… dans l'armée de tricoteuses de la Wool War One, je tricote, laborieusement, mes petites vareuses (ça va, je suis dans les temps, je dois tout renvoyer avant septembre).

vareuses

Lorsque j'ai choisi d'y participer, c'était avant tout parce que l'idée de participer à un projet collectif me plaisait énormément. Et puis, peu à peu, j'ai trouvé des liens avec mon histoire familiale, l'arrière-grand-père que je n'ai pas connu, qui n'a pas raconté "sa guerre" à ses petits-enfants, mais qui écrivait son journal dans les tranchées… journal que j'ai essayé vainement de déchiffrer à l'adolescence et dont je regrette de n'avoir aucune copie, maintenant que de longues années de pratique des archives m'ont rendue plus familière avec les écritures peu lisibles. Cependant, j'ai longtemps eu sa photographie dans mon salon (j'ai son violon, également, c'est celui sur lequel j'ai débuté), avec celle de son épouse, que j'ai connue (enfin, plus justement, c'est elle qui m'a connue puisqu'elle n'a vécu que quelques mois après ma naissance)

25 mars325 mars4

Dans cette arrière-grand-mère, je retrouve des traits de Marie, chez ses parents également :

25 mars125 mars2

Et puis début mars, en discutant avec mon beau-père du projet, il me demande si l'exposition comprendra également des objets d'époque, parce qu'il a les jumelles de l'oncle Henri, caporal chez les tirailleurs sénégalais, tué à Vauxaillon. Grâce à un lien donné sur Ravelry, je recherche cet oncle et trouve la copie du registre des décès. Je trouve également celle de son grand-père, qui n'a pas eu de chance, le pauvre homme : blessé, il décède à peine plus d'un mois après la déclaration de guerre (ceci dit, il n'aura pas connu l'horreur des tranchées)! De mon côté, je ne trouverai parsonne : dans cette famille de militaires et officiers de marine, aucun, à ma connaissance, n'a été tué (ou gravement blessé) lors d'un conflit.

Mon mari a été très surpris d'apprendre que les jumelles avec lesquelles il a tant joué datent de la guerre de 14-18 ! Et quelle belle qualité ! La mise au point est parfaite.

24 mars124 mars2

Je n'imaginais pas non plus, en m'engageant dans cette folle aventure, à quel point elle allait créer des liens. Samedi, une rencontre était prévue entre les tricoteuse d'Ile de France et notre générale en chef, Mme Délit Maille en personne ! La journée a débuté par une virée avec Annabelle et Brunehilde, chez Hema, Mora, G.Detou, Fil2000

Detou Il y en a deux qui vont pouvoir exploiter à fond leur nouveau livre fétiche de pâtisseries !

bagel

Puis deux autres tricoteuses nous rejoignent pour un déjeuner bagel… les copines m'ont obligée à prendre le menu fitness, si, si, alors qu'elles se délectaient de délicieuses pâtisseries (franchement, c'est bien d'annoncer à l'avance son régime, ça permet de trouver un peu de soutien, merci les filles, je n'ai pas craqué !)

Enfin, nous avons rejoint le lieu du rendez-vous. Après un déménagement compliqué des tables et chaises afin de trouver de la place pour toutes (nous étions une bonne trentaine, quand même), nous avons écouté sagement la présentation du projet par Anna, qui a répondu patiemment aux questions… enfin, sagement… jusqu'à ce qu'elle ouvre sa valise et sorte les premiers petits soldats en laine. Car là, c'est devenu un bazar pas possible (je plains la pauvre journaliste qui venait d'arriver et a dû avoir du mal à placer sa caméra et trouver de quoi faire son reportage) : nous nous sommes extasiées devant ces petits bonshommes trop mignons, leur avons essayé vareuses, casques et pantalons (oui, nous avons joué à la poupée, il n'y a pas d'âge pour cela), les avons pris en photo sous toutes les coutures, avons comparé nos méthodes de tricot, d'assemblage, la position des poches, le remplissage des musettes et sacs à dos… un très joyeux bazar, tout à fait à l'image du projet, finalement ! Nous avons également sorti nos fils bleus afin qu'Anna puisse photographier toutes ces mains qui s'activent.

5 avril

 Je garde également un souvenir ému de cette autre folle journée du 11 novembre 2012 lancée par Casa, bien résumée ici (ah, le fabuleux cours d'histoire de Charlotte !)