01 février 2017

Défi 52 carrés #janvier

Ça faisait longtemps, n'est-ce pas ? Désormais, j'ai décidé de publier cette rubrique une fois par mois (ça me donnera l'impression d'en faire plus). Les carrés sont de plus en plus longs à coudre, je les réalise sur plusieurs jours, donc en coudre 4 ou 5 par mois me semble un objectif plus réalisable.

Celui-ci a été commencé fin décembre, avec un tissu suisse :

31 janvier1

Pour celui-là, j'avais très peu de tissu, au point d'hésiter à me lancer, de peur ne ne pouvoir aller au bout (il me reste deux morceaux d'1 cm, c'était chaud !). Certes, Rachel m'avait envoyé quelques petites chutes, mais à ce point ? C'est en inventoriant ma boîte à carrés que je me suis aperçue que je l'avais déjà utilisé, mais pas répertorié dans mon tableau. Et hop, mon bilan de 2016 s'est augmenté d'un coup, passant de 52 à 54 carrés cousus !

 31 janvier3

Et trois carrés avec des pièces triangulaires, que j'appréhendais, mais en suivant point par point l'ordre de montage suggéré par Susan Gatewood, ça se passe plutôt bien.

31 janvier231 janvier431 janvier5

J'ai eu plus de mal pour celui-ci, beaucoup de petites pièces et un tissu qui se détend légèrement.

 

 

 

 

Posté par Agdel à 17:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


31 janvier 2017

Et profiter enfin

… d'une belle journée.

Les petits pains dans leurs nids

29 janvier1

La confirmande

29 janvier2

avec sa coiffeuse

29 janvier3

et après deux heures de messe (ah, ce n'était pas une confirmation au rabais, le vicaire général leur a parlé pendant 40 secondes à chacun (oui, au bout d'un moment, quand on a repris 3 fois chaque chant, on compte…) ils étaient une bonne cinquantaine, faites le calcul de la durée de la chrismation), dans la cathédrale sans chauffage.

29 janvier4

nous sommes rentrés boire le champagne, avec quelques petits amuses-bouches pour nous remettre :

makis déstructurés (une idée quand la confection de makis tourne au désastre), brochettes de poire à la fourme, cannelés au comté et mini-crèmes brûlées au parmesan. Les rillettes de carottes et de saumon étaient accompagnées au choix de baguette croustillante ou de feuilles d'endives.

29 janvier529 janvier6

29 janvier729 janvier8

Millefeuille de betterave-avocat-chèvre frais

29 janvier11

Puis un gigot de sept heures, un énorme gratin dauphinois (3 kg de pommes de terre) et des haricots verts pour la bonne conscience, un beau plateau de fromages et enfin le café gourmand

29 janvier9

parce que :

1. son gâteau préféré est le fraisier — pas de saison

2. son deuxième préféré est le tiramisu — pas très "cérémonie"

3. pour la confirmation de Paul, le démoulage du gâteau avait été tellement catastrophique que j'avais rattrapé la situation en le servant en petits carrés, accompagné de petits verres de crème anglaise (en brique, j'avoue), d'une boule de glace et de cookies… mais nous n'étions que 10 à table.

… et les dragées (sur une idée de Sophie)

29 janvier1029 janvier - 1

Les recettes :

Makis, pour 15 cuillères chinoises : 100g de riz à sushis (cuit selon cette méthode), 100g de saumon cru coupé en fines tranches, 1/2 avocat en lamelles, quelques feuilles d'algues, un soupçon de wasabi.

Pour 50 mini-cannelés, les 2/3 de cette recette.

Pour 18 mini-crèmes brûlées : 1 œuf, 10 cl de crème liquide, 25 g de parmesan râpé, 2 pétales de tomates séchées, 2 CS de cassonade. Couper les tomates en petits morceaux, mélanger tous les ingrédients, verser dans les moules, enfourner au bain-marie à 130 °C pendant 15-20 minutes, laisser tiédir, saupoudrer de cassonade et passer sous le grill en surveillant la coloration.

Rillettes de saumon : 100g de saumon cru, 200 g de saumon cuit rapidement dans un peu de beurre, 120g de truite (ou saumon) fumée. Couper finement le saumon cru et la truite fumée, écraser à la fourchette le saumon cuit, saler légèrement, poivrer, mélanger le tout, parfumer à l'aneth, au cerfeuil ou aux baies roses. Placer dans une terrine au frais.

Je ne détaillerai pas la recette des dés de poire à la fourme…

Millefeuille de betterave : pour 15 ramequins de 7 cm de diamètre, j'ai utilisé 3 gtosses betteraves (il y a des chutes), 4 petits avocats, 600g de chèvre frais. Il suffit d"emplier les tranches en salant et poivrant légèrement, puis de bien tasser et placer au frais jusqu'au moment de démouler (en passant la lame d'un couteau autour, ça va tout seul)

Le café gourmand :

Pannacotta : pour 15 petits verres de 4 cl, la recette de Secotine, donc, avec 50 cl de liquide (moitié lait, moitié crème), deux feuilles de gélatine, 50g de sucre, 1 gousse de vanille. Pour le coulis : 10 cl de sorbet à la fraise avec quelques fraises fraîches (oui, honte à moi, j'ai achete des fraises en janvier !)

Cheese cake
15 oreos (séparer les biscuits du nappage
60g de beurre
300g de fromage frais (j'ai mis moitié St Moret, moitié fromage blanc)
3 œufs
120g de sucre

Écraser les biscuits, les mélanger au beurre fondu, garnir le fond d'un moule à charnière (environ 20 cm de diamètre), placer au frais.
Battre les œufs, le sucre, le nappage fondu dans une cuillère à soupe de lait chaud, le fromage frais. Verser dans le moule, enfourner 40 min à 130 °C.

Financiers
60g de beurre fondu, 60g de sucre, 50g de poudre d'amandes, 20g de farine, 2 blancs d'œufs, 1 cc de thé vert moulu (j'utilise du sencha), mélanger le tout, remplir les moules (j'ai obtenu 28 mini-financiers), placer sur chacun une framboise surgelée, enfourner à 210 °C pendant 10 à 12 min (surveiller)

Tiramisu
Pour 16 verrines de 5 cl, j'ai utilisé 8 biscuits à la cuiller, 100g de mascarpone, 100g de ricotta, 30g de sucre, 1 œufs (blanc battu en neige), 1 tasse de café fort et très sucré pour imbiber les biscuits.

 

Les invités semblent s'être régalés (si je me fie aux restes presque inexistants). La jeune fille était ravie de sa journée.

Elle a participé hier soir à un concert dynamique avec Ghillie's (endormissement difficile garanti, malgré la fatigue des 4h30 de musique enchaînées) et s'est posée ce matin à 8h12 à Rome (départ à 3h45 devant le collège), autant dire qu'il ne faudra pas la bercer ce soir et que je suis fraîche et dispose pour aller travailler, j'ai intérêt à bien relire mes mails !

 

 

 

Posté par Agdel à 08:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2017

Or-ga-ni-sa-tion

En passant sur le blog de Sécotine (pour y prendre une recette de panna cotta), je suis tombée sur son plan pour préparer un dîner pour 14 personnes sans paniquer. J'étais justement en train de préparer un déjeuner pour 15 personnes, à servir samedi midi sans être là de la matinée… trop facile (mais pas de tout repos, quand même), tout est dans l'anticipation !

Dimanche, nous avons terminé de planifier le menu, je note les recettes sur une même page, pour ne pas avoir à les chercher à la dernière minute, avec les quantités adéquates, et j'établis une liste de courses.

Lundi soir, je fais les courses.

Mardi, j'imprime les menus et je commence à découper les boîtes à dragées. Je compte les assiettes, verres, verrines… nous n'avons plus que 8 flûtes à champagne !

Mercredi, je finalise (avec l'aide efficace de Paul) les boîtes à dragées, je fais le ménage, je vérifie l'état de la grande nappe (les taches récalcitrantes réapparaissent parfois avec le temps, mais miracle, elle est restée blanche !)

Jeudi, Paul prépare le brownie (il est meilleur au bout de deux jours), je prépare les rillettes de saumon et la pâte à cannelés.

Vendredi, j'ai pris ma journée (ce que chacun des membres de la famille a semblé découvrir avec étonnement au fil de la journée…)

8h10, tout le monde est parti. Je commence par éplucher et cuire des carottes pour les rillettes, je lance un pain (à la machine), chauffe la crème pour la panna cotta, puis j'attaque la pâtisserie avec les financiers.

27 janvier1

Pendant qu'ils sont au four, j'écrase les carottes, qui se montrent récalcitrantes : j'ai tordu une fourchette, notre presse-purée laisse de trop gros morceaux, je finis par sortir le pied-mixeur. Une fois les rillettes au frais, je teste une petite quantité de panna cotta (mes feuilles de gélatine ne sont pas standard) en plaçant un fond de verrine sur la fenêtre (il faisait encore -5 C° le matin)

9h15. Le four est chaud, j'enfourne une première plaque de cannelés, une cuisson qui demande de la surveillance : dès que les cannelés sortant de leurs moules, paf, je les remets dans le droit chemin à coup de spatule en bois.

27 janvier2

10h. Il est temps de "démonter" les oréos pour le cheese-cake, j'essaie de ranger au fur et à mesure mais la table est encombrée…

27 janvier3

Pour broyer les biscuits, j'ai mon arme secrète : le petit bol du robot Magimix avec le couvercle extensible en silicone trouvé à Créations et savoir-faire, qui évite au contenu de se projeter dans les trois bols empilés (gros défaut du robot, mais un film plastique peut faire l'affaire)

27 janvier4

11h, ça avance, le cheese-cake est au four, je vais sortir faire les dernières courses. Malgré le soleil, le verglas craque encore sous mes roues de vélo… rester bien droite, surtout !

27 janvier5

11h45. Quel plaisir, ce soleil ! Bon, il est temps de cuire des pâtes : Paul et Aurore rentrent déjeuner.

27 janvier1

13h20. Avant de repartir travailler, Paul m'aide à installer les 3 allonges et placer la nappe. Puis je passe l'aspirateur et lave le sol, un peu trop énergiquement : je casse mon manche à balai au passage !

27 janvier2

14h, il est temps de faire l'entrée : millefeuilles de betterave, avocat et chèvre, une variante de cette recette. Facile, mais un peu long.

27 janvier3

15h45 : Marie est rentrée plus tôt, nous tentons de placer les 15 assiettes : trop serré, on ne pourra jamais mettre les chaises autour de la table. Nous décidons de faire une petite table pour les 4 "enfants" (Paul et Marie en font partie). 

27 janvier4

Et puis Marie trouve un pliage de serviette qui lui plaît et je rebondis aussitôt, l'envoyant acheter des petits pains chez Picard. Je cuis du riz à sushis, nettoie la cuisine. Toutes les préparations ont été placées au fur et à mesure dans le garage, c'est l'avantage des fêtes hivernales.

27 janvier5

17h50, j'en suis au moins à ma 5e vaisselle intermédiaire, j'ai les mains décapées ! Allez, plus que le tiramisu à préparer (Aurore devait s'en charger, mais elle a préféré commencer ses devoirs avant d'aller répéter avec son orchestre, il y a concert lundi (et enregistrement de disque demain, mais elle ne pourra pas y participer)

27 janvier1

Mutti et Vati arrivent, ils vont me seconder à l'épluchage des pommes de terre et la confection des bouquets. Marie a mis le couvert.

27 janvier2

21h30 : j'ai récupéré Aurore à l'école de musique pour filer à la veillée de prière. Nous dînons toutes les deux en écoutant les nouveaux chants qui seront pris demain matin. Vite, au lit ! Il faudra partir à 9h25 et j'ai encore quelques préparatifs de dernière minute à caser (cuire les petits pains, les crèmes brûlées au parmesan, enfourner le gratin dauphinois (vive le four programmable), confectionner de petites brochettes de poire à la fourme…)

27 janvier3

 

Posté par Agdel à 20:19 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2017

Une trousse étoilée

Thaïs est une jeune femme lumineuse. Cheftaine de Paul et Marie aux pionniers, elle a longtemps suivi ce groupe, malgré ses contraintes professionnelles (elle consacrait 15 jours de ses vacances au camp d'été) et son éloignement géographique. Elle s'est mariée sur le lieu de camp de l'été 2014 (pas pendant, mais 15 jours après le retour, retour mouvementé puisque le TGV avait dû s'arrêter pour la faire transporter à l'hôpital — heureusement rien de grave — en laissant les jeunes seuls dans le train). L'année suivante, elle n'a pas pu abandonner "ses" pios-caras et a fait un dernier camp avec eux, les laissant prendre leur envol en tant que compagnons et se consacrant désormais à un tout nouveau projet : construire une famille. C'est en juillet dernier qu'elle leur a annoncé la naissance de Céleste, mais je n'ai pas été très rapide à confectionner un cadeau (et puis je n'avais pas son adresse postale).

Samedi, les compagnons vont faire leur promesse (date qui ne nous arrange pas du tout…) et Thaïs sera présente, avec Céleste. Je me réjouis donc de lui offrir cette trousse (et j'espère pouvoir laisser mes invités un quart d'heure pour faire la connaissance de cette ravissante petite fille — la date et l'horaire de la promesse ayant changé une bonne douzaine de fois en 15 jours, rien n'est moins sûr).

26 janvier126 janvier2

Une trousse un peu moins large que d'habitude car j'avais très peu de passepoil argenté. Je me suis largement inspirée de celle faite pour Luna.

26 janvier3

 

Posté par Agdel à 16:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

25 janvier 2017

Mine de rien, ça prend du temps…

… les réunions et démarches pour le futur voyage de Rome de ma collégienne

… les soldes avec la collégienne pour lui trouver une tenue de confirmation pour fin janvier (nous n'avons pas les mêmes goûts et le sens du "chic, correct et chaud" et trouver une tenue claire et chaude tient de la mission impossible)

… re-les soldes avec la même, pour dénicher des chaussures chaudes et imperméables (et qui lui plaisent surtout) parce que Rome en hiver, c'est souvent pluvieux

… les conversations téléphoniques avec notre nouvelle mutuelle dans le but d'obtenir enfin la télétransmission pour tous les membres de la famille, sachant que : - Marie vient juste d'être affiliée à la sécu étudiante (dossier complet remis à son école le 29 août — tout est normal) - Guillaume est inconnu de notre centre de sécu (qui lui a remboursé ses lunettes sans problème le mois dernier) - Aurore a été rattachée à la carte vitale de son père (devinez qui l'accompagne chez le médecin ou l'orthodontiste ?) et a obtenu la télétransmission sur un n° de sécu inconnu donc… - pour ma part, c'est en cours - Paul a tout bon, lui !

… les conversations téléphoniques avec l'ancienne mutuelle, puisqu'il y avait des remboursement en cours, lunettes, semelles et surtout un trimestre d'orthodontie à cheval sur les deux années (je sens que ça ne va pas être simple)

… les appels au service client SFR suite au passage à la box fibre (alors, sachez qu'une interruption de service de 48h est normale — évidemment qu'on ne vous prévient pas)… à part le wifi qui se déconnecte plusieurs fois par jour et la nécessité de changer de téléphone (pas prévue non plus), il semblerait qu'on y ait gagné en rapidité.

… les appels avec Renault, car après bien des hésitations, j'ai déposé une réclamation suite à notre dernière révision : deux jours d'immobilisation, pas de contrôle technique (incapables de prendre rendez-vous à temps), phares pas réglés et un pneu lisse non signalé, pas mal pour une révision pre-contrôle ! Le montant du chèque, en revanche, était conséquent. J'ai l'impression que je vais perdre mon temps (déjà, j'attends depuis 5 jours un rappel "sous 24 h") mais ces grands garages ont un comportement inadmissible (et notre petit garage préféré ne fait pas le GPL de cette marque)

… l'impression (surtout quand la cartouche jaune décide de fuir : 1h de nettoyage au coton-tige), le découpage et le collage de ces petites choses :

24 janvier2

et tout cela en luttant contre le froid, ce qui me prend pas mal d'énergie !

 

J'ai tout de même réussi à coudre un peu :

24 janvier1

les "clientes" sont ravies, paraît-il, mais se disputent pour le partage des couleurs.

Posté par Agdel à 12:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


10 janvier 2017

10 du 10 : avec ou sans

« Pour revenir à notre thème, Avec... ou Sans,  c'est un peu le temps de l'année ou je vois les arbres sans les feuilles, le jardin sans fleurs, la maison sans le sapin, mais, hé, ho! ceci est supposé nous remonter le moral, pas le contraire, alors j'ai commencé à regarder "avec". 
Comme tout est différent pour chacun, restons positif, chez vous qu'est ce qui va mieux avec, ou sans..?
»

C'est reparti pour une année de 10 du 10 avec J'habite à Waterford.

Un réveil sans nausées et un petit déjeuner avec tartines, avec confiture de groseilles-framboises du jardin, c'est la fête !

10 janvier01

C'est moins la fête pour Aurore, qui se réveille avec de la fièvre et doit décider sans l'aide de sa mère indigne si elle ira ou pas au collège (cette enfant n'est pas normale !) ; pour finir, elle décide d'y aller (elle a deux contrôles), mais je l'ai prévenue : je ne viendrai pas la chercher, elle doit tenir jusqu'à 12h30.

10 janvier02

Bon, visiblement, c'est un jour avec problèmes de trains (2 lignes arrêtées, la 3e très en retard)

10 janvier03

Mais il semble que ce sera un jour avec lumière et soleil

10 janvier04

Et puis, finalement, ce sera plutôt avec giboulées

10 janvier05

Avec suspense, également, car le train s'est arrêté en gare au moment le plus saisissant de l'histoire

10 janvier07

Réunion avec 8 collègues, suivie de notre repas mensuel (j'ai vu défiler saucissons, pâté, quiche, fromages, galette et vins sans y toucher, je me suis contentée de ma soupe potiron-carottes — qui a été fort appréciée – et deux clémentines)

10 janvier06

Le noyer sans feuilles, mais avec des oiseaux aux chants particulièrement mélodieux

10 janvier08

En triant le courier, je jette tout de suite les prospectus sans intérêt…

10 janvier09

Et pour finir la journée, un couscous sans tomates (je les ai oubliées), avec poularde (c'est un couscous de luxe), sans merguez pour moi

10 janvier10

Posté par Agdel à 21:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2017

Rendez-vous d'Anne : la nuit…

… par exemple, (tout à fait au hasard bien sûr), celle de samedi à dimanche.

Nuit précédée d'une fort belle soirée au théâtre, en compagnie d'Aurore (elle a souhaité des pièces classiques)

9 janvier19 janvier2

9 janvier39 janvier4

Pièce à la fin de laquelle je me suis sentie quelque peu barbouillée, mais il faisait si chaud !

Toutes les heures au moins, ce poids sur l'estomac m'a vaguement réveillée. Mais à 4h37, c'est Paul qui s'est précipité dans la salle de bains (merci le stage en école maternelle). Durant l'heure qui a suivi, je me suis demandé si je devais me lever pour l'imiter, puis je me suis à peu près rendormie. 8h, debout ! Nous animons la messe, chouette ! J'ai prévenu le vicaire que je risquais fort d'être obligée de sortir précipitamment, mais j'ai tenu bon, entre vertiges et nausées.

Et puis ce fut un vrai plaisir de préparer galette des rois, amuses-bouches et accompagnements de la poularde, pour le repas de Noël de ma famille. Il avait été si difficile de trouver une date commune, on n'allait pas reporter.

La nuit suivante a été animée par Guillaume et ses brûlures d'estomac (mais visiblement, il avait juste trop mangé, obligé de finir quelques restes urgents le soir tandis que je me contentais d'une tasse de bouillon).

Pas de galette Calibeurdaine ce soir, donc, mais repos ! (d'ailleurs, le seul mot de galette me retourne l'estomac, et comme nous avons demain notre réunion d'équipe suivie d'un repas en commun, mes mails professionnels de la journée n'ont parlé que de victuailles… pour ma part, j'apporterai de la soupe de légumes)

 

Posté par Agdel à 20:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2017

Collection bébé 2017

Pour une petite Selma dont nous avons fêté la naissance au champagne (à la crêperie !) avec les musiciens de notre groupe, le mois dernier.

Une couture rapide * car j'ai tout de suite pensé à ce tissu nichoirs et à cette guirlande aux petits oiseaux que je n'avais pas brodée depuis un moment.

6 janvier1

Bienvenue à la petite Selma, aura-t-elle hérité du talent musical de son grand-père ?

 

* ça fait une moyenne avec la trousse "labyrinthe de maïs"

Posté par Agdel à 20:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2017

Du neuf avec du vieux #2

… et si ça pouvait s'arrêter là, j'en serais ravie !

Début novembre, j'ai refait l'extérieur de mon sac de tous les jours car la toile choisie partait en morceaux après 15 mois d'usage.
Le rabat est bordé par un biais, or un biais en coton s'abîme assez vite, surtout à l'endroit où frotte la sangle. J'avais tenté la toile de montgolfière la première fois : résistante, sans aucun doute, mais pas du tout extensible dans le biais, elle plissait dans l'arrondi. Et les coloris que j'avais juraient avec mon simili aquamarine, j'avais donc pris du biais simili Cuero chez Ma petite mercerie, presque raccord en couleur avec le Karia.

Quelques jours plus tard, je remarque de petits éclats à l'endroit de la sangle : le revêtement s'est écaillé. Un peu contrariée j'envisage d'essayer le vernis à ongles (Marie doit avoir une couleur similaire) ou de recouvrir cet endroit par une autre matière… du cuir ? du satin ? Occupée à coudre des déguisements, je remets l'opération à fin décembre. Mais au fil des jours, c'est un peu partout que le biais s'est écaillé, et pas qu'un peu :

5 janvier15 janvier2

En revanche, côté sac, je suis vraiment ravie du simili Karia, après 2 mois d'usage, de frottement contre mon manteau, contre le mur du jardin ou le portillon de la gare, de tiraillements quand il reste coincé, il est resté impeccable, à peine quelques salissures qui s'effacent avec un chiffon humide et un peu de savon. J'espère que ce sera ainsi pendant très longtemps !

5 janvier45 janvier5

Après réflexion, j'ai décidé que le biais était inutile et que je pouvais coudre le rabat endroit contre endroit, puis le retourner. Ce que j'ai fait (du coup, il aurait fallu le couper avec des valeurs de couture…) Mais je me demande à quoi peut bien servir le biais simili, s'il ne peut être cousu sur un sac, ou sur un vêtement. À orner un coussin sur lequel personne ne se frottera ?

5 janvier3

(en attendant, c'est malin j'ai été OBLIGÉE de commander ce simili en d'autres couleurs !)

 

Posté par Agdel à 17:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 janvier 2017

Dans la hotte en 2016 #7 : pour les dames

31 décembre231 décembre1

Un peu de couture en série (moins cependant que l'année où j'avais cousu 8 sacs à tarte) : de petites corbeilles garnies de lingettes démaquillantes. Une face éponge, une face éponge de bambou/polaire/microfibre polyester, car j'ai constaté à l'usage qu'une seule épaisseur d'éponge ne suffisait pas, le disque est trop fin et roule sur lui-même. J'ai réussi à coudre 50 lingettes, pas plus, faute de temps et de tissu. Je suis même arrivée au bout de mes chutes d'éponge colorées, mais un simple gant de toilette, s'il permet de couper un petit bavoir, peut aussi se transformer en une bonne vingtaine de petits ronds.

Lingettes testée et validées par ma nièce, qui m'en a commandé d'autres pour elle et ses colocataires !

 

 

 

Posté par Agdel à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :