Ce mardi matin, j'ai fait l'inventaire de ce qui qui devait être mangé, du panier de l'Amap : le demi chou vert et la demi courge butternut (nous partageons un panier avec des voisins) n'attendront pas plusieurs jours. Quelle aubaine, donc, que cette recette de soupe contenant ces deux légumes, plus quelques ingrédients en réserve au congélateur (la morue, peu apréciée de mes jeunes), et justement associée à la Semaine Sainte !

« La fanesca est une soupe traditionnelle de l'Équateur, typique de la Semaine Sainte, à base de morue, de citrouille, de courge, et de divers légumes secs. Elle est enrichie de fromage et de lait…

En fonction de la région de l’Équateur où la fanesca est préparée, la soupe comportera certaines variations spécifiques à la géographie de la région. Dans l’ensemble, le plat est préparé, partagé et apprécié par un grand nombre de familles équatoriennes lors de cette fête spéciale de la Semana Santa (Semaine Sainte).

La soupe est composée de 12 grains différents (représentant les 12 apôtres), de morue (représentant les ichthys ou “poisson de Jésus”), tous cuits dans du lait et agrémentés d’oeufs durs et de raviolis à la pomme de terre (molo). »

Pour les 12 grains, le compte n'y est pas tout à fait : petits pois, lentilles, pois chiches, maïs, haricots blancs, fèves, lupins, cacahuètes… on peut y ajouter le riz ? Et varier les lentilles et haricots ?

En fouillant le placard, j'ai trouvé mes 12 graines : haricots blancs et rouges, lentilles vertes, corail et beluga, fèves jaunes et vertes, petits pois, lupins, arachides, pois chiches, maïs, ensuite il a fallu cuire tout cela, en groupant par temps de cuisson. La bouteille de gaz m'a lâchée en cours de route.

18 avril1

Je n'ai eu à acheter que le lupin, le rocou et un bouquet de coriandre.

J'ai eu beau diviser les ingrédients par deux, je me suis retrouvée avec des quantités qui ne rentraient dans aucune casserole ! Je n'ai pas pu mettre non plus les 2 litres de lait (déjà que mon litre a débordé dès que j'ai tourné le dos !).

18 avril218 avril3

J'ai rusé en remplaçant les cacahuètes moulues par du beurre de cacahuète (à ce stade, ça embaumait délicieusement dans ma cuisine) et nous nous sommes passés d'une bonne partie des accompagnements … optimiste, j'avais envisagé de frire une banane plantain et préparer des empanadas, mais… « Ce plat est réputé pour rassembler les familles, avec des membres participant à ce “travail d’amour” collectif qui nécessite du temps, de la patience et une grande variété d’ingrédients différents ». Vers 19 heures, en émiettant la morue, je me maudissais de m'être lancée là-dedans. Mais j'ai des dîners pour 3 jours.

18 avril4

Le résultat est très parfumé, très beau aussi, avec ces grains de couleurs variées (visuellement, l'ajout de haricots rouges est un plus) et très très copieux, une petite assiettée suffit. Le goût de la morue est très dscret : parfait pour les palais récalcitrants !