06 novembre 2014

Aurore aux commandes

Comme j'ai un peu de mal à trouver le temps de rédiger les messages à venir, je vous livre tel quel le reportage que notre fille nous a envoyé durant notre petit séjour néerlandais et qui nous a bien fait rire :

Les photos du chantier:

Que de travail et de création dans ces gestes!!

paves01

Le tas de sable (avec beaucoup trop de cailloux à mon goût)

paves02

Abracadabra, au bout de 3, la bosse va disparaître!

paves03

Au bout de 3 j'ai dit!!

paves04

On a enlevé beaucoup de pavés dit-donc!

paves05

Oh!! Que de soin!

paves06

Le travail et la délicatesse avant tout! Pour ça, on utilise des outils très spéciaux! Par exemple sur cette image, heu… je sais plus le nom…

(NDLR, pourtant une simple truelle !)

paves07

L'artisan en plein travail

paves08

L'artisan et sa coéquipière qui travaillent

paves09

Elles travaillent toujours?!

paves10

Petite pause?

paves12

… En fait non!

paves11

Coucou!
J'espère que votre voyage s'est bien passé, nous tout va très bien, rien ne nous dérange pour instant!
Je vous souhaite une bonne journée de visite pour demain, pas de pluie mais au contraire du soleil, pleins de lieux magnifique que vous pourrez découvrir!
Plein de bisous et bonnes visites!!
Aurore et Marie qui vous aiment!!!!

Un message réconfortant lorsque nous avons enfin réussi à trouver notre hôtel dans la banlieue d'Anvers…

Marie a fait du très bon boulot, mais s'est arrêtée en constatant qu'il faudrait dépaver plusieurs mètres carrés pour obtenir un résultat satisfaisant, ce qu'elle ne peut faire le soir au retour du travail car la nuit tombe vite… à suivre, donc !

Posté par Agdel à 07:45 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


30 octobre 2014

Entre filles

Nous avons profité d'une belle journée pour une balade à Paris. Entre le marché St Pierre (avec exploration de toutes les boutiques à touristes où Aurore cherchait le portefeuille de ses rêves, entre deux magasins de tissu) et le quartier du Sentier, nous avons emprunté une rue qui fait voyager les papilles…

30 octobre0130 octobre02
30 octobre03
30 octobre04

(les Ouïgours, peuple d'Asie centrale, sont plus ou moins apparentés aux Ouzbeks)
Je ne suis pas allée voir de plus près ce local de "jeunesse et reconstruction" car Aurore atteignait l'état "faim + fatigue = crise imminente" et nous n'avions pas prévu de manger ukrainien ou ouzbek, nous devions donc nous hâter pour gagner notre destination :
le restaurant de bagels que je leur avais promis depuis des mois

30 octobre06 Elles n'ont pas été déçues, ni par le menu, ni par la déco abondante et instructive

30 octobre05

 

 

Petit voyage dans le temps aussi

30 octobre0830 octobre07

Rue Montorgueil, nous avons admiré les paveurs à l'œuvre

30 octobre09

Après un rapide passage chez Fil 2000 (si, si, c'est possible !), nous avons cru trouver le portefeuille tant convoité dans une petite boutique, qui, malheureusement, ne vendait qu'en gros. Enfin, je les ai laissées farfouiller tout le temps qu'elles souhaitaient dans une boutique de perles, puis nous nous sommes effondrées dans le métro.

30 octobre10

Et de retour dans notre banlieue, nous avons encore eu le temps de passer sur le marché où le portefeuillle vu à Paris nous attendait sur un étal !

Bon les filles, vous avez eu une belle journée, maintenant, au boulot ! Il faut bien mettre à profit son talent pour la maçonnerie… en vrai, c'est Marie qui a souhaité, d'elle-même, voir si elle pouvait venir à bout de ces deux grosses bosses devant la maison. Nous pensions qu'elles étaient dues aux racines du noyer tout proche ou à un regard d'eaux usées… eh bien non, rien que du sable. Mais les pavés ne se laissent pas aligner sans résistance, oh non !

30 octobre1130 octobre12

 

 

Posté par Agdel à 11:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

13 octobre 2014

Travaux, un an après

J'avais envisagé de reprendre ce fil directeur pour les 10 du 10, mais finalement, un thème nous a été proposé. J'ai quand même fait un petit bilan des travaux que j'avais photographiés il y a un an.

Dans notre maison… honte à moi ! J'ai bien enduit, poncé et peint les murs de la pièce en mezzanine dont le peintre nous avait fait les plafonds. J'étais très contente de moi, ayant obtenu un résultat inespéré pour les murs écaillés par l'humidité autour du vélux, grâce aux conseils du professionnel. Mais j'avais légèrement débordé sur le plafond à un endroit, j'ai donc demandé au peintre de me déposer un petit pot de la peinture du plafond pour faire des retouches… et elles attendent toujours ! C'est décidé, je le fais dès le début des vacances (j'en ai pour deux fois 10 minutes, tout au plus).

10 octobre02
12 octobre612 octobre4

Chez les voisins, c'est terminé, heureusement : 9 mois de travaux au lieu des 3 mois promis, entre les erreurs de commande des huisseries, des soucis d'étanchéité… finalement, qui devinerait que ces murs sont en contreplaqué ?

10 octobre05 11 octobre1

Pour la passerelle, en revanche, ça semble mal parti ! Après une pose interminable de panneaux sur l'extérieur du tablier (construction de petits plots en béton, surmontés de petites plaques de métal superposées pour bien ajuster le niveau — ça faisait vraiment bricolage — avant de positionner et visser les panneaux, de nuit car nécessitant un engin de levage au-dessus de la 4 voies, les barrières provisoires sont en place depuis fin janvier. Début septembre, nous avons eu l'explication de cet état des choses :

10 octobre06 11 octobre2

Bien, bien, la peinture ne tient pas sur le béton, bigre ! C'est sûr, ça fait tout de suite plus professionnel, là…

Le lycée hôtelier : les trois ans prévus ont été rallongés d'une année supplémentaire, mais ça prend forme.

10 octobre0712 octobre1

La gare : le nouveau parking vélo a été détruit début juin, nous avons donc réintégré l'ancien, qui était trop petit mais a été encore réduit d'un bon tiers. C'est la loterie le matin pour avoir une place…  enfin, tant qu'il fait beau, car nous ne sommes pas nombreux à persévérer dans le pédalage tout l'hiver. Est-il prévu cependant de remettre les supports après la réfection de la place, mystère ?
Vu qu'ils ont posé d'autres arceaux tout neufs plus loin, mais que les vélos qui y sont attachés sont systématiquement vandalisés, je n'ai guère d'espoir… à moins d'organiser une manifestation de cyclistes devant la mairie avec opération escargot en pleine heure de pointe ? Mais le cycliste saint-quentinois est moins revendicatif que les routiers…

 10 octobre08 11 octobre3

J'ai râlé tout l'été contre ce panneau, tant pour la magnifique faute d'orthographe (reproduite à deux exemplaires, tant qu'à faire) que pour l'ineptie qu'elle préconise : un cycliste est un usager de la route, me semble-t-il, en l'absence de piste cyclable, il doit rouler sur la chaussée comme les voitures, pourquoi donc devrait-il descendre de sa monture en pleine rue ? Et puis de toutes façons, ces travaux ne changent pas grand-chose, vu que cette bande cyclable est utilisée quotidiennement comme zone de livraison ou de stationnement en double-file, je ne pense pas avoir pu l'emprunter plus d'une fois par mois.

11 octobre4

Gare des Chantiers : ah, là, il y a vraiment du changement ! Les travaux promis depuis plus de 10 ans ont enfin débuté, avec l'espoir, d'ici de longs mois, de ne plus subir la bousculade dans l'unique escalier qui descend vers les quais.

10 octobre0912 octobre2
12 octobre3
12 octobre5

Face à la gare : là aussi, enfin, le chantier a pu commencer et ça monte vite : une résidence hôtelière qui sera idéalement située.

10 octobre10 11 octobre5

La vie qui continue pour ces deux villes, l'une ancienne, l'autre nouvelle… des habitudes à changer parfois pour contourner des passages barrés (j'ai du mal !)… et la certitude que des travaux vont commencer aussi juste à côté de chez nous : notre petite voisine est partie en mai, quelques semaines avant ses 100 ans, sa maison a été vendue presque aussitôt et quelque chose me dit qu'il y a pas mal de rénovations à effectuer !

 

Posté par Agdel à 18:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2014

Petits arrangements avec les patrons

Il m'arrive rarement de suivre un patron dans les moindres détails, le plus souvent, c'est comme ça que ça se passe :

Épisode 1 - Je suis allée au marché aux tissu, j'ai trouvé un beau crêpe et la doublure assortie, j'en ai pris 2 mètres. À mon retour, Marie jette un œil dans mon sac : « Il est beau ce tissu, tu pourrais me faire une robe dedans ? » (je l'aurais parié)

Épisode 2 - Nous allons acheter une veste à la jeune fille, comme elle a trouvé tout de suite ce qu'elle voulait, je lui propose d'aller voir quelques robes, histoire d'être fixée sur le modèle qui lui plairait, elle jette son dévolu sur une robe en crêpe de soie à col bénitier et manches légèrement froncées. Bon, je vais voir ce que je peux faire…

Épisode 3 - Je parcours tous mes Ottobre (adaptés à sa morphologie), je lui montre quelques modèles qui pourraient aller, finalement elle choisit une robe assez différente de celle vue au départ… mais avec les manches plus longues, la taille plus basse, le bas avec des fronces.

Ottobre (Ottobre 5/2012)

Épisode 4 - Je copie le haut de la robe et je le coupe dans un tissu d'essai (merci les copines de me fournir en draps déchirés, nappes tachées, housses de couette démodées !) Essayage : ça baille dans le dos, les emmanchures sont trop serrées, l'encolure trop haute, les manches trop courtes. À part ça, tout va bien !

Allez, on corrige tout ça et on refait un essai !

 17 avril1

 Nous avons aussi l'épisode "tee-shirt d'anniversaire" qui fait 3 bonnes tailles de plus qu'indiqué (j'aurais dû me méfier, la plupart du temps, ça tombe juste, mais je me suis quand même fait une robe en XS cet été ; mais qui dit couture secrète dit sans essayage préalable). Le problème, c'est que j'ai coupé celui de Marie en 40. Je reprends donc le patron en 32-34, ça devrait le faire, à part l'empiècement dans le dos qui aura une forme légèrement différente, mais c'est sans importance, allez, on recoupe en espérant ne pas avoir de souci d'élasticité du jersey.

17 avril217 avril3

L'avantage des e-books, c'est qu'on peut modifier les dimensions sans trop d'efforts (on peut aussi imprimer trop petit en oubliant de décocher la case "ajuster au papier", si, si…) : j'ai imprimé le patron à 90 % puis re-mesuré sur la miss et finalement, coupé un 32 sans marge de couture, y'a-plu-ka-coudre !

Commande Rijstextiles passée dimanche, réceptionnée ce matin — au sortir de la douche en petite tenue – et premier jersey coupé cet après-midi, je m'épate moi-même par mon efficacité ! (Hélène, défense de rire !)

Et en parlant d'efficacité : le garage a bien avancé ! Reste à attendre 3 jours pour le séchage avant de remettre les meubles et fixer de nouvelles étagères. Et c'est tant mieux, car je déprime un peu devant le désordre :

17 avril417 avril5

Aurore trouve, pour sa part, que c'est pratique d'avoir les chaussures dans le salon et verrait bien l'étagère rester là !

Pas de photo avant mais je vous laisse imaginer les murs en parpaings nus et le sol en ciment poussiéreux, le tout bien sombre. reste à changer la trappe de la cave, rongée par l'humidité, et les portes qui laissent passer beaucoup trop de courants d'air, sans compter que celle de devant ne peut être fermée par une seule personne, ayant été déformée lors de la pose, ce qui nous oblige à entrer/sortir les vélos par l'arrière de la maison.

17 avril6

Ah oui, aussi : je suis passée à la télé ! Bon, la vraie star*, c'est Annabelle qui "parle dans le poste", mais on me voit à deux reprises de loin (voilà ce que c'est que de s'asseoir pile devant un pilier)

* Je lui avais bien dit qu'elle deviendrait une star, depuis qu'elle fait des photos avec Bernard !

 

Posté par Agdel à 17:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

02 octobre 2013

Qu'est-ce qu'on mange ce soir ? (6)

Ça faisait longtemps, n'est-ce pas ?

Alors, voilà : mes voisins ont un noyer, tout près du mur du jardin. Logiquement, donc, quelques noix tombent dans notre allée (accessoirement, sur nos voitures, mais ça ne leur fait pas mal…). Quand je dis "quelques", je veux dire environ 1 kg par an (et encore, c'est depuis qu'il a été élagué, avant, c'était plus du double !). Quand tout va bien, les noix tombent toutes propres, toutes nues (enfin, juste avec leur coque). Mais certaines sont pudiques et choisissent de garder leur enveloppe de brou, et là ça se corse ! Cette enveloppe est très difficile à retirer, à ce stade de maturité. J'ai tenté le couteau, le lavage, la brosse métallique (si, si !). L'an dernier, probablement suite à une combinaison de phénomènes climatiques, c'est 90 % de la récolte que j'ai dû nettoyer, gardant les mains brunes pendant des jours et des jours. Cette année, ça va mieux, mais je ne peux me résoudre à les jeter. Si je les laisse, le brou les empêche de sécher, elles se recroquevillent et meurent. J'ai donc décidé de les casser immédiatement, mais les noix fraîches, ça arrache !

1 octobre3
D'autre part, il me restait des côtes de blettes… chez nous, ça ne passe pas très bien ; le vert, encore, en tourte à la niçoise ou en Aloo palak, à la place des épinards, j'arrive à le caser, mais le blanc… un peu dans un tajine de légumes, un peu dans la soupe *. Et puis m'est revenue en mémoire la recette de la quiche noix-roquefort que je faisais jadis ! Un peu forte au goût. Et si j'y mettais mes blettes pour adoucir ?

Quiche roquefort-noix-côtes de blettes

Il vous faut : 200 g de blanc de blettes coupé en lamelles, 75 g de roquefort, 60 g de cerneaux de noix, 10 cl de crème liquide, 3 œufs, une pâte brisée.

Faire revenir les côtes de blettes avec une noisette de beurre. Mixer le roquefort, les cerneaux et la crème. Ajouter les œufs, un peu de poivre et un soupçon de sel, ajouter les blettes, verser le mélange sur la pâte (c'est peu apétissant, c'est normal !), enfourner à 180 °C pour 20-25 minutes; déguster avec une salade d'endives et de mâche, à l'huile de noix si vous en avez.

2 octobre12 octobre2

2 octobre4

Et puis ? Un pain d'épices pour les goûters, pendant que les peintres bâchaient ; et ce soir, une bonne séance de cogitation sur le nuancier… que choisir ?

1 octobre41 octobre5
1 octobre62 octobre3

Et pendant ce temps, d'autres voisins se lancent dans des travaux d'une toute autre ampleur ! Je surveille chaque matin l'avancée du jeu de construction.

1 octobre11 octobre2

* Ce n'est pas par pur masochisme que j'achète des blettes, elles sont simplement dans notre panier de légumes hebdomadaire

Posté par Agdel à 19:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


24 septembre 2013

Travaux, c'est reparti !

Il y a 11 ans, notre appartement étant devenu exigu, nous cherchions à acheter une maison avec travaux (à cause du prix de l'immobilier en région parisienne). À l'époque de notre premier achat (1996), nous avions visité 46 appartements avant de trouver le bon… nous repartions à la chasse pleins d'entrain et d'optimisme (et une bonne dose d'inconscience, il faut le dire : j'ai accouché le jour prévu pour la première visite !)

Bon, 1 mois plus tard, visite de deux maisons… et abandon : enchaîner les visites avec deux enfants en bas-âge et un nouveau-né, tenir notre appartement propre et rangé pour le vendre était au-dessus de mes forces. Nous avons préféré installer un lit-mezzanine pour Paul qui allait avoir 7 ans : une chambre de 9 m2 peut très bien accueiller trois enfants, surtout avec une hauteur sous plafond proche de 3 mètres, l'avantage des bâtiments anciens (1748 pour celui-ci — les inconvénients, fissures et murs qui penchent, nous en avions pris notre parti)

Début 2003, nous laissions nos coordonnées à un certain nombre d'agences de notre ville et des environs (pour certaines, nous attendons encore qu'elles nous rappellent, une agence nous a proposé un bien 1 an après notre déménagement !) en redoutant déjà les week-ends et soirées passés à la recherche de notre futur logis. Mais notre budget restreint a considérablement limité le choix : j'ai visité une maison (à peine plus grande que notre appartement), mon mari en a vu une autre et un beau matin, ayant remarqué une petite annonce, j'ai pris rendez-vous pour visiter une maison (presque neuve, pas du tout ce que nous cherchions), dans une ville totalement en dehors de notre champ de recherches, juste pour voir… avec un peu de mauvaise conscience, en plus, car Aurore était sérieusement malade. Samedi, 10h30, nous visitions, 14h30, nous faisions une offre, 18h30, nous signions le compromis !

Début août 2003, par 43°C à l'ombre, nous déménagions. Après avoir signé (et payé) pour un certain volume (estimé par le commercial de la société), nous découvrions vers 14h que le camion était trop petit… oh, quel heureux hasard, justement, des collègues devaient venir prêter main-forte à nos déménageurs et ils avaient un camion vide… pour une "petite" somme en espèces, ils pouvaient régler le problème (oui, quand vos meubles sont sur le trottoir et que le commercial vous accuse d'avoir acheté des meubles depuis son devis, vous avez un problème !). Nous n'avons pas trouvé le courage de résister, appeler la chambre syndicale (et à quel numéro ?), déposer plainte… nous avons cédé. Les jours qui ont suivi ont été éprouvants : Aurore, 16 mois, était perdue et hurlait dès que nous disparaissions de son champ de vision, les déménageurs qui ne savaient pas lire avaient déposé des cartons au petit bonheur ( "cuisine" dans la chambre de Paul, "chambres haut" dans le séjour) et étaient repartis avec tous nos taquets d'étagères, rien n'allait de soi (notre four ne rentrait pas dans le meuble prévu, la table de cuisson non plus, le branchement de gaz fuyait… de petits détails insignifiants mais qui, accumulés, usent les nerfs). J'ai mis trois ans à m'en remettre, pendant lesquels le seul mot de déménagement me donnait des crises d'angoisse !

Et pourtant ! Nos adorables vendeurs nous avaient chaudement recommandés à nos sympathiques voisins, la maison était d'une propreté impeccable, le quartier encore plus agréable à vivre que ne nous l'avions imaginé, la ville accueillante, jamais nous n'avons eu l'ombre d'un regret sur notre choix.

Dix ans plus tard, notre maison "presque neuve" a 20 ans, un bel âge, mais qui nécessite quand même un bon coup de jeune ! Alors que nous sommes en plein déménagement de la salle à manger vers la chambre d'amis (et un peu, aussi, le sous-sol de nos chers voisins), le portail a déclaré qu'une couche de lasure ne lui semblait pas nécessaire, vu que le bois est pourri dans le bas, et les toilettes de l'étage ont décidé de se faire remarquer en se bouchant ! Youpi ! Déboucheur classique inopérant, déboucheur plus costaud (acide sulfurique) pas tellement mieux, je suis passée à la méthode "balai à franges" et rétabli une situation acceptable, sans plus… mais comme le ballon d'eau chaude a 20 ans lui aussi, je pense que nous n'allons pas tarder à voir un plombier chez nous (j'aurai également une petite revanche à prendre sur la baignoire…)

État des lieux à six jours de l'arrivée des peintres : d'un côté, on vide, de l'autre, on remplit !

24 septembre224 septembre4

24 septembre524 septembre6

On peut vérifier, une fois les meubles enlevés, que, oui, il faut vraiment faire repeindre !

On fait de drôles de rencontres (et ce soir, un frelon dans le grenier)24 septembre1

Et parfois, on a de la chance !

24 septembre3

à suivre…

 

Posté par Agdel à 22:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2013

Travaux d'été

Une pièce par an, c'est l'objectif à tenir pour l'entretien de notre maison. Voici le tour de la chambre des filles, déjà agrandie et retapissée en 2004, qui nécessite un ré-aménagement pour ces demoiselles qui ont grandi : installation d'un lit-mezzanine (qui était chez Paul jusque-là), remplacement de la moquette bien abîmée par un sol plastique et, par la même occasion, changement de la couleur des murs. Début juillet, les enfants se sont chargés du vidage (approximatif !) de la pièce, de l'arrachage du papier-peint et de la moquette. Paul a également joué de la ponceuse (en essayant le tout nouveau casque anti-bruit de sa sœur — un élément de sa très longue liste de fournitures pour le lycée), mais il m'avait laissé la partie inclinée (dès fois que je m'ennuie). Le ponçage d'un mur mansardé ne va pas sans quelques inconvénients :

31 juillet3

Dimanche : fin du ponçage, enduits, re-ponçage, lessivage

Lundi : re-enduits (j'ai tenté de reposer les bandes mieux que je ne l'avais fait en 2004, bof, pas convaincue…). Achat de matériaux, rupture de stock pour le sol… petit voyage jusqu'au magasin suivant (40 km). Retour un peu stressant : un rouleau de 4 mètres, même dans un break, ne permet pas de fermer le coffre et rouler coffre ouvert sur l'autoroute, je n'aime pas trop.

31 juillet1

Peinture du plafond31 juillet2

Il était encore bien propre au bout de 9 ans,
mais ce qui est fait ne sera pas à refaire
d'ici quelques années

 

 

Mardi : première couche de peinture

Comme toujours, le résultat est horrible, plein de défauts…

Mercredi : 2e couche, ça y est, ça prend forme !

31 juillet4

Pose de la sous-couche au sol, un grand moment ! J'y passe deux heures, me transforme en schtroumpf, comme toujours.

31 juillet5 Cette colle est tenace !

31 juillet6

Une fois de plus, j'ai apprécié ma règle à patchwork pour les découpes ;


je me demande comment j'ai pu m'en passer si longtemps.

 

 

 

 

 

Jeudi, après un réveil courbaturé, nous découpons sommairement le sol dans le séjour, puis le hissons par l'escalier. L'ascension est assez acrobatique, puisque le rouleau ne tient dans aucune pièce, ni en longueur, ni en hauteur. Après une bonne suée, nous réussissons à le dérouler dans la chambre. Deux bonnes heures plus tard, toutes les découpes sont faites.

31 juillet7

Fini ? Eh non, nous avons un petit jeu de construction à attaquer maintenant ! Sauf que… l'une des pièces, cachée dans un coin, n'a pas été décapée et vernie.

31 juillet8



Posté par Agdel à 17:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

18 mai 2012

Youpi, c'est fini !

Le carrelage mural est, à mon avis, l'activité de bricolage la plus valorisante qui soit : le résultat est immédiat, la mise en œuvre assez facile (dès que l'on a mis au point la meilleure technique de découpe… ) et c'est peu salissant (surtout quand on peut couper à l'extérieur). Nous avons commencé de bonne heure jeudi et j'étais assez confiante sur un achèvement en début d'après-midi, sauf que… l'idée est venue de changer l'interrupteur de la VMC, un va-et-vient à première vue… eh bien non ! Lorsque mon mari est rentré avec la bête et qu'il a voulu le monter, j'ai fini par aller discuter avec mon fer et ma pile de linge pour ne plus entendre ses jurons !
Une heure plus tard, je finissais de mélanger un bac de colle lorsque j'entends un « splatsch » qui m'alerte : le lave-vaisselle vidangeait derrière le meuble d'évier, son tuyau d'évacuation complètement bouché… (quelle chance sur ce coup-là, d'ordinaire, nous le mettons en marche la nuit !) donc opération épongeage et débouchage de tuyau, puis on teste avec un petit verre d'eau, ça semble passer… remise en route du lave-vaisselle, tout va bien, ouf ! On peut dire que le nouveau meuble est baptisé, après la fuite de l'arrivée d'eau de jeudi dernier !

21 mai121 mai2

Et puis, après avoir eu de la chance pour la disposition des carreaux (quasiment sans découpe pour le premier mur), il a fallu jouer de la carrelette et de la meuleuse tout l'après-midi et ce n'est qu'en fin d'après-midi que nous avons pu mettre la touche finale (avec un morceau de 1,5 x 0,7 cm) et sortir profiter du soleil prendre l'air sous la pluie. Après un mercredi passé à vider les cartons de vaisselle et à faire un peu de ménage, je n'ai pas vu passer la semaine !

21 mai321 mai4

Samedi et dimanche, nous avons fait les joints de carrelage, nettoyé, posé les dernières étagères, prises de courant et éclairages, et j'ai essayé de rattaper mon énorme retard en couture : cadeaux d'anniversaires, de naissance, de départ, tenues pour le groupe de théâtre de ma fille… bilan de 2 jours intensifs : 4 robes scintillantes presque terminés (la Miss est partie avec au collège pour les essayages), un sac terminé, avec trousse et porte-clés assorti, un sac bien avancé, deux broderies faites pour des trousses (avec l'aide de ma grande), un doudou en cours, une jupe en cours aussi ; bilan moins positif de la participation de ma plus jeune fille : une bobine de fil à broder déroulée sur des dizaines de mètres (le démêlage est en cours), 2 aimants cassés (je n'ai toujours pas compris comment !)

21 mai01

Une tradition qui est née avec la découverte sous du papier-peint de calculs crayonnés à même le plâtre : laisser une petite phrase aux bricoleurs du futur (je leur souhaite bien du courage, je n'ai pas lésiné sur la colle !)

Et maintenant ? Eh bien je ne me suis pas encore remise vraiment à cuisiner, d'abord parce que j'ai du boulot en retard dans toute la maison, mais aussi parce que j'ai l'impression étrange de ne pas être chez moi mais dans une location de vacances… mais ça va revenir, pas d'inquiétude !

Et aussi parce que notre table de cuisson fonctionne à moitié, avec seulement 2 injecteurs
sur 3 pour le butane et un ralenti impossible à régler sans démontage complet (ce qui
invaliderait la garantie), nous attendons donc une  intervention du SAV, Grrrrr !

Et en exclusivité (à la demande générale, et parce que c'est rangé et que ça ne durera peut-être pas), l'intérieur des placards !

21 mai-221 mai-321 mai-4
21 mai-521 mai-621 mai-821 mai-7

Posté par Agdel à 18:40 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 mai 2012

De retour de Lille !

Eh oui, premier Stoffenspektakel en France… j'espère que ce ne sera pas le dernier, il n'y avait vraiment pas foule. C'est beaucoup plus facile pour examiner les tissus et se faire servir, mais les vendeurs voudront-ils revenir de si loin ?

Voici ma “maigre récolte” (que j'ai trouvé bien assez lourde au retour… ) : des jerseys (objectif premier de ce voyage, notamment pour une commande de mes filles de vêtements style Desigual)

13 mai5
13 mai6

 des voiles de coton et du piqué blanc (Petit Faune)

 et un peu de mercerie.

 

Mais surtout : retrouver les copines de MM, en rencontrer une pour la première fois, faire un pique-nique gourmand au soleil, papoter…

 

… et retrouver à mon retour la cuisine comme je l'avais laissée, hélas, les 5 cartons d'ustensiles et de vaisselle ne se sont pas vidés tout seuls !
Mais bon, on arrive au bout : les meubles sont posés (deux fois, même, vu que les poseurs travaillaient vite et bien mais sans regarder les plans), l'évier aussi, la fuite d'eau au-dessous réparée, reste la plaque de cuisson montée pour gaz de ville et les injecteurs impossibles à changer sans l'intervention du SAV, qui ne veut évidemment pas se déplacer gratuitement… et les 1000 détails à terminer ! (le carrelage mural, entre autres)

13 mai113 mai2

13 mai713 mai413 mai3

 

Posté par Agdel à 19:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mai 2012

Cette semaine…

… j'ai aimé :

- retourner au bureau lundi en laissant le chantier en cours à mon mari, qui faisait le pont (qu'est-ce que ça m'a paru reposant !)
- avoir une journée chaude et ensoleillée mardi (même si on l'a passée dans la cuisine) et déjeûner au jardin
- voir la peinture avancer
- aller au concert vendredi soir à 5 minutes à pied
- aller au concert samedi soir à 5 minutes à pied (dans l'autre direction)
- couper une jupe Insa, la broder, la coudre sans le moindre problème
- voir la peinture terminée (primaire + 3 couches !)
- animer la messe des scouts avec ma grande fille et entendre les concerts de louanges sur sa belle voix

5 mai15 mai35 mai25 mai4

 … je n'ai pas aimé :

- découvrir lundi matin que l'arrivée électrique pour la plaque de cuisson n'était pas à la bonne place (arrrgh, en plus c'était facile, avant de poser le placo, de la déplacer… nous étions 3, nous avions les plans… on va dire que c'était la fatigue)
- peindre le plafond
- voir l'orage samedi, et la pluie toute la soirée, alors que mes filles campaient
- porter un holter pendant 24 heures, devoir sortir toutes les 20 minutes de la salle de concert, être réveillée toutes les heures la nuit qui a suivi
- être réveillée à 6h45 dimanche par le réveil que Marie avait oublié d'arrêter
- laver 40 fois rouleau et pinceau dans le lavabo qui sert aussi d'évier (il aura besoin d'un bon récurrage, celui-là)

5 mai55 mai6

Patron Insa de Farbenmix, coton fleuri et jean-lycra des Coupons de Saint Pierre

Posté par Agdel à 18:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,