02 juin 2016

Défi 52 carrés #21

Ce mercredi a été un peu difficile (mais rien à voir avec le cauchemar que vivent ceux dont les maisons sont inondées, si près de chez nous !) : Paul a su dès le matin qu'il aurait toutes les peines du monde à aller en cours, plus de train vers Montparnasse (une petite rue en surplomb des voies menace de s'effondrer), une circulation des RER très aléatoire, une grève très suivie sur la ligne U… Il a donc décidé de rester à la maison, ce qui lui a permis de répondre à l'appel au secours de sa sœur, coincée à la gare, et de la conduire au lycée. Pour ma part, j'ai décidé d'aller courir (enfin, courir… ma forme physique n'est pas au mieux mais je m'accroche), mais ce petit tours des étangs s'est transformé en parcours du combattant !

chemin inondé par le débordement de l'étang (jamais vu en 12 ans) au point que la famille cygne y barbote (j'ai prudemment attendu qu'ils s'éloignent, je ne tenais pas à être attaquée par les parents défendant leur petit)

1 juin11 juin4

1 juin21 juin3

J'ai tenté diverses stratégies : passer sur le bord (raté, j'ai les pieds mouillés), le détour par un petit sentier à flanc de coteau (glissant et trop escarpé pour moi), puis, mouillée pour mouillée, le passage dans les flaques avec de l'eau presque à la cheville. Sur l'autre berge, ce sont les arbres tombés en travers du chemin qui m'attendaient. Je suis passée par-dessus, par dessous…

1 juin5

 

Bilan de cette sortie sportive : de bonnes courbatures et un mal de gorge. Qui a dit que le sport était bon pour la santé ?

Ensuite, je suis partie récupérer Marie, oubliant au passage le rendez-vous d'orthodontie d'Aurore.

Puis l'après-midi s'est écoulé :
Coup de fil surréaliste aux impôts pour savoir que déclarer exactement de nos travaux d'isolation… (Quid de la location de l'échafaudage ? De la dépose-repose des tuiles ? De l'enlèvement de l'ancien isolant ?) eh bien ils n'en savent pas plus que nous ! « Demandez à votre entrepreneur » « Comptez les m2 et multipliez par 150 » « Ne déclarez que les matériaux » « Ah non, la pose aussi, vous pouvez déclarer la pose » « Surtout, gardez bien la facture » et le pire « Appelez Bercy ! »
20 minutes plus tard, je ne suis pas plus avancée et j'espère juste que le contrôle ne tombera pas sur nous cette année !

Célébration en hommage à une maman décédée il y a près de 3 semaines (et étonnement : le cercueil est là, mais ce ne sont pas les obsèques, qui auront lieu demain), grande émotion, l'église pleine…

Audition d'alto, qui a été avancée de 30 minutes, mais a duré plus que prévu

Courses faites en vitesse et joie de découvrir à mon retour qu'il manquait pas mal d'articles sur la liste !

Du coup, j'ai délégué à Paul la préparation du repas du soir : nouilles sautées au porc et aux légumes

1 juin7

Et je suis allée coudre un carré, avec des courbes, ce que je déteste ; un peu de découd-vite quand le tissu a fait un pli, mais pas trop, finalement.

1 juin6

Le reste de ma liste du jour (repassage des nappes, couture d'un sweat, rangement des tables d'appoint, préparer la messe de dimanche prochain et trouver un animateur pour samedi…) est passé aux oubliettes, il faudra trouver le temps, plus tard (j'ai quand même réussi à reprendre rendez-vous chez l'orthodontiste et à trouver un itinéraire de substitution en bus pour Paul)

 

 

 

 

 

 

Posté par Agdel à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


17 mai 2016

J'aime / J'aime pas

À l'image de ces petits billets que l'on voit fleurir sur les blogs… en ce mois de mai :

17 mai3

J'aime :
- faire tous les matins un tour de jardin pour voir ce qui a poussé/fleuri, si la digue de sable anti-limaces est efficace, guetter les premières fraises et essayer de deviner la couleur des pétunias encore en boutons
- mes 3 ados qui s'entendent si bien, jamais une dispute (enfin presque)
- les semaines de travail raccourcies jusqu'à la fin du mois
- les jours qui rallongent
- les préparatifs d'une fête à venir
- les 5 jours de chaleur qui sont venus à bout de ma toux (du coup, je sais que je ne suis pas allergique aux pollens)
- trouver une surprise dans mon courrier. Merci Rachel !

17 mai217 mai117 mai4

Je n'aime pas :
- ne rien avoir prévu pour notre été (quand ? où ?)
- trouver 5 lattes du canapé cassées après les anniversaires des filles
- les fourmis qui ont décidé de coloniser la maison par toutes les issues possibles, l'une après l'autre. Vous avez des solutions ? (après les écorces de citron, le vinaigre, le baygon)
- un coup trop froid, un coup trop chaud et toujours la pluie : le printemps a du mal à s'installer pour de bon
- le choc d'une terrible nouvelle, une famille amie endeuillée
- le devis du plombier
- les grèves de train qui vont encore bien compliquer le quotidien
- les simulies qui me piquent régulièrement, et uniquement moi (mais pourquoi ?)

17 mai517 mai617 mai7


On va essayer de trouver plus de positif que de négatif, quand même…

 

Posté par Agdel à 17:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

07 mai 2016

Et le temps passe…

Samedi dernier, nous sommes allés donner un coup de main à l'un des producteurs de notre Amap : un bon poulet bio, ça se mérite ! Par exemple, en passant 3 heures à genoux sous la pluie et dans le froid, à déraciner du rumex (le pauvre, ses 4 hectares de prairies en sont envahis, seul il n'en viendrait jamais à bout), avec les poules en fond sonore. Si l'on regarde la surface desherbée, c'était décourageant, le mieux est de regarder le tas de plantes arrachées :

7 avril017 avril03

7 avril027 avril04

Ensuite, Marie a mis des fonds à ses bacs, puis a dû s'arrêter pour cause de jour férié : pas le droit d'utiliser la perceuse et pas moyen d'acheter des billes d'argile ou du terreau. D'ailleurs, le nombre de sacs nécessaire est énorme, il va falloir trouver une autre solution.

Et puis elle doit imprimer (en couleur) la version finale de son rapport de stage et c'est le moment que choisit notre imprimante (qui n'a que 14 mois) pour faire de grandes traces noires et froisser le papier. Verdict de son professeur : ça ne passera pas. Le petit magasin où Paul faisait imprimer ses dossiers de camp a fermé, c'est un peu la panique ! Nous avons trouvé une solution, mais après contact du support technique Brother, le diagnostic est sans appel : l'unité de fusion est morte (elle indique un taux théorique d'usure de 3% !), aucun réparateur agréé dans notre département, il faudrait envoyer la machine à Roissy (à nos frais — la garantie est expirée depuis 2 mois malgré le peu de copies effectuées) ou l'apporter dans une boutique parisienne qui n'est ouverte qu'aux heures de bureau en semaine et fait le pont ce vendredi. Après quelques coups de fil et recherches, nous décidons de la réparer nous-mêmes et de demander un geste commercial à Brother, vu le prix conséquent de la pièce. Hypothèse du magasin qui nous fournit la pièce : la panne serait due à l'impression d'une planche d'étiquettes (sur du papier spécial et conformément au mode d'emploi de l'imprimante).

Lundi, j'ai rencontré un piano abandonné en allant à l'école de musique prendre mon cours. J'espère que quelqu'un l'a adopté avant le passage des encombrants jeudi matin.

7 avril05

Mardi, je trouve de la terre végétale à donner sur le Bon coin. Mais je tombe en panne de gaz alors que je viens mettre à cuire des artichauts… changement express de menu, ajout dans le programme du mercredi d'un voyage au magasin qui vend nos bouteilles, évidemment à l'opposé de la ville où j'irai chercher la terre. Et pas de repas asiatique ce soir-là : il faudra manger les artichauts, enfin cuits.

Mercredi, donc, le coffre a été chargé de 400 kg (à vue de nez) de terre ; objectif : garnir les trous laissés par les blocs de béton du portique et remplir les bacs de Marie. Nous constaterons jeudi que nous en avons pris juste la quantité nécessaire ! (mon nez a une bonne vue)

Jeudi, le beau temps m'a poussée au jardin : deux grands sacs de mauvaises herbes, deux pieds de ronces déracinés qui repousseront, hélas, rien n'en est venu à bout — même le roundup, j'ai essayé, je l'avoue, car les anciens propriétaires nous en avaient laissé (d'ailleurs, je pense être victime du même mal que notre éleveur de poulets : quand on passe d'un jardin hyper-traité à du "sans pesticides sauf cas extrême", les premières années ça va, mais très vite les adventices prennent le dessus). J'ai encore tout le pied des fruitiers à dégager et des kilomètres de lierre terrestre à arracher, et puis je m'attaquerai aux pissenlits et renoncules de la pelouse. Marie, pendant ce temps, a bâché le fond de ses bacs (en tombant en panne d'agrafes en cours de route, sinon ce n'est pas drôle). Et nous avons pu prendre notre premier repas dehors !

7 avril077 avril06

Vendredi, je suis allée travailler profiter du calme du bureau (nous n'étions que deux) pendant que toute la maisonnnée faisait le pont en jardinant, cuisinant, rangeant, lézardant au soleil, nageant…  puis nous avons mis la dernière main au projet de Marie et admiré le résultat (et les tulipes, qui sont enfin fleuries, avec un mois de retard par rapport aux années précédentes)

7 avril137 avril08

Encore quelques jours pour que les pétunias fleurissent, que les géraniums se remettent de leur transplantation, que les premières fraises apparaissent… et normalement, les limaces ne les attaqueront pas (ou alors, ce sont des limaces alpinistes et là, je ne sais plus quoi faire)

7 avril117 avril12

7 avril097 avril10

Et enfin ce matin, l'imprimante a été réparée, avec l'aide d'une vidéo en ligne : on combine le sens du volume et le sens pratique de l'un la méticulosité et aux connaissances techniques de l'autre, et pour certaines pièces, quatre mains n'étaient pas de trop ! La voilà comme neuve, reste à obtenir gain de cause auprès de Brother car vraiment, cette panne n'est pas acceptable.

7 avril147 avril15

 

 

 

 

Posté par Agdel à 12:30 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

21 avril 2016

Défi 52 carrés #15

Je suis en vacances… donc je n'ai plus une minute à moi ! Le soleil est enfin arrivé et, contre toute attente, dure depuis le début de la semaine. Par conséquent, je jardine, désherbe… Paul m'a aidée à déterrer deux des blocs de béton qui stabilisaient le portique, de beaux morceaux : 30 cm de côté environ ! J'ai essayé de les casser au burin, mais c'était du solide, alors nous avons décidé de creuser tout autour, puis de les arracher. Encore deux, ce sera pour la semaine prochaine, j'ai mal aux bras !

20 avril5

J'ai passé une journée d'anniversaire paisible, avec une dernière journée de travail tranquille, avant les vacances puis je me suis offert un massage délassant (résultat moyennement convaincant, j'essaierai ailleurs une prochaine fois), avant de m'installer au soleil pour désherber pendant qu'Aurore finissait de fêter son anniversaire avec ses amies. Elle avait tout organisé, s'était levée tôt pour cuisiner (brownies, cookies, madeleines, pop corn, tartelettes au chocolat), avait prévu des jeux, de la déco… l'état de la cuisine à mon retour était légèrement apocalyptique, mais elle a tout rangé et nettoyé (enfin, à peu près) avant le dîner (oh, quelle surprise, un gigot de sept heures ! Mais cette fois, précédé d'un velouté d'asperges vertes maison, accompagné de carottes nouvelles et suivi d'une  crème au chocolat à l'ancienne très réussie).

20 avril120 avril2

Mercredi, donc, entre deux grands rangements de printemps (nous avons attaqué l'armoire aux jeux de société et entrepris de remettre chaque petite pièce dans la boîte adéquate), j'ai cousu mon carré de la semaine, toujours avec l'un des beaux tissus de Mamanlit.

20 avril6

Puis, comme la séance "couture-réparation de tentes scouts" est tombée à l'eau pour une sombre histoire de clé perdue, j'ai emmené Aurore acheter un anti-moustique (nous sommes déjà envahis). Eh ça nous a pris du temps, car la première animalerie nous a répondu que “les poissons rouges ne sont pas à vendre avant samedi”, mais pourquoi donc ? “Ils ont eu la maladie des points blancs” (une sorte de rougeole à l'envers ?). Nous repartons vers une deuxième animalerie, un peu plus loin, cherchons un vendeur… “ Je ne peux pas vous vendre de poissons aujourd'hui”. Il faudra m'expliquer comment l'épidémie se propage entre aquariums distants de 2 km. Heureusement, un troisième magasin se trouvait sur notre route et là, les poissons étaient en bonne santé ! Il n'avait pas l'air trop content dans son sachet, mais il ne savait pas la belle vie qui l'attendait : 200 l d'eau, dans la pénombre, avec de vraies larves d'insectes à manger, le paradis du poisson rouge !

20 avril3

Et la recette asiatique du jour : le bami au poulet, assez facile et rapide à faire, qui se cuit au dernier moment, comme un wok, mais salit beaucoup d'assiettes ! Chaque ingrédient doit être prêt à l'avance, épluché, émincé, découpé.

20 avril4

 

 

Posté par Agdel à 19:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

14 avril 2016

Défi 52 carrés #13 et 14

J'avais du retard, mais je l'ai rattrapé ! Voici donc les carrés des semaines 12 (décousu et recousu maintes fois. J'ai finalement cousu les "calissons" sur un film hydrosoluble – impossible d'obtenir de belles pointes autrement –  avant de les appliquer par un point invisible à la main), 13 et 14, tous cousus dans les tissus bleus envoyés par Mamanlit. Le nombre de morceaux augmente peu à peu, les difficultés et le temps passé également. Les arrondis me posent toujours problème, je ne contrôle pas bien la déformation du tissu dans le biais.

 14 avril314 avril4

14 avril5

Et pour le repas asiatique du mercredi, la semaine dernière, j'avais sorti les brioches Banh bao du congélateur après le concert de l'orchestre à cordes ; cette fois, c'est Paul qui s'est mis aux fourneaux avec un Tofu-don à base de blettes (une sorte de bo-bun japonais). Non seulement il cherche seul ses recettes, achète les ingrédients dont il a besoin, cuisine et range ensuite, mais en plus il essaye de coller au contenu du panier de l'Amap, il est presque parfait ce garçon !

14 avril1

De mon côté, j'avoue que j'ai bien du mal à remonter la pente : la trachéite se poursuit, avec une toux sèche qui m'épuise et m'empêche de dormir. Je suis tellement à plat que samedi, seule avec mes grands, nous avons mangé les restes du pique-nique d'Aurore le midi et commandé des menus japonais le soir (vraiment pas terrible, d'ailleurs, une bouillie en guise de riz, du mauvais coleslaw au lieu de la salade de chou, du saumon gras et sans goût ; ça me conforte dans mon idée que rien ne vaut le fait-maison). Mais je ne me pense pas assez malade pour être arrêtée (et puis il faudrait que je trouve le temps d'aller chez le médecin alors que je jongle au quotidien entre les activités familiales, la préparation de la fête d'anniversaire de Marie, un rendez-vous au collège et la grande opération "fleurs" des compagnons), alors je prends du sirop, des vitamines, du souffre et… je tousse ! Au moins, je vais avoir des abdos en béton pour l'été.

14 avril2

Posté par Agdel à 16:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


05 avril 2016

Il est temps de réagir !

Je suis à plat, complètement vidée… je savais que ce serait très difficile jusqu'à Pâques, mais ça devait s'arranger ensuite. Le week-end de Pâques avait été reposant, malgré le changement d'heure, la semaine qui a suivi ne devait pas être trop intense non plus, et pourtant…

Je suis malade pour la troisième fois depuis février, alors que je me réjouissais de ne plus jamais avoir de rhumes qui traînaient et dégénéraient (depuis que je ne suis plus exposée à la fumée de cigarette au bureau) ; j'ai mal au dos, aux épaules, aux pieds ; j'ai toujours trop froid ou trop chaud (bon, la météo n'aide pas non plus, avec des changements de températures de 12°C d'un jour  à l'autre) ; j'ai des nuits difficiles, entrécoupées de cauchemars, de réveils prolongés ; je n'ai pas encore digéré le changement d'heure et tarde à m'endormir. Je cours de moins en moins vite et de moins en moins longtemps, 5 kilomètres me demandent un effort considérable (mais je ne renonce pas).

Hier soir j'ai mis 2h45 à préparer le dîner (une pâte à pizza à la MAP et une garniture toute simple), parce qu'il fallait vider le lave-vaisselle, nettoyer la poubelle dont le sac s'était déchiré, vider le bol d'épluchures dans le compost et laver le sol. Rien de terrible, donc, mais à un moment, le découragement m'a prise, j'avais l'impression que rien n'avançait, que chaque tâche à accomplir en soulevait d'autres, insurmontables, je voyais partout le désordre et la saleté.

Alors le défi  #WBZHdefienergie, lancé par Marjolaine et Céline, tombe à pic ! Elles ont établi un joli programme de remise en forme :

30 petites choses à réaliser en 30 jours. Ça vous tente ?

1 – Prendre une photo de vous aujourd’hui
2 – Faire une promenade de plus d’une heure
3 – Se préparer un pink smoothie
4 – Mettre une couleur de rouge à lèvres inhabituelle
5 – Faire une vraie grasse matinée
6 – Boire son thé ou son café du matin en extérieur
7 – Aller voir la mer (ou le lac ou la rivière le plus proche de chez vous)
8 – Faire un coloriage
9 – Se faire les ongles
10 – Pique-niquer (en intérieur ou en extérieur)
11 – Avoir une activité physique (nager, courir, marcher)
12 – Décorer son intérieur d’un joli bouquet
13 – Mette la musique à fond et danser (seul ou en famille)
14 – Peindre
15 – Noter ses trois petits bonheurs de la journée
16 – Se préparer une belle salade
17 – Boire un grand verre de jus d’orange fraîchement pressé
18 – S’offrir un massage
19 – Essayer une nouvelle coiffure pour la journée
20 – Se faire un goûter avec les choses préférées de son enfance
21 – Méditer en plein air
22 – Faire une sieste
23 – Réaliser une tâche qui traîne depuis trop longtemps
24 – Se masser longuement les pieds
25 – Se préparer un green smoothie
26 – Boire un jus de citron dans de l’eau tiède au réveil
27 – Faire un porridge au petit déjeuner
28 – Chanter à tue-tête une chanson que l’on aime
29 – S’offrir un petit cadeau
30 – Prendre une photo de vous le dernier jour du défi et regarder les différences avec celle du premier jour !

On va voir si je m'y tiens… le coloriage ou la peinture ne me tentent pas trop, mais un petit bricolage à la place, pourquoi pas ? Je ne me maquille presque jamais. Quant à chanter à tue-tête… je vais attendre la fin de mon angine peut-être ? Allez, je file prépaper un smoothie et je me prends en photo (misère, ça ne pourra pas être pire le 27 avril, en plus je ne me suis pas recoiffée après le trajet en vélo)

5 avril

 

 

Posté par Agdel à 17:15 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

31 mars 2016

Défi 52 carrés #12

Pas de carré cette semaine ! J'essaierai de me rattraper la semaine prochaine… j'en ai commencé un, mais c'est un appliqué à coudre à la main et j'aurai peu de temps libre avant la fin de la semaine. Il faut dire qu'à un emploi du temps bien rempli viennent s'ajouter quelques suppléments dont je me serais bien passée :

- Une intoxication alimentaire pour Marie (suite à un week-end de formation chez les scouts — une centaine de jeunes malades, heureusement sans gravité. Comme ils étaient hébergés et nourris dans un lycée concurrent du sien, on se demanderait presque si elle n'était pas visée directement, en vue d'éliminer une candidate au BTS si convoité). Elle a commencé les festivités à 3h30, dans la salle de bain qui jouxte notre chambre… je ne me suis pas rendormie.

- Une grippe (légère) pour Aurore

- Le changement d'heure… on dit dans ce cas qu'il faut anticiper en se couchant tôt les jours précédents… trop facile en Semaine Sainte : mercredi, chorale, couchés vers minuit. Jeudi, messe, couchés vers minuit. Vendredi : chut, nous sommes allés au Temple pour une célébration plus courte, plus simple et surtout moins tardive. Samedi, re-labo d'analyses le matin, cette fois avec une ordonnance en règle, un goûter-dinatoire fort sympathique avec nos amis de toujours, avant la Vigile (et ses 24 chants) qui s'est achevée, à ma grande surprise, avant minuit… mais le lendemain, nous prenions la route !

- Aurore, qui m'annonce sans ménagement dimanche soir qu'elle doit préparer 28 crêpes pour mardi matin ! Pour une fois, je les ai achetées toutes faites. La grippe venant là-dessus, nous avons 3 paquets de crêpes à manger (ça ne sera pas trop difficile)

- Les problèmes de train avant la grève, qui me transforment en taxi pour Marie et deux de ses camarades (les plus chanceux : ceux qui devaient prendre le train dans l'autre sens attendaient encore à la gare 1h30 plus tard, les pauvres)

- La grève qui nous oblige à jongler avec les horaires des quelques trains qui circulent (et qui circulent au ralenti, en plus, allez comprendre pourquoi)

- Un beau spectacle mardi soir (c'est juste que la date était un peu mal choisie) : André Dussolier est un conteur captivant !

- Un défi de taille que j'ai presque relevé : le rangement/tri de la lingerie, en vue d'y faire entrer un plombier pour le devis de changement du cumulus. Expliquez-moi pourquoi, quand je vide le bazar entassé dans un coin, que j'en jette une partie, que j'en envoie un peu ailleurs, il prend plus de place après rangement qu'avant. Encore quelques patrons et tissus à ranger et ce sera bon.

- Ce midi, la quête du Graal : les fameuses pochettes plastique qui s'ouvrent par le coin (toutes les mamans de lycéens de terminale me comprendront). Et puis une corde de La pour l'alto (mais on l'a déjà changée l'année dernière ! Faudrait voir à jouer un peu plus sur les autres cordes ; et puis d'abord, il en tombe, des cordes, et pas des cordes d'alto, hélas)

 

Posté par Agdel à 13:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

02 février 2016

J'ai mis ma cape…

… de SuperMaman pour affronter ce lundi ! Après une matinée de travail sans chauffage ni réseau (pas commode), une pause du midi passée sur le fauteuil du dentiste, un après-midi plus efficace, je suis rentrée vers 16h40 à la maison, grâce à mon temps partiel (ne m'enviez pas trop, si vous voyiez ma fiche de paie, vous pleureriez). C'est là que la deuxième journée a commencé :

16h45 : après m'être battue avec une serrure récalcitrante, je me précipite dans la cuisine, pour alimenter la machine à pain, préparer un goûter pour Marie et emballer le pique-nique des filles.

17h03 : je saute dans la voiture, je dois récupérer Marie afin qu'elle soit à l'heure à la répétition de l'orchestre qui débute 1/2h plus tôt que d'ordinaire (le chef avait dit : « mais si, tu peux arriver à l'heure, je suis sûr que ta maman va se plier en quatre pour ça »)

17h09 : le feu du bout de la rue passe enfin au vert (j'ai l'impression que le rouge est de plus en plus long)

17h23 : j'ai traversé péniblement deux zones d'activités, je touche au but ; mon téléphone sonne au feu rouge, je décroche pour dire à Marie que j'arrive… ah non, c'est Aurore, paniquée, la serrure s'est bloquée de nouveau, le voisin qui avait les clés de devant ne les a plus (elles sont chez un autre voisin, absent), je l'informe rapidement que Paul est à la maison (mouais, sauf qu'il est sur skype avec son casque sur les oreilles) et lâche mon téléphone : le feu est passé au vert.

17h27 : Dring ! Cette fois, c'est Marie… j'arrive !

17h29 : Aurore rappelle de la maison, elle est en larmes, la pauvre ! (elle aussi répète à 18h)

17h30 : ils ont ouvert une autoroute près de l'école ? La petite impasse est bondée, je dois laisser passer 25 voitures avant de pouvoir faire demi-tour.

17h35 : Bip, bip ! C'est l'alarme du GPL. Je passe à l'essence.

17h40 : ça roule mal ; je réalise que j'ai oublié le violoncelle à la maison (un léger détour à prévoir)

17h51 : je me gare devant la maison, Marie file chercher son violoncelle. C'est l'heure de sortie des bureaux, ça va être chaud dans les ronds-points.

17h59 et 50s : Marie descend devant l'école de musique

18h12 : je suis de retour. Je vide la moitié de la bombe de dégripant dans la serrure, avant de m'attaquer au dîner, puis au pliage du linge, puis à la commande de nouveaux joints pour la plaque de cuisson. C'est ce dernier point qui me prendra le plus de temps… au final, je ne sais pas si j'ai payé mais il n'y a pas de commande enregistrée. Bon, on verra demain.

20h30 : ça y est, la course est terminée, nous sommes tranquillement installés dans nos fauteuils, la salle est comble, le concert va commencer

 1 février1

(bon, forcément, après, on a un peu discuté avec les amis, les professeurs, et les filles ont eu du mal
à se calmer pour dormir, donc ce matin, il y avait de petits yeux et des maux de tête, mais c'était
drôlement chouette — et je peux témoigner qu'il y a eu beaucoup de boulot avec le métronome
et quelques larmes pour arriver à ce résultat)

 

Posté par Agdel à 13:20 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

04 janvier 2016

2016 : quoi de neuf ?

Les jours passés, j'ai tenté de récupérer de notre folle soirée du 31… nous sommes rentrés vers 2 heures, sans voir tellement mangé ni bu, mais l'accumulation des sorties commence à se faire sentir ! Délégués convoqués pour une réunion préparatoire à la COP 22, nous avons dignement tenu notre rôle :

31 décembre131 décembre2

(souvenez-vous que les Barbapapas étaient des écologistes avant l'heure, luttant contre les marées noires et la déforestation ! Et puis j'ai fait du recyclage de costume, c'est écologique non ?)

Notre année a commencé par le traditionnel (lorsque nous sommes à la maison) brunch en famille, suivi d'une balade (Aurore l'a plutôt qualifiée de "grande marche"), puis un vieux film et un dîner léger.

 31 décembre3

Il est temps de prendre quelques résolutions (j'ai remarqué que celles que je notais ici étaient plutôt bien tenues… enfin, certaines du moins). Ce qui ne changera pas parce que ça fonctionnait bien en 2015 :

- Je continue à courir deux fois par semaine, je trouve toujours cela aussi difficile, je ne réussis pas à courir tout le long à chaque fois, mais je sors, qu'il pleuve, vente, gèle (heu, pas cette année). Je me suis arrêtée 3 semaines lors de l'épisode caniculaire de juin/juillet et je l'ai chèrement payé par une énorme baisse de performances. Je me tiens également à ma séance hebdomadaire de Pilates, avec ou sans ma voisine et je commence à ressentir les effets de tout cela : je peux désormais piquer un 100 m pour attraper le bus (ou le train) presque sans effort !

- Après une mise en route difficile en septembre (j'ai eu l'impression de cuisiner pendant des heures tous les soirs), je prépare deux plats par mois en grande quantité pour les repas de midi d'Aurore (parfois Paul, ou Marie lorsqu'elle est en stage). Elle est ravie de pouvoir choisir son menu chaque jour. Je me suis équipée en barquettes traiteur pour congeler/réchauffer les plats, elles ne sont pas prévues pour plusieurs usages, mais tiennent bien le coup pour l'instant après quelques cycles de congélation-réchauffage-lavage à la main. J'ai fait le point ce matin : 23 portions en stock (hachis parmentier, endives au jambon, poulet massala-épinards-lentilles, blanquette, lasagnes, tajine de poulet au citron). La nécessité de cuisiner ces plats, plutôt que les barquettes surgelées du commerce, m'est apparue lorsque Marie, en stage, réchauffait chaque matin son repas du midi : une odeur indentique jour après jour, quelle que soit la recette, une prédominance du riz et du poulet, peu de légumes, beaucoup de sauce…

4 janvier1

Ce que je voudrais mettre en place :

- un carré de Dear Jane par semaine (une sorte de "défi 52 carrés, donc, que je me lance à moi-même)

Ce qu'il va falloir faire de toute urgence :

- faire établir des devis pour un nouveau cumulus (ce qui implique de vider la lingerie, donc un grand tri/rangement des tissus et autres fournitures, goups) et le changement de plusieurs de nos fenêtres… les travaux d'une maison : quand on a fini un bout, il faut en attaquer un autre !

Et puis…

commencer à étudier les modèles pour choisir notre future voiture, une nouvelle baignoire pour pouvoir y prendre une douche sans risquer l'accident, refaire la salle de bains ?

En attendant, il est temps de vous souhaiter une

4 janvier2

créative, joyeuse, tendre, active, douce !

J'ai envie de lancer un jeu : un petit cadeau à celui/celle qui saura dire ce que j'ai cousu avec chacun de ces tissus (tous n'ont pas été cousus en 2015)

Posté par Agdel à 12:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

24 septembre 2015

Septembre a encore frappé !

Et voilà la chute de mon activité couturesque… (en vrai, quand même, je prépare quelques coutures secrètes)

Les livres sont couverts, les fiches sont remplies, les réunions ont eu lieu (enfin, presque toutes), nous avons joué sous la pluie au forum des associations, rencontré de nouveaux parents scouts, les pêches des voisins ont été transformées en chutney, confiture et bocaux au sirop, les jus de groseilles, cassis et framboises du congélateur sont à présent dans leurs pots. Je passe une partie de mes mercredis à cuisiner pour les repas de midi : les miens, ceux d'Aurore qui déjeune donc à la maison, de Paul qui apprécie d'emporter un ou deux fois par semaine un petit plat maison, pour changer des sandwiches (enfin, il va désormais avoir droit au resto U puisqu'il vient de recevoir sa carte d'étudiant) et pour Marie qui emporte son repas chaud (et fait envie à ses collègues, qui pour une fois ne sont pas consternés de voir qu'elle mange si peu — en vrai, elle a plutôt bon appétit mais avaler deux kebabs et une grosse part de gâteau n'est pas dans ses habitudes !).

Une semaine après la rentrée, sur le site du collège, le principal avait dressé un état des lieux :

Capture d’écran 2015-09-10 à 15

Sur les 7 enseignants cités dans cette liste, 6 concernaient la classe d'Aurore (histoire, EPS, musique, anglais, allemand, espagnol). Aujourd'hui, seule la prof d'allemand persiste à ne pas assurer ses cours en attendant de régler sa situation, rendant impossible son remplacement et les quatrièmes n'ont pas leurs 3 heures de latin, vu qu'ils ont été groupés pour cette option avec les cinquièmes, pour faire des économies… restons zen !

Paul est sorti plusieurs fois seul ou avec ses sœurs en voiture, je ne suis pas totalement détendue dans ces occasions (me revoilà à guetter son retour de baby-sitting dans la nuit) mais j'avoue que ça me rend bien service !

Marie a été lâchée par l'entreprise dans laquelle elle devait retourner en stage : le jour de la rentrée, on leur a dit de ne surtout pas changer d'entreprise, sous peine de devoir rédiger deux rapports. très bien, le patron lui avait dit en juillet « Tu reviens quand tu veux », Marie essaie donc de l'appeler à plusieurs reprises, laisse des messages… au bout de 12 jours, le jeudi, son professeur appelle lui-même et apprend que l'entreprise ne reprend pas Marie ! Mais s'il n'osait pas le lui dire de vive voix, il aurait au moins pu lui envoyer un SMS ! Attendait-il que Marie se présente une semaine plus tard ?

Quelques larmes plus tard, nous établissons une liste d'entreprises proches grâce aux pages jaunes, le lendemain, Marie appelle. À la dixième réponse négative, Aurore s'instale à côté d'elle et commence à chanter « 1, 2, 3, il décroche, et tu as ton stage »*

Il décroche… c'est oui ! Puis un autre “Oui” peu après. Lundi, après les cours, visites sur place, discussion au retour : le second entrepreneur a un planning bien vide (forcément, il ne fait que des terrasses en bois), mieux vaut réserver cette piste pour un stage au printemps ou en été. Mercredi midi, les conventions sont établies, signées par l'entreprise, les parents, l'école. Du beau boulot ! Et je reprends les conduites au petit matin…

Le week-end en Normandie a été un vrai bonheur après une semaine déprimante : le soleil, la mer, un dîner entre amis, un déjeuner en famille dimanche, le plaisir de tenir un nouveau-né entre mes bras (ça faisait si longtemps), la complicité entre Paul et Adrien et me dire que vraiment, il n'a pas loupé sa vocation…

24 septembre124 septembre2

(on oubliera un trajet en voiture traumatisant pour les pauvres parents que nous sommes, assis à l'arrière, tandis que Marie suggérait à son frère de mettre des bouchons d'oreilles, tant nous poussions de cris en croyant à chaque instant heurter les rétroviseurs des voitures en stationnement — une fois que j'ai repris ma place à l'avant, j'ai trouvé que Paul conduisait plutôt bien, finalement)

EDIT : alléluia ! Une nouvelle prof d'allemand a été nommée. On oubliera l'heure de latin qui manque et on espérera que tout ce petit monde tiendra le coup toute l'année.

* J'ai adoré cet instant de solidarité sororale, tout comme de les voir partir tous les trois, vendredi, chercher un cadeau pour Vati.

Posté par Agdel à 07:59 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,