Bon, ça commence mal ! Je ne connais pas du tout cette série, je ne suis pas fan de séries en général… — quoique je viens de découvrir Downton Abbey à la médiathèque — et puis la mode des années 50, heu, pas très portable tous les jours, non ? Mais je ne peux pas louper un petit défi de Casa, c'est impossible !

Et puis quelques jours après, je suis tombée sur ça :

Everywear Tails Design by lila_ / Pattern by Your Style Rocks!

Je sais, je suis faible, j'ai cédé aux sirènes de Pinterest, je ne sais pas où ça va me mener cette histoire, déjà que j'ai l'impression de courir après le temps… mais bon, j'avais trouvé comment épingler des pages directement sur mon navigateur, sauf que l'ordinateur familial s'est mis à ralentir, ralentir… pour sauvegarder mon couple, il me fallait une autre solution de toute urgence !

 Un site de patrons gratuits à imprimer ! Certes, avec des explications en anglais sans le moindre schéma (déjà que je ne comprends rien aux explications en français de Burda)… Certes, des patrons plutôt compliqués (celui-ci faisait 56 pages, heureusement que j'avais une pile de papier de brouillon à recycler ! Il m'a fallu une matinée entière pour imprimer et coller le tout)

Pour finir, j'ai cousu à ma sauce, en regardant juste fréquemment les photos du modèle sous toutes les coutures (enfin, pas toutes, justement). Il m'est resté deux pièces que je n'ai pas su comment utiliser (dont un devant entier) et un biais que je n'ai pas coupé, je n'en voyais pas l'usage. Petit bout par petit bout, j'ai tout cousu à l'envers en retournant au fur et à mesure.

Comme je ne voyais pas bien comment essayer le vêtement en cours de route, j'ai utilisé un tissu d'essai du marché, un coton avec élastanne, je craignais que l'élasticité ne pose problème, mais non, finalement. Coût de revient : 2,96 euros, qui dit mieux ? (avec les boutons)

Les points forts :
– tous les repères tombent nickel à l'endroit prévu, même les bords du devant plissé se superposent sans décalage, c'est assez rare pour être souligné.

6 février1
– il y a deux pièces de patron différentes pour le tissu extérieur et la doublure (bon, ce n'est pas un avantage pour imprimer, évidemment), ce qui permet de disposer toutes ses pièces en une seule fois (à part celles à couper en double)

Les points faibles :
– les marges de couture comprises de 1 cm à 1,5 cm. Je n'aime pas les grandes marges de couture, je préfère couper à 0,7 mm et prendre pour repère le bord du pied de ma machine.

6 février8
– les finitions bizarres en bas : un côté est coupé en biais "sortant", l'autre en biais "rentrant". Je n'ai pas bien compris l'intérêt de cette technique, si ce n'est éviter une superposition des coutures au niveau du bas du vêtement. En tout cas, ça complique singulièrement l'assemblage ! Je n'ai pas réussi à avoir un résultat propre au niveau de la fente du dos (mais c'est sur l'envers) et j'ai contourné le problème en bas en raccourcissant légèrement le vêtement. Si je refais ce chemisier en taffetas (en projet pour les fêtes de fin d'année, je ne suis pas en retard), je couperai tout droit, comme les pièces de doublure.

 

Après m'être lancée avec un peu d'appréhension, j'ai pris beaucoup de plaisir à coudre ce haut. Mais il ne sera pas pour moi, trop décolleté à mon goût ! Du coup, il faudrait que je réimprime le patron une taille au-dessous pour Marie car il taille vraiment grand. Le col est un peu long, mais je pense que je ne l'ai pas cousu assez bas (pas très sûre d'avoir identifié le bon repère…)

Photos sur mon mannequin préféré (qui avait froid)

6 février26 février36 février4

6 février66 février76 février5

D'autres défis Man men à admirer chez Casa. Pour ma part, j'irai voir tout cela demain car aujourd'hui… je suis à l'Aiguille en fête !