11 octobre 2015

10 du 10 : automne en couleurs

C'est le thème du mois, proposé par J'habite à Waterford. Comme nous sommes samedi, je commence ma journée par des allers-retours à l'école de musique.

Vert, allant vers le jaune et le brun : le tilleul

10 octobre01

Noir et blanc : une courante de Johann Schenck

10 octobre10

Bordeaux : les feuilles du Je-ne-connais-pas-son-nom plantés en haie près de la passerelle, qui est si beau en fleurs au printemps, et en automne

10 octobre02

Rouge et bleu : le vandalisme me révolte, bac à fleurs renversés et brisés, canapés déposés pour les encombrants et transportés dans les bois, tailles de végétaux répandues en forêt (passible de 2000 euros d'amende, il est facile de suivre à la trace le responsable jusqu'à son jardin, mais jamais rien n'est fait, je suis parfois tentée de prendre les branches de thuyas ou palmiers et les balancer par-dessus la clôture du propriétaire !), nous vivons dans un cadre idylique que certains ne cessent de dégrader

10 octobre03

Jaune: le tulipier de Virginie qui illumine (pour longtemps) le quartier

10 octobre06

Bleu lavande : après la taille, quelques fleurs sont réapparues, croyant l'été toujours là

10 octobre04

Orange : les sumacs (de Virginie, encore !) plantés devant l'école de musique

10 octobre07

Violet : ces baies que je remarque seulement aujourd'hui, alors que je passe devant presque quotidiennement depuis 12 ans !

10 octobre09

Moins bleu : le ciel qui se charge de quelques nuages dans l'après-midi

10 octobre08

Rose : la lavatère qui n'a pas fleuri de l'été et se réveille un peu tard…

10 octobre05

 

Posté par Agdel à 14:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


11 septembre 2015

10 du 10 : Mur(s) / Mûr(s)

C'est le thème du mois, proposé par J'habite à Waterford.

Chic, je vais pouvoir photographier mon mur préféré ! J'aime les objets qui ont une histoire… celui qui sépare notre jardin du voisin ne paye pas de mine, constitué d'éléments hétéroclites : briques, meulières, ciment et… morceaux de pierres tombales. Deux inscriptions subsistent : [ici re] pose … Du[noyer], une date : 32 et plus loin : F[orestier]. Il est lézardé à plusieurs endroits mais je serais triste si nous devions l'abattre pour en construire un de nouveau (d'un autre côté, s'il tombe sur nos voitures un jour de grand vent, je ne me réjouirai pas non plus)

10 septembre01

À l'autre bout du jardin, nous avions planté un hortensia grimpant (enfin, un Hydrangea anomala subsp. petiolaris, pardon Marie !) pour habiller ce vilain pan de mur, complètement à l'ombre. Le résultat a dépassé toutes nos espérances et nous devons souvent le tailler pour éviter qu'il n'envahisse la maison des voisins (les fleurs sont agréablement parfumées, ce qui ne gâche rien).

10 septembre03

Pas encore mûres, les tomates ! Cet été, elles restaient toutes petites par manque d'eau, maintenant elles mettent des semaines à mûrir par manque de chaleur… mais nous échappons au mildiou pour l'instant, réjouissons-nous !

10 septembre02

Ce mur, banal en apparence, a également une histoire : en plein après-midi, la démolition d'un petit appentis adossé à cet immeuble a entraîné l'effondrement, sur trois étages, de ce mur. Par miracle, il n'y a eu aucun blessé. C'était un mercredi, je ne travaillais donc pas, mais mes collègues m'ont raconté le bruit effroyable et le nuage de poussière qui a envahi le quartier. Une maman, en pleine fête d'anniversaire, s'est précipitée vers sa cuisine où cuisait le gâteau, persuadée que son four avait explosé : derrière la porte, plus de cuisine ! Si l'effondrement avait eu lieu pendant le goûter, c'était le drame.

10 septembre08

Le mur de mon bureau… prévu à la base pour être un studio de répétition. Les premiers temps, j'ai eu des troubles d'accomodation visuelle  ! Maintenant, je regarde ailleurs (et j'ai un plus grand écran)

10 septembre04

L'école d'art mural de Versailles réalise régulièrement des chantiers pour embellir la ville. Je vous avais déjà parlé des armoires électriques, voici deux murs peints en trompe-l'œil. Un moyen de mettre de la beauté dans le quotidien !

10 septembre0610 septembre05

Les fausses fenêtres sont également fréquentes en ville, afin de respecter la symétrie d'une façade : pour ne pas payer l'impôt sur les portes et fenêtres instauré par le Directoire, de nombreuses fenêtres ont été murées.

 10 septembre07

C'est la pleine saison des mûres et nous n'avons pas loin à aller pour en trouver : juste à l'entrée du bois dont je vous parlais hier !

10 septembre10

Au retour, je tombe sur ce mur en construction qui me laisse perplexe… pourquoi ne pas avoir d'abord démonté la porte du garage avant de la murer ?

10 septembre11

Au fil de ces défis du 10, je m'aperçois que je suis aux aguets toute la journée ; les courses du midi deviennent une chasse au trésor, je marche le nez en l'air. Pensant au début avoir du mal à trouver 10 photos, je dois souvent faire un choix de fin de journée !

 

Posté par Agdel à 07:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

11 août 2015

10 du 10 : habituel ou pas ?

Ce thème, proposé par J'habite à Waterford, tombe bien, car ce lundi, on commence à reprendre les habitudes désertées pendant les vacances.

Le réveil sonne (il ne m'est pas destiné), j'ouvre un œil puis me rendors assomée par le médicament pris hier soir : dans la soirée, j'ai vu que la piqûre de moustique qui me faisait si mal n'en était pas une… comme chaque été depuis que nous habitons ici, j'ai été piquée par une simulie. Nous habitons effectivement pas loin du camp de Beynes, et surtout près de plusieurs étangs, mais je suis la seule à être piquée, une ou deux fois par été. Je m'en aperçois au bout de 48h en général, la piqûre devient rouge, démange de plus en plus, la peau alentour rougit, gonfle et durcit. Les premières fois, la réaction doublait à chaque nouvele piqûre : de 3 cm de diamètre la première année, j'étais arrivée à une inflammation de la moitié de la cuisse au bout de 5 ans… et puis les réactions ont diminué, mon organisme s'est habitué. Je parviens à identifier le phénomène de plus en plus tôt afin de réagir de façon adéquate : désinfection du point de piqûre et antihistaminique, qui me fait dormir, donc… mais ça marche : plus d'inflammation ce matin, juste une trace rouge qui mettra une bonne semaine à disparaître !

10 août10

Habituellement, je rajoute les marges de couture en coupant mon tissu ; là, les marges sont comprises, mais elles sont trop grandes à mon goût, il m'a donc fallu d'abord recouper les bords du patron de 7 mm, ensuite, je dois couper le tissu à ras, ce qui me déstabilise un peu…

10 août01

 

(je suis sûre que certaines auront reconnu le patron !)

Ensuite, comme d'habitude, un petit café (enfin, deux… et encore, je n'ai pas réussi à me réveiller complètement) et un peu d'ordinateur, avant de sortir.

10 août02

Ce n'est pas du tout habituel, mais comme nous ne sommes que trois à la maison et que nous avons tout notre temps, les courses vont se faire à pied.

10 août03

Le silence inhabituel du bois me frappe ; mais où sont donc partis les oiseaux ?

10 août04

Cette semaine, pour changer, c'est Aurore qui se charge des repas. Elle a fait ses menus à l'avance, ce midi : poulet sauce crème-champignons, polenta et haricots verts. Et comme dessert : yaourt, poêlée de mirabelles et miettes de spéculoos. Je vais revenir manger dans ce restaurant, moi !

10 août06

Les guêpes sont très présentes cet été, plus que d'habitude ! Celle-ci, très agaçante, va jusqu'à se poser sur ma fourchette au moment où je la porte à la bouche, dangereux ! Dès que j'en ai l'occasion, je la tiens à l'écart de notre repas, elle reprendra sa liberté quand nous quitterons la table.

10 août05

Quand on a une maison, les petits travaux d'entretien ne s'arrêtent jamais (au point que mon mari a ses habitudes, tout les week-ends au magasin de bricolage) ; cet après-midi, je refais le joint entre les deux parties de la terrasse, que la sécheresse a fait s'écarter. Il faut agir avant l'hiver, sinon le carrelage s'écaillera !

10 août07

Après un mois sans faire de pain, je reprends les bonnes habitudes !

10 août09

Et ce soir, reprise également des réunions du lundi dans notre si joli presbytère… les volets sont fermés, ma co-animatrice a-t-elle oublié notre rendez-vous ? (non, elle avait juste allumé la lumière)

10 août08

 

 

 

 

Posté par Agdel à 08:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

11 juillet 2015

10 du 10 : ombres

Ombre(s) & lumière(s), c'est le thème que nous a proposé J'habite à Waterford pour ce défi du 10, un thème qui s'esst révélé moins facile que je ne pensais…

Réveil une heure plus tôt que d'habitude ce matin, du coup pas de raies de lumière dans la forêt, pas de belle lumière du matin dans les champs, le soleil n'avait pas encore passé l'horizon !

10 juillet01

Enfin, le voici qui apparaît, il est 6 heures !

10 juillet02

Au retour, après avoir déposé Marie pour son dernier jour de stage,
je peux enfin photographier ma première ombre

10 juillet03

Je me prépare tranquillement, pars et découvre la passerelle enfin libérée
de ses barrières de travaux, au bout de deux ans !
J'ai presque l'impression d'être sur une autoroute.

10 juillet04

Dans la forêt, à l'ombre j'ai froid (malgré gilet et foulard), au soleil c'est mieux.

10 juillet05

Je comprendrai pourquoi j'avais si froid une fois arrivée à la gare : ayant à peine regardé ma montre,
je suis partie avec près d'une heure d'avance ! J'en profite pour faire le marché avant d'aller travailler.
Je sors acheter du thé vers 13h, pas moyen de faire une photo,
les ombres sont écrasées sous le soleil de midi.
Après le boulot, ma deuxième journée commence… premier défi :
transporter 3 gros melons, 2 kg d'abricots mûrs au bord de la compote, 2 kg de pêches,
un sac de thé et mon sac à main sur un vélo équipé d'un petit panier à l'avant…
j'accroche des sacs au guidon et pars prudemment.

10 juillet06

Je suis chargée comme une mule… ou comme ce cheval de bronze, avec ses deux cavaliers

10 juillet07

Un trajet à la déchetterie pendant que le réparateur change le câble de frein de Marie, voilà une fin d'après-midi efficace !
Marie est rentrée déçue de n'avoir pas eu de prime de stage… je l'emmène avec sa sœur faire un tour au centre commercial.
Nous faisons toutes les trois quasiment la même taille maintenant
(ce qui explique que j'aie parfois tant de mal à retrouver mes affaires…)

10 juillet09

Une allée qui nous rappelle l'été et les vacances en bord de mer

10 juillet08

Notre pelouse est relativement à l'ombre, elle est donc moins grillée que certaines.
Mais il faut cependant éviter de laisser des plaques de métal
posées au sol pendant 24h en pleine canicule…
ou du moins, essayer dans ce cas d'obtenir un effet artistique !

10 juillet10

(ça aura bien fait rire nos amis !)

 

Posté par Agdel à 11:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2015

10 du 10 : bruits

C'est le thème du mois, proposé par J'habite à Waterford. À première vue, ça n'est pas facile de photographier le bruit… mais peu à peu, les idées viennent. Je vais essayer de faire un reportage sonore de ma journée.

Cui-cui-chuck-triiiii : comme chaque matin, les merles me réveillent vers 5 heures, malgré les fenêtres fermées… aucun souci en temps normal, je me rendors, mais en cette période où je me lève à 6h, c'est dur ! Et puis ils sont en train de piller le cerisier avant même que nous n'ayons goûté le premier fruit mûr.

10 juin9

Vroum-vroum : la voiture démarre au quart de tour, heureusement car notre trajet est très minuté. 6h47-48, nous démarrons, traversons villes, champs, villages ; 7h07-08, je dépose Marie devant le portail de son entreprise la maison des parents de son jeune patron, transformée en dépôt, 7h25-26, je suis de retour à la maison, prête à entamer ma journée.

10 juin1

Braaammm, Braaammm : les jardiniers sont à l'œuvre, débrouissailleuse, taille-haies, souffleur. C'est bien, ils ont leurs casques anti-bruit sur les oreilles. Je pense à Marie, qui fait le même travail quelque part dans les environs (ou pas : hier, ils ont fini par un hôtel à Paris, le temps de rentrer au dépôt puis de prendre ses deux bus, elle est arrivée à 19h, longue journée !)

10 juin7

Pin-pon, Pin-pon : il est des bruits qui serrent le cœur. Qui a fait appel à cette ambulance ?
Pour quel accident, quel malaise, quel drame ?

10 juin2

Tut, tut, tut : c'est le lecteur de codes-barres. Je me souviens d'une époque où les étiquettes de prix étaient collées sur les articles et les caisses-enregistreuses bien bruyantes (c'est encore le cas chez nos petits épiciers exotiques). Je re-remplis mon énorme caddie (mais comment pouvons-nous autant manger en une semaine ?), le vide dans le coffre, transporte le tout dans la maison, range…

10 juin3

Wouh, wouh : le vent du nord-est ne faiblit pas depuis quelques jours, il siffle par les fenêtres entrouvertes, nous glace, nous apporte le bruit de l'autoroute, la charpente craque, les feuilles des arbres frémissent.

10 juin6

Bi-bi-bi-bip, bi-bi-bi-bip : les pâtes sont cuites, je vais pousser mon cri de guerre « Qui met la table ? » - la réponse est invariable « C'est Paul » dit Aurore, « C'est Aurore » , dit Paul ; Marie ne dit rien, elle est au boulot…

10 juin4

Plouf, plouf, plouf : le ronronnement du lave-vaisselle me donne le sentiment du devoir accompli : j'ai rempli les ventres affamés, la cuisine est rangée, je vais pouvoir prendre un café tranquillement avant d'accueillr Élise pour notre séance de couture hebdomadaire.

10 juin5

Ta-ca-ta-ca-ta-ca-tac : voilà huit fois en dix jours que Paul me demande si j'ai bientôt fini, je crois qu'il faut que j'arrive au bout de cette couture ! Je m'attendais au pire avec le simili-cuir, mais contre toute attente, c'est d'une facilité déconcertante à coudre, le pied n'accroche pas, le tissu est souple mais ne se déforme pas, l'aiguille le perfore sans bruit (rien à voir avec celui, tout fin, acheté pour le projet d'Élise, que je lui ai fait coudre entièrement à la main, elle qui ne savait pas enfiler une aiguille lorsqu'elle est venue me trouver…)

10 juin 1

Clap, clap, clap : la journée est presque terminée. J'ai récupéré Marie sur le trajet du bus, afin qu'elle se douche et se change avant l'audition de violoncelle, où elle a pu enfin jouer son morceau d'examen avec son accompagnatrice. Ce n'est pas de la musique impérissable… mais elles s'en sont bien tirées.

10 juin 2

Encore une réunion pour trois d'entre nous, Aurore à récupérer au solfège à 21h, il me faudrait un don d'ubiquité parfois !
(et j'espère que je vais rester sourde aux trilles du merle, cette fois-ci, ou que la chouette qui s'est installée dans le nichoir aménagé par la LPO dans un parc tout proche ne hululera pas juste à coté de la maison, il arrive qu'elle me réveille parfois, mais c'est magique…)

 

 

Posté par Agdel à 21:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


10 mai 2015

10 du 10 : entrée/sortie

Le thème de ce mois, proposé par J'habite à Waterford, est entrée/sortie : « Il y a portes et fenêtres, d'accord. Mais allez au-delà des passages pour les humains. Bouches d'égouts, chattières, cheminées, robinets, ventilation... Imaginez, les entrées et sorties des animaux, de l'eau, de l'air... »

Je vais donc commencer par l'eau, car tout au début de mon trajet de course, je passe près de la source de la Bièvre : la fontaine des Gobelins. Une toute petite fontaine à l'origine d'une rivière qui, après un parcours de 33 km, va se jeter dans la Seine à Paris et alimentait autrefois la manufacture des toiles de Jouy, les fontaines de Versailles (via l'aqueduc de Buc) et la manufacture des Gobelins.

10 mai1

Un peu plus loin, je les vois enfin, tout juste sortis de l'œuf ; Madame Cygne couvait encore mercredi dernier — ou peut-être était-ce Monsieur ? L'incubation durant plus d'un mois, ils se sont relayés dans le nid, un bel exemple de partage des tâches ! Mais pourquoi parle-t-on de Vilains petits canards ? Ils sont très mignons !

10 mai2

Je continue ma course et parviens à monter presque sans ralentir jusqu'à la Batterie dont j'ai récemment découvert l'existence. Nul ne peut entrer ou sortir de ces traverses qui sont murées à leur extrémité.

10 mai3

Je poursuis sur le chemin, qui arrive au bord de l'autoroute, sort de la forêt puis y entre de nouveau.

10 mai4

Je longe l'autoroute une seconde fois, sur une centaine de mètres juste au niveau d'une sortie.

10 mai5

Vers la fin de mon parcours, je m'arrête une nouvelle fois devant deux portes bien différentes : celle de l'ancienne ferme, abritant une entreprise d'élagage…

 

10 mai6

… puis celle de cette ravissante maison ancienne, surmontée d'une glycine (mon rêve)

(les tests de peinture sur les volets ont été faits il y a 7 ans… dire que parfois, je trouve que nous traînons dans nos projets de travaux !)

10 mai7

La balade de l'après-midi nous conduit un peu plus loin sur la Bièvre, à l'endroit où elle sort d'un étang

10 mai 2

et je me demande si l'on entre au pays des fées en franchissant cette drôle de porte

10 mai 1

Enfin, je passe un long moment immobile à guetter les entrées et sorties des parents mésanges, mais ils sont bien trop méfiants et ne s'approchent pas du nichoir lorsque je suis à moins de 10 mètres ! Je les laisse donc tranquilles pour s'occuper de leurs petits affamés.

10 mai 3

 

Posté par Agdel à 21:45 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2015

10 du 10 : voyez-vous du jaune ?

J'habite à Waterford nous propose ce mois-ci de chercher le jaune autour de nous… pas facile, me suis-je dit tout d'abord, en songeant aux difficultés que j'ai eu à trouver du tissu ou un vêtement jaune lorsque j'en ai eu besoin ; à part les forsythias…

… et puis, au fil de ma journée, j'en ai trouvé plein !

Au lever, séance d'étendage de chaussettes (je n'aime pas ça) et parmi elles, cette paire de chaussettes bien larges offertes par une compagnie aérienne, qui logent habituellement dans ma table de chevet, pour les soirs où j'ai trop froid aux pieds pour m'endormir.

10 avril1

Je passe devant le collège d'Aurore, oh, le toit est jaune !

10 avril2

Je poste les conventions de stage de Marie, voilà une affaire rondement menée (oublions que je vais passer 1h chaque matin dans la voiture pendant 5 semaines, en plus de mon trajet domicile-travail habituel)

10 avril3

À peine arrivée, je regarde mes boîtes à archives pour y chercher du jaune… tiens, mais c'est justement le dossier sur lequel nous devions absolument travailler hier, mais le temps a filé trop vite… j'attends donc le collègue concerné… qui sera pris par diverses tâches toute la journée, une fois encore, la boîte est donc restée un jour de plus sur l'étagère !

10 avril4

Ce midi, je vais déjeuner au parc, il fait trop beau pour rester enfermée ! Les plates-bandes des contre-allées sont désormais des zones non fauchées, où pâquerettes et pissenlits peuvent pousser librement, en plus des jonquilles plantées au milieu.

10 avril5

À l'entrée du parc, ce parterre m'attend !

10 avril6

Et plus loin, un jeune magniola jaune (je ne savais même pas que ça existait)

10 avril10

Je me suis préparé un pique-nique dans le thème de la journée : salade poulet-haricots-poivron et comme dessert, ananas-fraises

10 avril7

Il est temps de reprendre le train ; quelques touches de couleur jaune dans la gare :
la borne d'appel d'urgence, l'affiche de la Cité des sciences et les bacs à sable — les voyez-vous ?

10 avril8

Paul se replonge dans son enfance : il prépare des jeux pour une colonie de vacances
sur le thème des Drôles de petites bêtes, des livres que nous avons tant lus et relus.

10 avril9

 

 

Posté par Agdel à 19:06 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mars 2015

10 du 10 : fibres

Pas facile, le sujet du jour, suggéré par J'habite à Waterford ! En plus,  je n'avais guère l'occasion de photographier durant ma journée, enfermée dans une salle informatique en sous-sol pour une formation.

Fibres alimentaires, nécessaires à notre santé ! Nous mangeons, je pense, largement plus que les 5 fruits et légumes préconisés. Ce matin, par exemple, vu que ma formation ne commence qu'à dix heures tout près de la gare Montparnasse, je peux prendre le temps d'un petit déjeuner coloré et savoureux !

10 mars01

Petit clin d'œil au thème, les panneaux d'affichage de ce café où nous déjeunons rapidement après une matinée de cours bien remplie

10 mars02

(dans notre quartier, la fibre optique, ça ne sera pas pour maintenant, visiblement…)

Au retour, j'ai cherché des fibres dans la maison. Fibres textiles, évidemment, naturelles pour la plupart car je ne supporte pas le synthétique sur la peau :

cotons colorés

10 mars06

laine toute douce

10 mars04

rayonne des fils de broderie

 10 mars03

nylon (un peu de synthétique est parfois nécessaire) acheté pour confectionner de nouveaux sacs de voyage bien solides.

10 mars05

Passons ensuite à la fibre artistique…

L'orientation des fibres du bois (érable) sur le fond du violon, n'a qu'une valeur décorative,

10 mars08

contrairement à celles de l'épicéa de la table qui propagent le son

10 mars11
(Marie devrait nottoyer son violoncelle plus souvent !)

Pas (pas encore?) d'archet en fibre de carbone chez nous : du pernambouc, de l'amourette, du bois du Brésil, des bois aux fibres denses qui leur donnent solidité et souplesse.

10 mars10

Et pour finir la journée, l'odeur du pain qui cuit : ce soir, c'est seigle-raisins-noix

10 mars07

Posté par Agdel à 22:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 février 2015

10 du 10 : lettre C

C'est l'idée directrice du mois, suggérée par J'habite à Waterford. Ou comment se retrouver toute une journée à se dire « Ah, ça ferait une bonne photo, ça, mais quel mot employer pour qu'il commence par C ? »

10 février11

C comme… comprimé. Au réveil, la première chose que je fais est d'avaler mon cachet. Comme j'ai le même traitement que Marie, nous partageons la plaquette et cette fois, c'était au tour de Marie de faire délivrer son ordonnance à la pharmacie ; elle m'a fait part à son retour de la mauvaise nouvelle : le générique est de retour ! Je suis en colère !  Autant j'accepte facilement les génériques pour tous les traitements courants, anti-douleurs, antibiotiques, même mon hypertenseur est enfin sorti en générique, avec un prix réduit de moitié (à près de 50 euros la boîte, ce n'était pas du luxe) et un emballage plus compact, autant je suis opposée au générique du lévothyrox. Pour une économie de 35 centimes par boîte, (au taux de remboursement actuel, cela revient à 2,73 euros par an de dépenses en moins pour la sécu), j'ai mis ma santé en jeu au bout de 6 mois d'utilisation du générique, ce qui a nécessité un rééquilibrage du dosage incluant 4 prises de sang à 17 euros chacune ! Sans parler de la fatigue qui en a résulté… où est le bénéfice ?

10 février02

C comme… cernes ! Oh, là, là, quel désastre ! Mes multiples réveils nocturnes ont des conséquences fâcheuses. Je ne me maquille jamais, mais j'ai tout de même trouvé, dans ma boîte d'échantillons (du temps où j'achetais de temps en temps un magazine féminin), un petit sachet de fond de teint pour camoufler un peu les dégâts.

10 février03

C comme… couleurs. J'aime beaucoup la décoration de ces trains (pas trop, en revanche, la dureté des banquettes, si peu confortables)

10 février05

C comme… café. Évidemment, le nombre de tasses bues au matin va de pair avec la couleur des cernes (mais je n'en boirai pas après 15 heures, pas la peine de renforcer le cercle vicieux qui tourne bien tout seul : réveil difficile, après-midi somnolent et difficultés d'endormissement le soir)

10 février0110 février04

C comme… chantier pharaonique. Dans la nuit de vendredi à samedi, la plus grande grue d'Europe (la structure jaune, longue de 100 mètres, que l'on aperçoit le long des voies, ebcore en cours de montage) soulèvera deux demi-passerelles de 40 m de long et presque 100 tonnes chacune pour les déposer au-dessus des voies. Pour en savoir plus, voyez ces vidéos.

10 février07

C comme… concert de la chorale du collège (waouh, 3 C d'un coup !)… mais non ! Dommage, le concert prévu à 18h (c'était déjà serré) a été décalé à 17h30, sachant que la miss avait rendez-vous chez l'orthodontiste à 17h20, il n'y a vraiment aucune chance d'arriver avant la fin du concert. Dois-je avouer que j'éprouve un léger soulagement à cette idée ? Entendre 10 adolescentes à la diction aproximative (et ne parlons pas de la justesse) massacrer les derniers tubes à la mode, que mes filles chantent en boucle matin et soir en s'accompagnant au piano (vu que l'accompagnement en question comporte 3 accords plaqués, ça n'est pas difficile) et que notre professeur de Pilates nous passe chaque jeudi, dans une cantine peu chauffée, avec les parents des adolescentes en question qui papotent entre eux sans se gêner, c'est dur pour mes oreilles. En revanche, j'attends avec impatience d'entendre le programme concocté par l'école de musique, dirigé par une chef de chœur hyper exigeante (et là, bizarrement, Aurore ne peut chanter et s'accompagner en même temps).

10 février06

C comme… courrier. Chaque soir, j'ouvre la boîte aux lettres avec l'espoir d'y trouver la convocation tant attendue pour Paul, celle qui clôturerait cette phase des écrits de concours, alors qu'il arrive presque au bout des oraux. Mais cette école prend son temps pour corriger les copies, visiblement.

10 février08

C comme… cuisine quotidienne. Manger du fait-maison tous les soirs, et varié en plus, ça demande un certain investissement, en moyenne 30 minutes à une heure passées en cuisine. Ce n'est pas une corvée (je suis juste parfois en manque d'idées). Ce soir : soupe de légumes (avec un reste de bouillon de pot-au-feu), clafoutis de champignons (un gros sac bradé sur le marché) et salade.

10 février09

C comme… chaussettes. Une véritable corvée, je déteste étendre les chaussettes une à une (surotut lorsqu'elles ont été mises au panier roulées en boule, à l'envers et dépareillées, évidemment – oui, j'ai tenté la grève du lavage, ça ne marche pas, ils prennent MES chaussettes ou vont pieds nus, j'ai tenté aussi le rappel systématique des coupables, c'est moi qui me suis lassée la première). Je joue à "qui va avec qui" et réussis à pas mal vider mon bac à chaussettes seules (pas tout à fait, cependant, ce qui reste un vrai mystère, vu que le panier à linge sale est complètelent vide)

10 février10

C comme… couture. Il est rare que je reste plusieurs jours de suite sans coudre un peu. Ce soir, je mets la dernière main à cet ouvrage et j'espère trouver le temps, demain, d'en commencer un nouveau.

 

Je sais, il y a 11 photos, mais 10 mots commençant par C !

 

Posté par Agdel à 15:17 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

11 janvier 2015

10 du 10 : papier

Thème proposé ce mois-ci par J'habite à Waterford pour le 10 du 10.

Une journée de samedi qui commence trop tôt… je rassemble mes feuilles de musique : une suite de Marin Marais, dans l'édition originale gravée en 1711 *, avec les magnifiques ornements que le graveur a dessinés à la fin des parties de basse. 

10 janvier1

Un livre dans la boîte aux lettres : parce que je cherche depuis longtemps à identifier cet arbre et que ma fille n'a pas su m'aider, j'ai commandé un ouvrage qui nous sera, je l'espère, très utile à toutes les deux (et l'arbre en question est donc un tulipier de Virginie !).

10 janvier4

Autre colis arrivé également, une nouvelle carafe pour remplacer celle que j'ai cassée mardi. Le carton contient tant de papier d'emballage qu'elle ne risquait pas d'accident de transport !

10 janvier3

Je ne cesse de regarnir le stock de mouchoirs en papier qui fond comme neige au soleil, avec deux enrhumés chroniques et une petite Aurore pas encore remise de sa maladie des vacances.

 10 janvier6

Les papiers, la paperasse… chaque mois au moins, je classe, trie, range ce qui doit être conservé, vérifie que les factures sont bien payées… et une fois par an, je jette ce qui doit l'être (par exemple, la notice de notre réfrigérateur défunt) et scanne les nouveaux documents à conserver (comme les factures), fichiers que je conserve au bureau, car en cas d'incendie, les papiers disparaîtraient eux-aussi.

 10 janvier9

Papier cadeau, c'est jour de fête !

10 janvier2

 Papier d'écolier… je suis toujours admirative des cahiers d'Aurore, à son âge j'écrivais très mal, mon mari aussi.

10 janvier5

Après Noël, j'ai souvent de nouveaux papiers de soie à ajouter à ma reserve ; cette année, c'est du doré ! Je les utilise pour emballer, décorer, bricoler ou réaliser des bouquets de bonbons.

10 janvier8

Un autre papier utile pour moi : les patrons. Je les décalque à l'aide de bâche de protection pour peinture, plus transparente que le papier de soie (celles qui utilisent les patrons Ottobre ou japonais me comprendront) et plus résistante aussi.

10 janvier7

… et parce que le papier, ce sont aussi les journaux, la dernière photo n'est pas de moi, mais illustre très bien ma tristesse, mon incompréhension, ma révolte devant ces assassinats lâches et totalement indéfendables (surtout pas au nom d'une religion, quelle qu'elle soit):

 

* L'invention de la gravure a libéré l'édition musicale française, jusque-là soumise au monopole de “seul imprimeur pour la musique” de la dynastie Ballard, qui imprimait à partir de caractères mobiles — comme le texte — méthode lente et coûteuse. Ces œuvres étant depuis bien longtemps dans le domaine public et parfaitement lisibles dans leur édition originale, je télécharge directement les pièces que je travaille sur le site de la BnF, à moins que je n'ia beosin de la totalité d'une œuvre, dans ce cas, je vais évidemment acheter une édition imprimée et reliée. Rappelons que la photocopie de la musique est encadrée par des règles très précises !

Posté par Agdel à 15:36 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :