23 mars 2020

Colibri #6 - l'hôtel est ouvert !

Voici un point positif du confinement : nous obliger à faire des des choses que l'on remettait sans cesse à la semaine suivante. Comme l'installation de ce samedi.

C'est resté longtemps à l'état de projet, j'avais pris des notes et j'attendais le retour de Marie (en juillet dernier donc…) pour le construire. En août, nous sommes allées acheter quelques fournitures nécessaires : une lame de terrasse en mélèze (il faut un bois qui résiste au pourrissement sans traitement), des vis, du grillage fin, un lot de petites équerres métalliques, deux briques creuses. Marie a dessiné les plans et s'est attelée à la découpe et au montage. Le toit et le fond ont été réalisés dans des chutes de lambris, nous avions suffisamment de chutes de tasseaux en tous genres pour renforcer les angles.

Et puis il a fallu le remplir… et nous avons regretté d'avoir exploité toute la longueur de la lame de mélèze : de toute évidence, nous avions vu (trop) grand ! J'ai quémandé des bambous auprès de collègues ou de voisins, récupéré des cageots, des branches de forsythia (très bien, les tiges à moëlle), percé des trous dans un billot de bois (et cassé deux mèches). Deux coffrets offerts avec des bouteilles de vin nous ont été d'un grand secours pour faire des abris à bourdons (l'un est rempli de feuilles sèches, l'autre de carton ondulé), mais nous avions toujours du mal à remplir les cases (c'est qu'il en faut, des tiges creuses !).

23 mars - 323 mars - 2

23 mars - 123 mars - 4

Le fond des briques devait être bouché avec de l'argile (qu'ils disaient). J'ai acheté de l'argile, bouché tous les trous un à un ; au séchage, l'argile s'est craquelée et rétractée. J'ai recommencé, quand j'ai soulevé la brique après séchage, l'argile est tombée en morceaux. J'ai réalisé un coffrage avec du carton, coulé du ciment et posé la brique dessus : ça n'a pas tenu (franchement, je ne construirais pas un mur avec ces briques anti-adhérentes !). Pour finir, j'ai découpé une plaque de polystyrène que j'ai calée au dos des briques.

23 mars - 5

Une fois que nous avons estimé que c'était bon, Marie a agrafé une couche de grillage et nous avons posé l'hôtel sur la terrasse en attendant de lui trouver un emplacement (nous étions fin novembre, aucun insecte ne s'y installerait avant le printemps).

Et une tempête est arrivée, il est tombé, le pot de fleurs (rempli de paille, retenue par un bout de grillage) s'est cassé et les brindilles et bambous sont passés au travers du grillage, les "cases" qui n'étaient pas fixées se sont déplacées.

En février, j'ai décidé de reprendre les choses en main, j'ai racheté un pot, posé de nombreux tasseaux pour solidifier les séparations, j'ai resserré les bambous, posé une couche de grillage supplémentaire sur les petits éléments, j'en ai profité aussi pour aller chercher des pommes de pins, que nous avions oubliées la première fois, et les installer dans l'espace libéré par le tassement.

23 mars - 923 mars - 10

Et j'ai choisi l'emplacement de l'hôtel. Et peint une enseigne.

23 mars - 823 mars - 7

Restait à retourner la grosse pierre qui lui sert de base… un mois plus tard, c'est donc chose faite !

23 mars - 6

 

 

Posté par Agdel à 17:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,


03 février 2020

Séance d'ostéopathie

Quelque chose me gênait avec Lucie, je trouvais qu'elle avait les hanches de travers. En outre, je n'arrivais pas à régler la hauteur du buste de plus de 2 cm.

3 février - 2

Un jour, j'ai regardé à l'intérieur du buste et trouvé la cause de cette scoliose :

 3 février - 1

Quelques échanges de mail avec Rascol plus tard, on me demande des photos, puis on m'explique comment changer "l'araignée", c'est le nom de cette pièce qui soutient tout le buste. Pas de facture à produire, ils ont tout retrouvé, juste avec mon nom et mon adresse (c'était un cadeau), j'ai reçu la pièce de rechange au bout de quelques jours.

3 février - 3

Et voilà, grand buste, petit buste, les hanches restent symétriques

3 février - 43 février - 5

 

 

 

Posté par Agdel à 18:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2020

Mets ton khitón #2

Le ville de Versailles a trouvé intéressante la Journée des humanités et décidé, depuis janvier 2019, d'organiser un Festival des langues classiques : latin, grec et chinois (!) Conférences, spectacles, lectures, rencontres sont au programme. Cette année, je passe mon tour, j'ai gardé un souvenir mitigé de la lecture déclamée en grec ancien de l'Illiade dans une ancienne chapelle pas du tout chauffée, fin janvier ; c'était, certes, fort beau et poétique mais j'ai eu si froid que j'y ai gagné une rechute de capsullite tant j'étais crispée.

Cette année encore, Aurore joue des extraits de pièces avec ses camarades. L'an dernier, il lui fallait un bébé. Cette année, c'est une cruche qu'elle doit laisser tomber au fond du puits (elle joue d'ailleurs un rôle de "cruche", à croire qu'elle y excelle, après La fausse gourde en quatrième et Ginette, qui n'avait pas inventé l'eau chaude, en troisième). J'ai suggéré une cruche toute symbolique, fabriquée en 10 minutes :

30 janvier - 1

C'est qu'avec Paul, j'en ai fabriqué, des objets qu'on voyait à peine passer le jour de la représentation. Le summum ayant été un girophare, devenu absolument indispensable 2h avant le lever de rideau (j'avais bricolé quelque chose de très bien avec une lampe de poche, du canson noir et du papier vitrail bleu)

Et pour les copines qui n'ont ni toge, ni khíton, elles passeront par mon bureau demain : ma collègue avait justement prévu de m'apporter un sac de vieux draps blancs. Je vais de ce pas mettre ma boîte de 1000 épingles-nourrice dans mon sac (encore de la récup de l'époque où Marie tenait le vestiaire de la course des princesses).

Posté par Agdel à 21:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 janvier 2020

Vol de grues

             Une grue
             S'estompe dans le crépuscule
             Et traîne ses ailes comme de la fumée.
                                          Sumitaku Kenshin *

Au salon Création et Savoir-faire, outre quelques achats utiles ou prévus de longue date, nous avons fait une folie : un lot de papiers origami à motifs japonais, pour confectionner un mobile de grues. Le choix du kit, des motifs, nous a pris du temps, d'autant plus qu'il était difficile d'approcher du stand. Vu le prix du papier, Marie s'est longuement entraînée sur du papier ordinaire avant de se lancer dans le pliage de nos grues. Et moi qui suis moins douée qu'elle, je me suis contentée de les monter en guirlande, en nouant le fil autour d'une perle à chaque intervalle (la perle se place dans le ventre de la grue)

17 janvier - 5

 

Une jolie guirlande qui vient rejoindre mes petits bateaux.

17 janvier - 117 janvier - 2

17 janvier - 317 janvier - 4

 

* J'ai reçu pour Noël un joli recueil d'Haïkus

Posté par Agdel à 19:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2019

Harry Potter : les coulisses de la déco

« Et vous avez tout commandé sur internet ? », m'a demandé l'une des participantes, au petit-déjeuner. Il faut croire que nous avions bien travaillé, avec Paul, car tout a été fabriqué par nos petites mains, au fil de ces deux derniers mois.

Tout d'abord, je suis allée à la pêche aux images sur internet. trouver des portraits de sorciers dans une résolution suffisante n'a pas été une mince affaire, Pinterest m'a bien aidée. C'est aussi là que j'ai pêché pas mal d'idées. Une fois les portraits imprimés, nous les avons collés sur du carton (colle vinylique). Paul a découpé des bandes de 5 cm de large (parfois 6) dans du carton plume de 1 mm, a recoupé des angles à 45 °C aux dimensions des cadres, puis je leur ai donné diverses formes suivant mon inspiration. J'ai ensuite assemblé mes cadres avec de la bande kraft et dessiné des reliefs au pistolet à colle (ça consomme beaucoup de colle !), avant de peindre le tout à la bombe dorée (je l'ai fait à l'extérieur un jour de vent, et malgré tout je me suis sentie vaseuse tout l'après-midi).

11 avril - 511 avril - 6
12 avril - 2

Quant aux lettres pour Harry qui sortent de la cheminée, Paul a écrit une enveloppe, qu'il a photocopiée. Comme je ne trouvais pas de cire à cacheter, hormis du rose ou du noir, nous avons fait fondre des crayons à la cire.

12 avril - 311 avril - 1

Puis après quelques essais laborieux, nous avons mis au point notre technique : les enveloppes ont été placées au réfrigérateur (pour que la cire fige plus vite; l'enveloppe maintenue par Paul afin qu'il y ait un petit creux au centre, je versais un peu de cire, puis j'appliquais mon "sceau" (un flacon de vernis, trempé dans de l'eau glacée afin qu'il se détache ensuite facilement du cachet)

11 avril - 311 avril - 4

 

Le collage des fils de nylon à la patafix n'a pas tenu bien longtemps : un fil a été finalement punaisé, l'autre accroché à la grille de la cheminée

12 avril - 8

Pour le reste de la déco, Paul s'est chargé des pancartes en carton

12 avril - 612 avril - 7

J'ai emprunté à une amie des chandeliers et un chaudron (en plus de celui que j'avais déniché sur Le bon coin, qui était trop percé pour contenir quoi que ce soit) dans lequel nous avons mis une led, enfermée dans un sac plastique lesté de cailloux, immergé dans de l'eau additionnée de savon (pour les bulles) et de paillettes (une idée de Paul, bien galère à nettoyer ensuite !). Les écussons des 4 maisons sont imprimés, puis cousus sur les bannières.

12avril - 212avril - 1 (1)

Le tissu briques (réaliste et parfaitement raccord avec le muret de l'entrée) vient de chez Butinette et le rideau est suspendu à une tringle extensible pour douche.

12 avril - 4

J'ai trouvé au dernier moment une chouette en papier mâché, que j'ai peinte.

12avril - 1 

Les bougies sont de simples rouleux de papier-toilette, ornés de coulures au pistolet à colle puis peints, dans lesquels j'ai passé un fil de nylon puis enfoncé une led. Ils sont collés au plafond à l'aide de patafix.

12 avril - 112 avril - 9

Pour le photobooth, j'ai imprimé des images trouvés sur Pinterest et Paul les a plastifiées puis découpées.

12 avril - 5

Enfin, en passant au local scout, Paul a trouvé l'un de ses détraqueurs, mais s'ils ont fait de l'effet au camp louveteaux, suspendus en plein vent, avec leurs robes en lambeaux, celui-ci était plutôt ridicule à pendouiller dans l'escalier ! 

12 avril - 10

Tout ceci est maintenant bien rangé dans deux cartons, avec les capes et les chapeaux et je m'interroge : qu'en faire à présent ? Il est peu probable que j'organise un troisième anniversaire Harry Potter… le mettre en location ?

 

 

Posté par Agdel à 08:22 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


28 mars 2019

Hip, hip, hip… hippie !

Attention, je vais prononcer un mot qui doit faire peur à tous les parents de lycéens : TPE !

Pour ma part, je dois dire que ça s'est plutôt bien déroulé : Paul, en bac techno, avait réalisé le sien tout seul, à sa façon (un peu superficielle mais avec beaucoup d'efforts de présentation = bricolages). Sa reproduction, à base de morceaux de protections de roller, bouteille d'eau et beaucoup de scotch toilé noir, des prothèses d'Oscar Pistorius, lui avait valu une note très honorable, rattrapant largement ses points perdus au bac de français. Marie, en bac pro, n'était pas concernée. Cette année, c'était le tour d'Aurore, avec la dernière session de TPE (l'an prochain, ça disparaît). Elle a commencé par soigneusement choisir son trinôme (enfin, elles se sont choisies mutuellement), de sorte que leur petit groupe a travaillé régulièrement, assidûment et équitablement depuis octobre, c'est le seul groupe dans lequel il n'y a pas eu de conflit à ce sujet (= elles sont toutes les trois perfectionnistes). Une fois leur sujet choisi, elles ont fait des recherches poussées à la bibliothèque universitaire et sur CAIRN, grâce à leurs frère et sœur étudiants. À la fin des vacances de Toussaint, leur plan était, à mon avis, celui d'une thèse ; avis partagé par le professeur d'histoire qui les suivait et leur a fait réduire leur champ d'étude des trois quarts.

25 mars - 8

Nous avons soutenu Aurore dans son travail en visionnant avec elle divers films sur la guerre du Vietnam, en version longue, programme fort réjouissant ! Les demoiselles ont décidé de présenter leur travail sous la forme d'une boîte à souvenirs laissée par un grand-père, vétéran, à son petit-fils. Elles voulaient la remplir d'objets d'époque et ont dû renoncer, faute de matériel, ou plutôt de budget (quand je pense que dans ma jeunesse, il y avait un magasin qui vendait à prix dérisoires les surplus de l'armée américaine…). Une collègue m'a donné une vieille boîte à biscuits idéalement rouillée, un grand-père a prêté les photos prises pendant son service militaire, la correspondante américaine de ma maman en 1965 a été parfaite pour incarner la fiancée, un beau carnet relié a été acheté pour y copier le "journal" du soldat, des articles de journaux ont été écrits, ainsi que des lettres…

25 mars - 125 mars - 3

25 mars - 225 mars - 4

Enfin, durant les dernières semaines, le "matériel" a été réalisé : l'une a recopié le carnet (110 pages !), d'autres les lettres (en respectant les écritures), Marie et moi avons mis en pages les journaux, avec des polices de caractères adaptées aux époques et en complétant les hauts ou bas des pages (pour les versos, j'ai trouvé un éditeur de faux-textes variés, parce que le Lorem Ipsum est lassant, à la longue), les vieilles photos ont été photocopiées sur du bristol ivoire, puis découpées aux ciseaux crantés, une soirée a été consacrée au vieillissement de tout cela, à l'aide de thé très fort et du sèche-cheveux et j'ai passé un samedi matin à faire entrer une clé USB dans une vieille cassette audio.

25 mars - 525 mars - 625 mars - 7

Les filles ont été déçues lorsque je leur ai dit qu'elles ne récupéreraient pas leur précieuse boîte avant longtemps, peut-être même jamais : elles avaient déjà prévu une garde partagée de "leur" soldat. Le travail a été remis et le jury suffisamment intrigué pour l'ouvrir assez vite, tout lire dans l'ordre (il y a un mode d'emploi) et en parler à d'autres professeurs. Elles sont donc rassurées sur la façon dont ce travail original a été reçu. Mais tout de suite, elles se sont attelées à préparer la soutenance, sous forme théâtrale. Aurore joue le rôle de la sœur du soldat, une jeune fille antimilitariste qui manifeste contre la guerre. Le tissu adéquat a été trouvé sur le marché, le patron choisi par elle. Ce n'est qu'une fois les pièces coupées que j'ai réalisé que le modèle (Ottobre 2015/2, la robe en couverture) était prévu pour du jersey, mais avec l'ajout d'une fermeture à glissière, c'est passé pile-poil. Nous avons commandé quelques accessoires chez Butinette. Elle a participé à sa première manif, histoire de se mettre en condition, elle est fin prête !

25 mars - 2 (1) (hippie de la tête aux pieds !)

25 mars - 1 (1)

Posté par Agdel à 08:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #2 : DIY

Aujourd'hui, c'est la journée du bricolage de Noël au chalet. J'en profite pour enfin réaliser ce que j'ai en projet depuis des années : une étable pour mes santons. Pour que Joseph et Marie cessent de se réfugier dans une grotte.

J'ai donc fait un tour en forêt dans ma réserve de bois de chauffage pour récupérer les matériaux, je me suis armée de carton, de bande kraft gommée, de colle, j'ai mis un CD de chants de Noël, c'est parti !

5 décembre015 décembre02

Pendant que l'étable était en morceaux, j'en ai profité pour installer une mangeoire sur l'un des murs.

5 décembre03

J'ai ressorti de vieux tubes de gouache datant des années collège (j'ai jeté au passage les 3/4 qui avaient séché) pour peindre un morceau de carton ondulé épais, idéal pour imiter les tuiles.

5 décembre04

Ensuite, j'ai assemblé les murs en carton à l'aide de bande gommée. Puis j'ai décollé l'écorce de quelques branches et j'ai entrepris d'en recouvrir les murs intérieurs.

5 décembre05

Au bout d'un quart d'heure, j'ai abandonné la colle vinylique qui mettait trop longtemps à sécher et j'ai sorti le pistolet à colle : beaucoup plus efficace, surtout pour les murs extérieurs couverts d'écorce plus épaisse et rigide (il faut juste éviter de se laisser tomber le morceau d'écorce fraîchement chaudement encollé sur la main… j'ai mis deux heures à séparer la colle de mes cloques, ouille)

5 décembre085 décembre09

Un peu de papier crèche pour le sol (qui doit rester bien plat sinon, les santons tombent), du foin dans la mangeoire

5 décembre115 décembre07

Et un dernier essai pour vérifier que l'échelle est bonne

5 décembre06

Voilà, il n'y a plus qu'à tout ranger et nettoyer… les inconvénients du bricolage

5 décembre10

 

 

Posté par Agdel à 21:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

11 novembre 2016

Paris Manga

Le grand projet de Paul et Marie, depuis quelques années, est d'aller à la Japan expo. Marie m'avait d'abord fait un premier croquis de cosplay assez peu adapté : un grand manteau style officier, qui ne pouvait être cousu qu'en lainage, pour un salon qui avait lieu début juillet… Mais de toutes façon, à cette époque, l'un ou l'autre est forcément en stage et les week-ends sont très chargés. Ils ont donc choisi l'automne et Paris Manga. Fin août, Marie m'a lancé un nouveau défi : coudre un corset (je préfère ça plutôt que le manteau). J'ai trouvé un patron gratuit qui convenait, je l'ai agrandi du 36 au 40, coupé dans un vieux velours d'ameublement bien raide, fait les retouches (pas beaucoup). Et puis j'ai demandé des conseils à La Punaise , commandé les tissus et les fournitures (Marie voulait du simili-cuir… effet sauna garanti ! Elle a accepté la suédine) et j'ai coupé et cousu la triplure (dans un vieux rideau en chintz, indéformable même dans le biais). Pour les essayages, j'ai bâti de part et d'autre du dos de l'élastique à boutonnières pour passer le lacet. Premier essayage, un désastre, rien n'allait, le haut était beaucoup trop large, le bas bien trop serré… je ne comprenais pas, avant de m'apercevoir que j'avais lacé de bas en haut et que Marie avait donc essayé le corset tête en bas !

11 novembre01

On retourne et ça va mieux, ouf. J'ai ensuite attaqué la doublure, en coton, puis cousu à la main le long de chaque couture afin que tout soit bien aligné. Ensuite, j'ai entoilé fortement (vliesline F320) le dos, cousu un nouveau corset en suédine, assemblé les deux corsets endroit contre endroit le long du dos et retourné. J'ai de nouveau bâti le long de chaque couture verticale, puis piqué sur chaque couture et 1 cm plus loin pour former les coulisses à baleines, passé les baleines, cousu un biais de jersey en haut et en bas du corset. Marie s'est chargée des 24 œillets (entre deux rangées de baleines, pour plus de solidité) et de la chaînette.

11 novembre 14

La jupe devait être expédiée en quelques heures (et dans la foulée, je me débarrassais d'un coupon de tissu horrible, sans tenue, synthétique, mais parfait pour cet usage), mais j'ai trouvé le moyen de coudre la ceinture sur l'envers et galéré comme pas possible pour la fermeture invisible, juste parce qu'avais la flemme de découdre et de repasser le fil de fronces. Pour la chemise, après avoir feuilleté tous mes Ottobre et livres de patrons pour trouver le modèle, ma fille m'a appris qu'en fait, elle voulait des manches 3/4, et puis les fronces devant, ça n'était pas indispensable… le croquis n'aide pas toujours !

11 novembre 15

11 novembre0211 novembre03

 J'ai passé des heures sur ce corset, mais je pense que c'est Paul qui a le plus travaillé pour cette occasion : il a récupéré (aux encombrants, je suppose…) une veste en cuir et s'est fabriqué des épaulettes en carton (la pendule fonctionne ! Elle date de ses cours de techno au collège), avec multitude d'engrenages, des ampoules (non, elle ne s'allument pas), des manchettes en simili (il coud beaucoup mieux que moi à la main !), agrémentées de fioritures réalisées au stylo 3D. Il a poussé le souci du détail jusqu'à se raser la moitié du menton… (donc bien obligé de se raser complètement le lendemain, ça l'a bien rejeuni !)

11 novembre 0611 novembre 07

 11 novembre 0911 novembre 10

11 novembre0411 novembre05 

Ils m'ont expliqué que leurs costumes étaient de style "steampunk", donc que pendules, engrenages et lunettes d'aviateur sont essentiels… soit.

11 novembre 0111 novembre 02

 11 novembre 0311 novembre 04

 11 novembre 0511 novembre 08

Il a dû souffrir, à se balader toute la journée ainsi costumé, dans un salon bondé et surchauffé ! Mais leur succès a été incontestable, ils ont passé la journée à poser pour des photos, y compris auprès de professionnels (qui, ensuite, mettent en vente les photos sur le net sans aucune autorisation écrite, après avoir dit que c'était pour un reportage…)

11 novembre0611 novembre07

Ils sont rentrés fourbus, mais ravis, munis de nombreux autographes de leurs youtubers préférés.

11 novembre13

Ils sont beaux, non ? On leur a demandé s'ils étaient en couple…

 

 

 

 

Posté par Agdel à 17:29 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

02 juillet 2016

Paul coud aussi

et surtout, il bricole, découpe, peint…

Voici son nouveau costume pour la colonie. Comme il est monté en grade, il a pu choisir son personnage et passer de Patouch la mouche à Barnabé le scarabée.

Afficher l'image d'origine

4 juillet14 juillet4

Son budget étant égal à zéro, il m'a demandé un morceau de tissu bleu et de la feutrine jaune, a surjeté les bords puis cousu des lanières, peint des cartons de récupération, emprunté un chapeau de paille.

4 juillet24 juillet3

 

 

 

 

Posté par Agdel à 17:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

30 avril 2016

ce n'est pas de la couture…

… et pourtant, ça découpe et ça assemble. Marie avait ce projet depuis des mois, elle avait fait les plans, la liste des matériaux nécessaires. Mardi, nous sommes allés au magasin de bricolage et avant-hier, elle a sorti la scie sauteuse, la ponceuse, la perceuse, la visseuse et utilisé ces outils pour la première fois. Les  découpes ne sont pas toutes parfaites (mais c'est presque impossible avec cet outillage, et puis certaines des lames de terrasse étaient cintrées) mais elle a mené son petit chantier en un temps record, avec l'aide enthousiaste de sa sœur.

29 avril129 avril2

29 avril329 avril4

29 avril5

Il y eu quelques erreurs de découpe, quelques changements de plans pour le montage (devant le volume du grand bac, elle a décidé de fixer le fond à mi-hauteur pour alléger le tout) mais dans l'ensemble, je trouve qu'elle s'en sort très bien.

29 avril 129 avril 2

Reste à lasurer les extrémités fraîchement coupées où le bois est plus clair, tapisser l'intérieur d'une bâche, remplir de billes d'argile puis de terre et planter… dès que les Saints de glace seront passés.

 

Posté par Agdel à 17:02 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :