21 septembre 2019

Nouvelle étape

Il a fallu batailler : il ne voulait pas entendre parler de costume, jamais il ne porterait une veste ! Un pantalon de toile et une chemise, ça irait bien… Aurore a réussi à le convaincre, après un quart d'heure de conversation téléphonique, de nous rejoindre au centre commercial « pour essayer ». L'opération s'est soldée par un échec : la veste, ça tiendra trop chaud et les pantalons sont tous slim ou extra-slim (c'est quoi, cette mode dictatoriale qui décide que tout le monde doit avoir la même silhouette ?), pas question , on ne peut pas bouger avec ! (rappelons que le jeune homme, très professionnel, s'accroupit pour parler aux enfants, et puis… des "épreuves" sont annoncées au cours de la soirée)

Le soir-même, j'en ai remis une couche en réclamant le faire-part : bleu marine (il paraît que ce serait une façon subtile d'annoncer le dress-code : tout le monde en bleu marine), tout en dentelle de papier, très classe ! « Tu vois, c'est peut-être un mariage de scouts, mais tu dois bien t'habiller, d'ailleurs, au mariage de D., tous les anciens chefs portaient des costumes, et puis tu es invité au repas, alors fais un effort ! ». Il faut croire que le message a fini par passer. Mercredi, j'ai évoqué nos repérages, avec Marie, dans les boutiques pour les plus de 30 ans : ce n'est pas gagné, hors du noir et gris (ou des carreaux), point de coupe droite. L'intéressé ne m'a plus semblé si catégorique.

Et jeudi, il a accepté de me rejoindre à la gare, en apportant son pantalon noir. Nous avons d'abord trouvé quelques vestes. Une fois éliminé les tailles supérieures au 56, il n'en restait plus qu'une, miracle, elle lui allait et ne jurait pas avec son pantalon de toile.

Pour les chaussures, j'ai laissé tomber l'affaire : les deux magasins de notre ville ont mis la clé sous la porte cet été et ses ongles incarnés, problème du moment, ne lui permettent pas de porter autre chose que des tennis de toile pour l'instant (on en a racheté des neuves : il ne me ruinera pas).

J'ai remis ensuite sur le tapis la question de la cravate, il a accepté un nœud papillon. Pas noir, comme il l'envisageait d'abord, ni blanc (son 2e choix), mais je me suis rappelé que j'avais quelque part un morceau de soie sauvage blanc cassé, que je me suis dépêchée de coudre avant qu'il change d'avis !

21 septembre - 121 septembre - 2

Et le voilà parti pour son premier mariage d'amis (le premier d'une longue série, probablement)

21 septembre - 3

Si quelqu'un est intéressé par un pas-à-pas du nœud papillon authentique (sans aller jusqu'au bandeau à nouer, mais j'ai pris modèle sur ceux de Guillaume), je m'y attellerai très vite. 

Posté par Agdel à 15:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


15 janvier 2019

Vive la reine !

Vous vous demandiez quel ouvrage au crochet j'ai commencé la semaine dernière ? Nous fêtions les rois, hier soir, à Calibeurdaine. Notre nouvelle guitariste est une pâtissière hors pair et elle avait promis d'apporter des galettes de sa fabrication, mais nous a annoncé qu'eile n'avait pas de couronne chez elle.

Il y avait longtemps que je voulais refaire cette couronne crochetée avec un fil métalllisé, afin qu'elle fasse moins "coiffe bretonne". Le fil, je l'avais acheté sans lire l'étiquette, grave erreur ! Comme il est destiné au tricot, il n'est pas torsadé et se dédouble à chaque point, le fil métallique accroche et je n'avais qu'un crochet n°2, un peu trop fin. La brillance du fil métallique m'a gênée pour compter les mailles (il aurait fallu crocheter en plein jour). Mais j'en suis venue à bout, en partie grâce à l'astuce de Zenobia : passer le fil sur une bougie chauffe-plat.

J'ai retrouvé le diagramme, j'ai dû encore une fois rechercher l'explication des points, parce que j'avais tout oublié et quelques jours plus tard, j'avais ma couronne. Restait à la rigidifier. Je ne voulais pas l'amidonner comme la fois précédente car j'avais peur d'abîmer le fil ou de le ternir au repassage. J'ai vu qu'il existait du durcisseur pour tissus et j'ai eu l'idée de le remplacer par du vernis-colle.

15 janvier115 janvier2

J'ai donc placé mon ouvrage sur un saladier qui avait juste les bonnes dimensions et je l'ai tendu grâce à  des fils de coton entrecroisés. Une fois installée ma toile d'araignée, j'ai dégainé mon pinceau et… j'ai été prise d'un doute : le vernis-colle, je m'en sers pour les étiquettes de mes pots de confiture, ça tient très bien, tellement bien qu'elles résistent au passage au lave-vaisselle. Je m'apprêtais donc  à coller solidement ma couronne sur le saladier !

15 janvier315 janvier4

Comme je n'avais pas envie de défaire toute mon installation, j'ai glissé tant bien que mal quelques morceaux de film plastique entre la dentelle et le verre, puis j'ai largement imbibé ma couronne de colle et laissé sécher quelques heures. Puis j'ai coupé les fils et testé le résultat, c'était un peu trop souple à mon goût, j'ai donc reposé la couronne sur son support et remis une couche de colle, en activant le séchage à l'aide du sèche-cheveux. 2h plus tard, c'était prêt.

15 janvier615 janvier7

15 janvier815 janvier9

Ma couronne a fait sensation (pas autant que la galette, mais presque !). Je la trouve cependant toujours trop inclinée vers l'extérieur (un problème de saladier ou de diagramme ?) et trop petite, il aurait fallu un motif de plus, pourtant la chaînette de départ semblait trop longue, il faudra que je le note sur le modèle.

15 janvier5

Posté par Agdel à 17:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

05 janvier 2019

De bon matin, j'ai rencontré…

Les rois sont arrivés à la crèche, mais le chamelier avait la lèpre, le pauvre. Paul a installé un hôpital de campagne et sorti sa trousse de chirurgie poscas. Au passage, il a redonné de la blancheur au vieux mouton, reverdi l'herbe et rajeuni quelques vêtements.

6 janvier - 2

6 janvier - 36 janvier - 4

J'ai profité de ce dernier samedi de vacances pour confectionner ma pâte feuilletée et la galette aux pommes, mise à refroidir sur la terrasse, n'a pas été mangée par le renard (mais nous l'avons bien surveillée car Gribouille, le chat des voisins, est très entreprenant !)

6 janvier - 1

Posté par Agdel à 22:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #10 : le grand jour

Cette année, Noël a duré presque une semaine. Avec du temps pour se retrouver, des parties de jeu endiablées entre cousins, des sorties au grand air, des montagnes de cadeaux, des bûches et des gâteaux délicieux, de jolies tables, des soirées qui se prolongent tard dans la nuit, beaucoup d'amis rencontrés, une animation de messe presque improvisée, des petits enfants excités, les falaises d'Étretat, de la lumière, de grandes marches, le Havre retrouvé…

27 décembre - 127 décembre - 2

27 décembre - 327 décembre - 4

27 décembre - 527 décembre - 6

27 décembre - 827 décembre - 9

27 décembre - 727 décembre - 10

27 décembre - 1227 décembre - 11

27 décembre - 1327 décembre - 14

28 décembre - 128 décembre - 2

28 décembre - 428 décembre - 3

Posté par Agdel à 16:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

13 décembre 2018

Il était 6 fois Noël #6 : recette

Samarian a fait un énorme travail avec son billet de suivi du challenge « Six fois Noël » !

Aujourd'hui : « On passe en cuisine, on sort les emportes pièces, les moules en forme de sapin, la cannelle et le sucre glace. Il est grand temps de confectionner des gourmandises sucrées pour pouvoir grignoter ce week-end pendant le marathon de lecture. »

Mais surtout, ce soir, nous fêtons la Sainte Lucie, avec des Lussekatter, brioches au safran dont la couleur dorée est censée éloigner le diable, qui sont traditionnellement préparées en Suède pour cette fête. Alors, pour fêter notre lumière*, j'ai préparé ces brioches.

- 250 g de farine
- 5 g de levure de boulanger déshydratée
- 45 g de beurre
- 10 cl de lait tiède
- 50 g de sucre
- 1 œuf
- une quinzaine de filaments de safran
- 1/2 cc de sel
- 1 jaune d'œuf pour dorer
- quelques fruits confits ou raisins secs

Dans le lait tiède, verser la levure, 1 cc de sucre et le safran, laisser infuser 5 minutes.

13 décembre - 1

Verser dans une terrine la farine, le sucre, le sel, casser l'œuf au centre, ajouter le beurre ramolli puis verser le lait. Pétrir la pâte pendant 10 minutes, puis la laisser doubler de volume dans un endroit tiède pendant 30 min environ. Enfin dégazer la pâte, la diviser en morceaux puis former les petites brioches en S (vous trouverez d'autres suggestions de formes ici).

13 décembre - 2

Dorer les brioches au jaune d'œuf, disposer les fruits confits ou les raisins (les yeux du chat Lucifer) et les laisser lever 15-20 min. Préchauffer le four à 165 °C puis enfourner les brioches pour 12 à 15 min. Le goût du safran est bien sensible, même si la couleur jaune n'est pas prononcée.

13 décembre - 3

* Il est loin le temps où elle fêtait la Sainte Lucie comme les petites suédoises :

13 décembre - 1 (1)

 

 

 

Posté par Agdel à 18:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


19 juillet 2018

Vive la mariée !

Non, je n'en suis pas encore à coudre une robe de mariée (quoique, j'ai déjà cousu la mienne et j'espère de tout cœur que mes filles me le demanderont), mais j'ai habillé la Maman de la mariée, ce n'est pas rien ! 

En avril, ma collègue-amie et moi sommes allées en expédition au Marché St Pierre pour trouver un tissu qui convienne. Le modèle était choisi : la Belladone, une valeur sûre, que je savais pourvoir réaliser dans les temps et sans problème. Nous partions avec l'idée d'un imprimé dans les bleus ou roses… et cette gabardine superbe, d'un vert émeraude lumineux, que ne peut rendre la photo, nous a plu tout de suite. Un tour de toutes les boutiques plus tard, nous revenions l'acheter. Ensuite… j'ai été un peu occupée, et nous avons ri entre collègues à l'idée qu'en guise de robe, elle allait devoir de réaliser une toge avec le tissu. (je savais que j'aurais le temps)

18 juillet - 3

Et puis j'ai coupé, cousu, pris mon temps pour soigner les finitions, aligner les pinces et les plis (il suffit de ne faire les plis de la jupe qu'après avoir posé la ceinture sur le corsage). Un essayage a suffi pour ajuster le dos (qui a souvent tendance à bailler dans ce modèle). J'ai perfectionné ma pose de fermeture invisible.

18 juillet - 718 juillet - 8

 

Petite touche de fantaisie : la parementure d'ourlet, en vague japonaise (c'est de saison en ce moment à Paris)

18 juillet - 9

Enfin, comme il restait largement assez de tissu, j'ai proposé de compléter la robe d'un boléro assorti. Là encore, j'étais sûre de moi, puisque je l'avais déjà cousu pour la confirmation de Marie (et heureusement, car il m'avait fallu retoucher énormément le patron).

18 juillet - 218 juillet - 4

Le choix de la doublure a été plus délicat, cette couleur est particulière (d'ailleurs, le vendeur de Fil 2000 n'a pas réussi à trouver exactement la bonne couleur de fil, c'est rare). Et puis j'ai retrouvé, en fouillant mes tiroirs, une soierie dans laquelle j'avais confectionné une robe pour Marie, qui avait été épouvantable à coudre : le tissu s'effiloche horriblement, se prend autour du pied de la machine… mais j'avais trouvé l'arme secrète : la surjeteuse !

J'ai tout juste réussi, dans les chutes, à couper la doublure du boléro.

18 juillet - 6

 

Je trouve l'ensemble très chic, peut-être un peu trop sobre, à égayer d'une broche ou d'un foulard coloré ?

(et un peu de repassage…)

18 juillet - 118 juillet - 5

 

La séance d'essayage, hier au bureau, a été largement applaudie. Mais surtout, je pense avoir fait vraiment plaisir à la destinataire, ce qui était mon objectif ! 

Maintenant, je souhaite que ce mariage se déroule joyeusement, sous le ciel bleu de Normandie, et soit une belle fête de famille. Car une maman reste une maman, et se fait beaucoup de souci à l'avance ! 

Posté par Agdel à 19:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 juin 2018

Tenue chic

Paul avait comme projet, avec son cousin, de se rendre aux Geek Faeries. Pour cela, il m'avait demandé de lui coudre un gilet noir et… il s'est laissé pousser les cheveux (pourquoi ? Je l'ignore, je n'en sais pas plus sur son "personnage"). Sa tignasse devenant de plus en plus hirsute, j'ai insisté pour couper un peu. Non. Pas avant le 3 juin. Sauf que, le 2, notre jolie nièce a fait sa première communion. Impossible donc pour Paul et son cousin (le frère de la communiante) de se rendre en Touraine. J'ai obtenu la promesse de jouer à la coiffeuse dès que sa tenue serait terminée et qu'il aurait fait des photos. C'est vous dire ma motivation pour coudre ce gilet, malgré mon emploi du temps chargé débordant.

J'ai trouvé un patron gratuit en ligne, Paul a choisi un tissu (dont je ne connais pas le nom, une sorte de jersey côtelé très épais qui doit servir pour des pantalons de cheval ?) qui attendait dans l'une de mes caisses de tissus et je me suis lancée… en inversant les deux dos du patron (j'aurais dû prendre la doublure). Je m'en suis aperçue après avoir soigneusement cousu les pinces et assemblé les dos extérieur et doublure (forcément, ça ne se raccordait pas du tout aux épaules). Heureusement, j'avais largement assez de tissu, j'ai donc recoupé les dos et les doublures, refait les pinces, assemblé le tout selon une méthode personnelle qui ne laisse aucune couture apparente, surpiqué…

16 juin - 4 (et comme la doublure, ça brille, on ne voit rien !)

…avant de découvrir que le tissu (pourtant épais, de bonne tenue et très peu extensible) s'était légèrement détendu, juste assez pour faire des poches disgracieuses sous les bras et un bas gondolant. Un peu désespérée, j'ai décousu puis… terminé mon livre. Enfin, j'ai entoilé tout le bas du gilet, recoupé un peu le jersey, recousu, retourné, vérifié les longueurs avant de surpiquer le tour, puis les coutures de côté.

16 juin - 3

 

Paul a choisi dans mon tiroir de très beaux boutons, un peu grands, mais travaillés, tout à fait dans le style steampunk qu'il recherche. Ils venaient d'un manteau que j'ai porté autrefois, dans mon adolescence.

16 juin - 2

Et pour parfaire la tenue, un nœud papillon pour lequel j'ai utilisé le tuto de Barnabé aime le café, en le simplifiant (un seul nœud, sans la doublure, juste entoilé)

16 juin - 1

Il a cousu là-dessus ses engrenages favoris. Il doit porter sa tenue pour sa soirée de fin d'école et un anniversaire. Vivement la fin ! (que je puisse lui couper les cheveux et qu'il se taille la barbe)

16 juin - 1 (1)

16 juin - 2 (1)

 

Et en attendant, c'est la fête de la placette, ja vais rejoindre mes voisins, qui commencent à installer des tables, avec ma tarte tatin au fenouil (on fait avec le contenu du panier… l'an dernier, le risotto aux navets caramélisés ne tentait personne mais il n'en est pas resté une miette)

16 juin - 3 (1)

 

Posté par Agdel à 18:52 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

16 avril 2018

20 ans

20 ans auparavant, j'avais ciré le parquet (en point de Hongrie) de tout l'appartement, nous étions allés faire une grande marche dans Versailles et j'avais perdu les eaux à la fin du dîner…

De l'avis de mon collègue Jean, Marie était le plus ravissant bébé qu'il ait jamais vu (celle qui criait le plus fort de toute la maternité, également).

16 avril - 15

Cette fête, voilà des semaines que nous la préparons, dans le plus grand secret. À 17 heures, Aurore a emmené sa sœur faire du shopping, elle a réussi à la convaincre de mettre une jupe au lieu de son vieux pantalon et elles ont mis beaucoup de temps à trouver le vêtement recherché.

Dès qu'elles ont passé la porte, nous nous sommes activés : les quiches, congelées à moitié cuites, ont été enfournées, les gâteaux ont été garnis et décorés, la vaisselle sortie. Les amis ont été mis à contribution pour accrocher des photos dans le moindre espace disponible, la sono a été branchée.

Il y avait les amis scouts

16 avril - 13

et ceux du lycée et du BTS

16 avril - 14

 

Lorsqu'Aurore nous a envoyé un message de la rue voisine, tous se sont alignés dans le salon et le grand copain A. a mis son déguisement de licorne pour ouvrir la porte à Marie… qui a eu un grand moment de stupéfaction !

16 avril - 816 avril - 9

 

avant de se voir partout, partout

16 avril - 416 avril - 5

16 avril - 1216 avril - 7

et puis la fête dont elle rêvait a commencé…

16 avril - 10

… et duré

16 avril - 11

 

Vers minuit, nous sommes allés nous coucher pendant les parties de loup-garou, à quelques mètres de notre chambre (j'ai dormi entre les éclats de rire). Vers 3 heures tous se sont couchés, ici et là, je n'ai rien entendu  (à part le gonflage du matelas)

Et puis à 7h, le réveil a sonné : deux courageux cyclistes partaient pour Bruxelles

16 avril - 216 avril - 3

 

Peu à peu, les jeunes ont émergé, déjeuné, des parents sont venus les chercher, j'en ai déposé à la gare.

Et puis j'avais promis à Marie pour le jour de ses 20 ans, de lui confectionner un Ispahan, alors je me suis remise en cuisine et décidément, je ne sais pas faire les macarons ! 

16 avril - 1

 

 

Posté par Agdel à 22:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

08 novembre 2017

25 ans après

Il y a eu l'avant :

La location de la salle en février (la mairie demandait plein de papiers, d'attestations… et le paiement complet !)

Les premières listes d'invités : 106 places, c'est beaucoup et c'est peu. Nos familles, nos amis de jeunesse et ceux que nous nous sommes faits ici… des choix pas faciles à faire, une petite liste complémentaire au cas-où…

Une première idée de ce que nous voulons faire de cette soirée. Des objectifs (rentrer dans ma robe de mariée par exemple)

Un premier envoi d'invitations, quelques retours négatifs ou "pas avec tous les enfants" qui nous ont permis d'élargir un peu le cercle

Une petite sueur froide en réalisant que nous avions oublié de nous compter (finalement, la fête, ce sera sans nous !)

La logistique : l'achat et le transport des boissons, forcément étalé sur deux mois, le petit jeu de "qui dort où" — merci nos voisins pour vos prêts de chambres — la vaisselle (jetable mais écologique) à commander, la décoration, la liste de tout ce qu'il faut emmener, des nappes au café, du papier-toilette (eh oui) aux couteaux-qui-coupent, des torchons aux étiquettes, le pain et les fromages, le thé et les tisanes, sans oublier le sucre, les cakes salés et gougères qu'il ne faudra pas laisser dans le congélateur… 

Une petite retouche de la robe de mariée (les épingles marquent l'emplacement des boutons en 1992)

14 octobre - 2

Quelques fleurs en papier pour égayer les murs blancs

14 octobre - 1

Et puis nous y étions :

8h30 : remise des clés de la salle. Notre interlocutrice remarque que la cuisine n'est pas propre : 10 minutes plus tard, l'équipe "ménage" de la mairie est sur place ! Nous déposons nos cartons de vaisselle et bouteilles d'eau et rentrons préparer le déjeuner.

12h30 : Aurore rentre du lycée, nos premiers invités arrivent. Le temps est presque estival, ce qui ne gâche rien.

14 octobre - 1 (1)

14h45 : départ pour la salle, qu'il faut aménager et décorer. Déplier et placer tables et chaises, découper les nappes, plier les serviettes, coller les photos, installer la sono, disposer assiettes et verres… le temps passe très vite !

14 octobre - 314 octobre - 4

14 octobre - 514 octobre - 1 (2)

14 octobre - 2 (1)14 octobre0 - 1

14 octobre - 3 (1)14 octobre - 4 (1)14 octobre - 5 (1)

14 octobre - 6

16h30 : Vite, il est temps de rentrer nous habiller ! La fête commence à 17h.

Quelques morceaux de musique…

25 ans - 114 octobre-- - 1

Des chants…

14 octobre-- - 5

Et quelques danses folk pour nous mettre en appétit

14 octobre-- - 214 octobre-- - 3

14 octobre-- - 4

Je n'ai guère vu les plats apportés par nos invités

14 octobre-- - 6

Le mur de photos a bien plu

14 octobre-- - 7

En revanche, le "coin photo-booth" concocté par Paul n'a guère eu de succès, pas assez de publicité ? 

25 ans 2 - 115 octobre - 1

 

Son petit coin "cadeaux" sur le thème du voyage, exploitant ingénieusement les cartes géographiques envoyées par des organismes humanitaires, était très réussi

15octobre - 1 (2)

Certains se sont amusés avec les étiquettes…

15 octobre - 3

Il y a eu des concurrents prêts à tout pour gagner !  

15octobre - 2

Et puis ce moment où nous avons été la cible des paparazzi

15octobre - 3

Avant l'ouverture du bal

15octobre - 4

 Je crois que nous nous sommes bien plus amusés que les "jeunes" du mariage de la salle à côté ! 

15octobre - 115octobre - 1

15octobre - 5

Vers deux heures, une équipe de choc a débarrassé, replié et rangé tables et chaises en un temps record (merci encore à nos voisins qui ont transporté les bouteilles, pains, cadeaux, fleurs… nous épargnant quelques voyages) et nos jeunes, aidés de leurs cousins, ont décollé les photos, balayé, frotté, essuyé… si bien qu'à trois heures, nous étions dans notre lit canapé, l'esprit tranquille pour l'état des lieux quelques trop courtes heures plus tard (8h30 le dimanche !)

15octobre - 2

Aurons-nous le courage de recommencer avant nos noces d'or ?

 

 

 

 

 

Posté par Agdel à 18:05 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2017

Début de vacances en feu d'artifice

La dernière semaine fut rude, entre consultations médicales (douloureuse cauthérisation pour Aurore, qui devrait mettre fin à ses pénibles saignements de nez, et verdict sans appel du radiologue : plus de course pour moi pendant 4 à 6 mois pour cause de tendinite achléenne chronique et aigüe), le résultat du brevet avec la mention TB attendue (et obtenue haut la main) et le rassemblement des bagages.

Vendredi matin, grasse matinée jusqu'à 7h, puis on charge la voiture, direction Chaumont-sur-Loire et son Festival des jardins.

14 juillet - 114 juillet - 2

14 juillet - 314 juillet - 4

14 juillet - 514 juillet - 6

Et puis, après un petit détour par Vouvray et un Tetris pour faire entrer quelques cartons de vin dans un coffre bien plein, nous remontons vers Montoire et… c'est l'arrivée à la Hirlière !

14 juillet - 1 (1)14 juillet - 4 (1)

déjà bien animée, entre jongleurs et cartonneurs

14 juillet - 2 (1)14 juillet - 3 (1)

Nous faisons un tour de présentations, essayons (sans illusions) de retenir les prénoms et montons notre camp, puis nous nous laissons porter par le mouvemnt… apéritif, grillades, rencontres, discussions… le vent frais nous pousse dans la maison pour finir la soirée. Enfin, nous laissons les cartonneurs à leur ouvrage et regagnons notre gîte. 

Samedi, les futurs combattants fignolent leurs casques (de véritables œuvres d'arts) et préparent armures et armes. Une seule règle : que du carton et de la colle ! Pendant ce temps, de nouveaux invités sont arrivés et parmi eux, Loulou et le Nini. Quelle joie de se rencontrer pour de vrai !

15 juillet - 115 juillet - 2

Puis c'est le moment pour les combattants de se faire admirer…

15 juillet - 615 juillet - 7

15 juillet - 815 juillet - 1 (2)

pendant que certains mettent leurs yeux au chaud pour quelques instants…

15 juillet - 1 (1)15 juillet - 5

… une photo de groupe, une parade…

15 juillet - 315 juillet - 4

… puis le combat, acharné, quelques minutes impossibles à photographier ! Mais Anne a fait quelques vidéos.

Ensuite, les jeunes (ou moins jeunes) se sont livrés à quelques glissades aquatiques ; nous avons bénéficié d'un petit concert

15 juillet - 2 (1)

Et enfin la très longue rangée de tables s'est remplie

15 juillet - 3 (1)

Et tandis que le champ de blé voisin était moissonné

15 juillet - 4 (1)

nous avons assisté au spectacle lumineux (avec une belle frayeur, heureusement sans gravité)

15 juillet - 5 (1)

Il paraît que la musique a continué jusqu'au petit matin… mais nous avons dormi !

Au matin, nous avons repris la route vers Dinard, où, pour une fois, les propriétaires étaient là pour nous accueillir (pour le plus grand bonheur d'Aurore qui ne voit jamais ses cousins en été puisqu'elle part toujours en camp mi-juillet). Un bain de mer plus tard, nous avons gagné nos lits pour une nuit de 12h30 ! Suivie d'une sieste ! Ça fatigue, l'air de la mer ?

Anne et Gilles, un grand merci pour cet accueil dans votre maison, pour ces sympathiques rencontres avec vos familles et vos amis. Nous avons passé deux jours magnifiques qui nous ont fait le plus grand bien, un début de vacances idéal !

 

 

 

 

Posté par Agdel à 20:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,