Hou là, j'ai bien failli ne pas le faire, une fois de plus, ce petit défi, submergée que j'étais par la fin d'année avec son cortège de fêtes, concerts et auditions, bals, pique-niques, réunions… et les préparations de cadeaux qui allaient avec.

Et puis, je me suis souvenue de ce patron que j'avais depuis presque un an, jamais testé faute d'avoir le tissu qui allait bien, ni trop épais, ni trop fin. Durant l'oral du bac de français (à 100 mètres d'un Toto tissus, vous imaginez mon empressement à conduire le jeune homme en voiture — 25 minutes — au lieu de le laisser passer 1h45 dans les transports en commun ?), j'avais pris un métrage de chambray lin/tencel qui s'est avéré après lavage trop souple et extrêmement froissable, pas du tout adapté pour un pantacourt. Encore raté !

Et puis l'après-midi, alors que nous profitions de ma journée de congé pour faire les soldes, voilà que Paul me fait la surprise de choisir un bermuda à carreaux clairs (lui qui ne jurait que par le noir depuis quelques années). Hier, j'ai donc farfouillé dans mes caisses de tissus et ressorti ce coupon, acheté chez Petit Faune (lorsque ça existait encore, et en soldes, certainement, vu le métrage pris) dans lequel j'avais cousu un bermuda pour mon petit bonhomme de 6 ans (oui, je garde longtemps mes beaux tissus, je n'ose pas couper dedans, c'est grave, docteur ?)

Après lui avoir fait confirmer plusieurs fois qu'il le porterait, je me suis lancée. La plus grande taille est 164 (mais ma copinaute de La clé des champs m'a avertie que ça taillait trèèès grand), j'ai donc allongé de 16 cm pour mon garçon d'1m84 (et ce n'est pas fini !) qui n'a pas le gabarit d'un jeune allemand… bon, j'aurais pu m'épargner cette peine : en fait, je vais devoir raccourcir considérablement, je pense que les centimètres allemands ne sont pas les mêmes que les nôtres (j'ai cousu à l'aveugle, Paul étant occupé ailleurs)

Ce patron présente un gros avantage : il comporte 4 sortes de poches ! Deux poches italiennes, deux poches plaquées, une poche à soufflet central à rabat et une poche à soufflet à fermeture éclair. Je vous avoue que le pantacourt n'est pas fini, eh non, l'opération copie du patron - coupe du tissu - broderie de la poche - couture d'un vêtement constitué de 24 morceaux ne peut se réaliser en une seule journée chez moi (surtout quand on fait quelques bourdes qui obligent à dégainer le découd-vite). Mais les poches sont posées, reste à poser la ceinture et faire l'ourlet du bas. La preuve en images :

La poche à soufflet (une de chaque côté et un au milieu) avec rabat boutonné (pas facile de voir le relief avec ces carreaux, j'ai eu beau couper au hasard, pas de chance, le motif se raccorde presque partout)

6 juillet16 juillet2

Les poches plaquées (j'ai même réussi à le convaincre de me laisser faire une broderie)

6 juillet36 juillet5

Les poches à l'italienne (j'ai testé le point d'arrêt de ma machine, assez fastidieux à faire car il faut installer le pied à boutonnières)

6 juillet6

La poche à fermeture-écliair sur le côté (et je constate, en voyant la photo, que j'ai oublié de la fermer en haut !)

6 juillet76 juillet8

Bon, voilà un bel échantillon de poches. J'ai déjà testé également par le passé la poche froncée, la poche prise dans la couture (pas ma préférée), la poche kangourou, il me reste la poche passepoilée, un jour peut-être…