cet été, le mal de dos (ça, c'est la vieillesse), le tout couronné par cette capsulite invalidante… j'aimerais éviter l'innovation médicale, à présent, et m'en tenir à un rhume de temps en temps, c'est possible ? Et réussir à courir plus de 10 minutes d'affilée, parce que la reprise est vraiment laborieuse.

Famille : l'absence de Marie pendant près de 5 mois nous prépare doucement au grand changement à venir, peut-être deux départs l'année prochaine ? Même si nous sommes rarement cinq à table à présent, j'apprécie de les savoir encore tout proches et de pouvoir compter sur Paul pour la vie quotidienne. Vais-je être comme nos voisins, dont les jeunes adultes passent le plus clair de leur temps chez leurs parents, avec leurs petites familles ? J'essaie de me raisonner, mais c'est dur !

31 décembre4

Bénévolat : nous continuons à jouer dans notre ensemble Calibeurdaine, à assurer l'animation liturgique (et le nombre d'animateurs diminuant, ça ne va pas s'alléger, c'est d'ailleurs là que nous serons ce soir à minuit), nous sommes toujours à l'Amap et donnons des coups de main à notre maraîchère lorsque nous le pouvons, nous accompagnons toujours notre équipe de compagnons et sommes très fiers d'eux : après un début laborieux, ils ont fait un beau camp dans une communauté Emmaüs cet été et ont aussitôt cherché leur projet pour 2019 : ils partiront au Cambodge, construire un incinérateur pour les déchets du village et organiser des activités pour les enfants, l'association contactée a été tout de suite convaincue par leur motivation et leur sérieux, reste à tenir le rythme sur la durée (travailler pour gagner de l'argent, demander des subventions, monter le dossier de camp, faire toutes les démarches administratives, les vaccins, préparer les activités sur place, leur séjour…), nous sommes là pour donner un avis, les encourager, leur rappeler les échéances, mais nous ne ferons pas à leur place !

Cuisine : le tour du monde des soupes a été un grand succès, il va reprendre avec de nouveaux pays visités !

31 décembre5

 

 

Posté par Agdel à 20:42 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


30 décembre 2018

Dans la hotte en 2018 #1

J'ai très peu cousu cette année, j'ai manqué d'idées, de temps… en fait, c'était pareil les années précédentes mais les nuits hachées et la douleur permanente ont eu raison de mon énergie. Ça ira mieux l'année prochaine ! J'ai tout de même réussi à coudre d'un des jolis coupons achetés au Stoffenspektakel :

29 décembre - 129 décembre - 2

 

Posté par Agdel à 17:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #10 : le grand jour

Cette année, Noël a duré presque une semaine. Avec du temps pour se retrouver, des parties de jeu endiablées entre cousins, des sorties au grand air, des montagnes de cadeaux, des bûches et des gâteaux délicieux, de jolies tables, des soirées qui se prolongent tard dans la nuit, beaucoup d'amis rencontrés, une animation de messe presque improvisée, des petits enfants excités, les falaises d'Étretat, de la lumière, de grandes marches, le Havre retrouvé…

27 décembre - 127 décembre - 2

27 décembre - 327 décembre - 4

27 décembre - 527 décembre - 6

27 décembre - 827 décembre - 9

27 décembre - 727 décembre - 10

27 décembre - 1227 décembre - 11

27 décembre - 1327 décembre - 14

28 décembre - 128 décembre - 2

28 décembre - 428 décembre - 3

Posté par Agdel à 16:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

23 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #9 : lecture commune

Le challenge de Noël me donne l'occasion de lire des livres un peu plus légers que ceux dont j'ai l'habitude. Depuis que j'ai acheté ma liseuse (dans le but premier de lire tous les Rougon-Macquart sans trimballer un livre de près d'1 kg dans mon sac), j'ai cessé de lire des livres "papier" dans le train ou au lit (la liseuse qui se tient d'une seule main est plus pratique). Cela a modifié aussi mes lectures, puisque je me suis focalisée sur des œuvres complètes de littérature : après Zola, il y a eu Dostoëvski, puis Alexandre Dumas, Barbey d'Aurevilly, Victor Hugo, Maupassant, avec des incursions chez Racine ou Beaumarchais. Actuellement, je suis dans la Comédie Humaine de Balzac. Cet été, j'ai tenté de lire La recherche du temps perdu que j'avais abandonné à trois reprises dans le passé et le premier tome est passé comme une lettre à la poste ! Mais de temps en temps, une petite lecture Feel good ne fait pas de mal. Et puis quelques auteurs contemporains me passent aussi par les mains (Fred Vargas, Maylis de Kérangal, Gaël Faye, Delphine de Vigan).

Je n'avais pas lu la série de La Petite boulangerie, donc avant d'attaquer la lecture de Noël, j'ai lu le second tome que j'avais trouvé d'occasion et réservé le premier à la médiathèque (mon libraire ayant cherché en vain dans le magasin ses deux exemplaires disponibles…). j'ai beaucoup aimé Une saison à la petite boulangerie, même si les personnages sont assez caricaturaux (les méchants très très méchants). Et puis le tome 1 est arrivé, mais j'ai tout de même commencé par lire, en trois jours, Noël à la petite boulangerie. Le roman est plein de péripéties, c'est une lecture qui tient en haleine. Contrairement aux critiques que j'ai pu lire ici ou là, l'histoire n'est pas du tout centrée sur Reuben et Kerensa, mais ce qu'ils vivent renvoie Polly à ses propres angoisses et surtout à son enfance, marquée par l'absence de son père, un père qu'elle n'a jamais connu (ignorant même son nom) et qui tout à coup surgit dans sa vie, à l'un des pires moments. Comme je m'y attendais, le roman se conclut sur une Happy end, totalement féérique et inattendue.

Noël à la petite boulangerie par Colgan

Enfin, j'ai commencé le tome 1… et le chapitre 5 m'a fait lâcher le livre : « Ce livre, elle le tenait de son père. Lui-même l'avait adoré, enfant, et il le lui avait lu, en lui expliquant les passages qu'elle ne comprenait pas. Un livre tout ce qu'il y avait de plus ordinaire, vieux, pas une pièce de collection et facilement remplaçable, sauf que non, justement, car il s'agissait de l'exemplaire de son père. À sa mort suite à un infarctus, Polly avait vingt ans… »

L'auteur fait n'importe quoi avec son personnage (quand on écrit une saga, on fait des petites fiches biographiques sur ses personnages, on prend soin de faire concorder les dates… c'est le B. A. BA de l'écriture *), l'éditeur a publié sans confier le manuscrit à un relecteur, visiblement. La traductrice du tome 3 (oui, il y a eu changement de traductrice, erreur !) n'a pas pris la peine de lire les premiers volumes. Comment peut-on laisser passer une telle énormité au sujet du personnage principal du roman ? Et surtout, pourquoi ai-je l'impression à être la seule à m'en être rendue compte ? Parce que j'ai lu la série en deux semaines ? Eh oui, malgré tout, je suis passée au-delà de ma déception et j'ai continué à lire, parce que Polly est une personne attachante (mais vraiment trop gentille pour être réelle) et que même en sachant la fin de l'histoire, je voulais connaître tous les détails de son déroulement.

(et puis hier soir, nous avons goûté du pain aux épices de Noël, ça m'a mise dans l'ambiance du troisième tome, je vais essayer d'en faire…)

La Petite Boulangerie du bout du mondeUne saison à la petite boulangerie

 

* Bon, je dois avouer que j'ai trouvé une erreur de dates dans La femme de trente ans de Balzac, comme quoi personne n'est parfait !

 

Posté par Agdel à 15:54 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

21 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #8 : décorations

Rien de bien nouveau, on reste dans la gamme des blancs, mais je n'ai pas eu le temps de sortir les décorations de Noël cette année ! Depuis le début du mois, les activités s'enchaînent : un concert, un week-end de formation au départ à l'étranger avec nos compagnons (intéressant mais intense), une soirée d'animation avec notre groupe dans un foyer maternel, une soirée au théâtre…

Si bien que dimanche dernier, alors que nous partions pour la célébration de l'après-midi, j'ai demandé à Paul de se charger du sapin. À notre retour, il avait installé la crèche, le sapin et la guirlande de l'escalier, à sa façon. 

21 décembre - 2

C'est-à-dire qu'il a pris un vieux drap-housse vaguement blanc pour faire le sol enneigé de la crèche et réparti les décorations du sapin de façon un peu… déséquilibrée il est resté très jeune dans sa tête). Mais il est très fier de l'escalier. 

21 décembre - 121 décembre - 3

Et puis en relisant mes articles, je m'aperçois que ce n'est pas la première fois que je délègue l'installation du sapin. L'année prochaine, j'anticiperai (promesse que je me fais à peu près tous les ans ; bon, cette année, j'ai tout de même construit une étable. En revanche, le ciel étoilé est en fin de course, j'ai essayé de le repasser sans succès)

 

 

 

 

Posté par Agdel à 16:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


19 décembre 2018

Pour acccompagner l'attente

Lorsque Marie est repartie dans ses Vosges, elle devait passer un mois et demi loin de la maison. 7 semaines de travail intense et quelques partiels à la fin, 6 week-ends dans sa petite chambre, à travailler sur les projets à rendre, à faire quelques courses et un peu de cuisine… même si je sais qu'elle s'est fait quelques amis (et quelques raclettes), les soirées et les dimanches doivent être longs (surtout quand on oublie son chargeur d'ordinateur à la fac le vendredi soir…). Alors, pour l'aider à attendre les vacances et faire entrer la magie de Noël dans sa petite chambre, je lui ai envoyé un calendrier de l'avent personnalisé.

19 décembre - 4

Avec des thés gourmands

19 décembre - 119 décembre - 7

un sapin miniature et ses décorations

19 décembre - 2

quelques ornements qui ne prennent pas de place

19 décembre - 519 décembre - 8
19 décembre - 619 décembre - 9

sans oublier le traditionnel pain d'épices de la Saint Nicolas

19 décembre - 3

et puis j'en ai profité pour faire une surprise à une autre étudiante de ma connaissance

19 décembre - 10

Posté par Agdel à 17:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

18 décembre 2018

Pour Lou

Qu'elle était attendue cette petite Lou ! Je crois bien que nos voisins/amis nous parlent depuis 10 ans de leur désir de devenir grands-parents, mais voilà, ils étaient si fiers de leur fille et de sa belle carrière internationale… alors quand au début de l'été, ils ont annoncé qu'un bébé pour fin novembre, nous nous sommes réjouis avec eux. Et elle est arrivée, et elle viendra avec ses parents passer quelques jours ici pour Noël, je me suis donc dépêchée de lui coudre un cadeau de bienvenue.

18 décembre - 6

Et j'en profite pour présenter l'astuce que j'ai trouvée pour retourner mes embouts de fermeture à glissière : un dé à coudre, le manche en bois d'un pinceau, je gagne quelques minutes et m'épargne un peu d'énervement ! 

La chose, aux dimensions approximatives d'un sachet de thé

18 décembre - 1

 

je glisse le dé, ouverture en bas

18 décembre - 2

 

J'enfonce le manche du pinceau dans le dé

18 décembre - 3

… et je pousse

18 décembre - 4

 

Ensuite, je sors bien les angles (toujours avec mon pinceau), puis j'insère la fermeture
(en m'aidant d'une pince à épiler si elle se montre trop récalcitrante)

18 décembre - 5

Il n'y a plus qu'à la fixer par une surpiqûre

 

Posté par Agdel à 17:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #7 : ça brille

17 décembre - 2

Le lundi, au chalet, c'est le jour de la photo, avec comme thème du jour « ça brille ». Les flammes des bougies, ça brille, n'est-ce pas ? Cette année, j'ai repris mon assiette carrée en guise de couronne de l'Avent. J'y ai disposé une forêt de petits sapins fantaisie, trouvés chez Søstrene Grene (z'avez vu comme j'écris bien le danois, maintenant ? Le O barré rend mon correcteur d'orthographe dingue). Mes bougies prennent un aspect de plus en plus beau au fils des années.

17 décembre - 317 décembre - 4

Et depuis hier, elles sont allumées à la flamme de la Lumière de Bethléem, que nous conservons précieusement au coin de la cheminée.

17 décembre - 1

 

 

Posté par Agdel à 18:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #6 : recette

Samarian a fait un énorme travail avec son billet de suivi du challenge « Six fois Noël » !

Aujourd'hui : « On passe en cuisine, on sort les emportes pièces, les moules en forme de sapin, la cannelle et le sucre glace. Il est grand temps de confectionner des gourmandises sucrées pour pouvoir grignoter ce week-end pendant le marathon de lecture. »

Mais surtout, ce soir, nous fêtons la Sainte Lucie, avec des Lussekatter, brioches au safran dont la couleur dorée est censée éloigner le diable, qui sont traditionnellement préparées en Suède pour cette fête. Alors, pour fêter notre lumière*, j'ai préparé ces brioches.

- 250 g de farine
- 5 g de levure de boulanger déshydratée
- 45 g de beurre
- 10 cl de lait tiède
- 50 g de sucre
- 1 œuf
- une quinzaine de filaments de safran
- 1/2 cc de sel
- 1 jaune d'œuf pour dorer
- quelques fruits confits ou raisins secs

Dans le lait tiède, verser la levure, 1 cc de sucre et le safran, laisser infuser 5 minutes.

13 décembre - 1

Verser dans une terrine la farine, le sucre, le sel, casser l'œuf au centre, ajouter le beurre ramolli puis verser le lait. Pétrir la pâte pendant 10 minutes, puis la laisser doubler de volume dans un endroit tiède pendant 30 min environ. Enfin dégazer la pâte, la diviser en morceaux puis former les petites brioches en S (vous trouverez d'autres suggestions de formes ici).

13 décembre - 2

Dorer les brioches au jaune d'œuf, disposer les fruits confits ou les raisins (les yeux du chat Lucifer) et les laisser lever 15-20 min. Préchauffer le four à 165 °C puis enfourner les brioches pour 12 à 15 min. Le goût du safran est bien sensible, même si la couleur jaune n'est pas prononcée.

13 décembre - 3

* Il est loin le temps où elle fêtait la Sainte Lucie comme les petites suédoises :

13 décembre - 1 (1)

 

 

 

Posté par Agdel à 18:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

12 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #5 : musique !

Ce n'est pas un CD que je vais vous proposer cette année, mais je fais d'une pierre trois coups en présentant un album jeunesse, une dessin animé et de la musique ! Et pourquoi ce choix ? Parce que l'orchestre symphonique dans lequel joue Aurore a présenté, samedi dernier, un ciné-concert, en jouant en direct la musique du dessin animé L'Enfant au grelot, en présence du compositeur : Serge Besset (qui a aussi composé les musiques de Mia et le Migou, La prophétie des grenouilles, Phantom boy…). Hélas, nous n'avons pas pu y assister, occupés à quelques kilomètres de là à nous former, avec nos compagnons, au départ à l'étranger. Je connaissais déjà l'histoire, mais je n'ai pas pu remettre la main sur notre DVD (ou était-ce une cassette VHS ? Comme la sortie date de 1998, c'est probable).

Résultat de recherche d'images pour "l'enfant au grelot folimage"

J'ai donc emprunté le DVD à la médiathèque pour me replonger dans cet univers plein de poésie : un bébé tenant un grelot est trouvé dans la neige par le facteur Grand-Jacques, qui le confie à l'orphelinat de Mademoiselle Rose et noue une relation priviégiée avec ce petit Charlie (et l'on pense tout de suite à Autobiographie d'une courgette). Ensemble, sur le chemin de l'école, ils distribuent le courrier (cette fois, c'est à Jour de fête que fait penser ce facteur dégingandé). Mais un jour, ils vont ensemble porter au Père Noël les lettres des enfants… 

Une histoire simple, de beaux dessins à la craie grasse, aux couleurs vives, et , pour nos oreilles, deux mois de gammes chromatiques à l'alto. Un nouveau concert est en projet, espérons qu'il pourra se faire (mais il faut, en plus de la régie habituelle de l'auditorium, un projectionniste, un ingénieur du son… pas facile à improviser en cours d'année)

Et cela m'a valu de coudre un ourlet invisible à la main sur un pantalon habillé, à la lumière du lustre ! (mais il est vraiment invisible, croyez-moi)

11 décembre - 1

 

 

Posté par Agdel à 08:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :