28 octobre 2013

Welcome to London - Day 3, la suite

Elle était riche cette journée et mérite bien deux messages !

De retour à Londres, après un pique-nique dans le train qui a ravi les enfants (il en faut peu pour être heureux…), nous commençons par rejoindre à pied la gare de King-Cross pour trouver la voie 9 3/4. Hélas, là aussi, l'aspect commercial a pris le dessus : il faut faire longuement la queue pour tenir la poignée du fameux chariot, puis se laisser prendre en photo par un professionnel.

24 octobre1

Nous avons mieux à faire qu'attendre 45 minutes (au bas mot), nous repartons pour la Tate Modern. Pour une fois que Paul demande à visiter un musée, nous n'allons pas le décevoir… enfin, il sera déçu, mais nous n'y sommes pour rien : les tableaux d'Andy Waroll ne sont plus exposés dans ce musée.

À la sortie, nous profitons du grand soleil qui s'est installé : prenons le Millenium Bridge (justement celui qui est détruit par les mangemorts dans le 6e tome) et gagnons la cathédrale St Paul. C'est au pied de celle-ci que l'on peut acheter les billets pour la London Tower sans faire la queue.

24 octobre2

Puis nous déambulons au hasard des rues (enfin, vers le nord-ouest), rencontrant de sympathiques pubs, la cour royale de justice (en français dans le texte), le British museum. Lorsque nos pieds refusent d'aller plus loin, nous reprenons le métro pour rentrer. La fatigue commence à se faire sentir, nous avons mal aux pieds, au dos… mais là, surprise : nous sommes bloqués au portillon.

24 octobre324 octobre424 octobre524 octobre6

C'est là que nous voyons la différence avec le métro parisien. Un agent est posté auprès des portillons, avec un badge "assistance". Son rôle équivaut à celui d'un contrôleur, puisque nous n'avons jamais vu quelqu'un sauter le portillon (l'amende encourue est de 80 £, ça calme !). Ce monsieur s'approche, nous expliquons que nous avions ce matin plus que le plafond d'une journée zones 1-9, il nous emmène au guichet, demande à sa collègue de faire l'historique de notre journée, elle remarque que nous avons pris le train à 8h30, soit en heure de pointe, le plafond n'est plus le même ! Elle nous demande donc où nous allons, jusqu'à quand nous restons à Londres, et nous calcule le montant à recharger jusqu'à la fin de notre séjour, tout ceci avec un grand sourire. Nous en profitons pour demander si nous pourrons récupérer nos cautions sur la carte bancaire ; pas de souci, dit-elle. À aucun moment, nous ne nous sommes sentis soupçonnés de fraude, nous aurons hélas l'occasion de comparer avec la RATP le lendemain…

 

 

 

Posté par Agdel à 19:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


27 octobre 2013

Welcome to London - Day 3

Aujourd'hui, c'est le grand jour : nous partons pour le monde des sorciers ! Nous avons réservé nos places depuis longtemps déjà sur le site (compter une bonne semaine) en choisissant un horaire matinal : 10 heures. Bon choix, nous le vérifierons en voyant la file d'attente à notre sortie. Mais c'est tout un périple pour arriver jusque-là : le métro jusqu'à St Pancrass, un petit trajet à pied pour rejoindre Euston Station, puis prendre un train de banlieue jusqu'à Watford Junction où nous attendra le Magicobus la navette des studios Warner.

(Il est possible d'acheter des billets combinés Navette depuis Victoria Station-Visite des studios, avec un surcoût de 30 livres environ, bien plus que le trajet par transports en commun. Tout est expliqué — et du coup, je comprends maintenant pourquoi nous avons dépassé notre solde Oyster Card ce jour-là en prenant le train à 8h30)

6h30, debout ! (Le décalage horaire nous est favorable, sur ce coup-là) Un bon petit breakfast pour tenir le coup jusqu'en début d'après-midi et c'est parti, nous devons prendre le train de 8h24 et il nous faut trouver la gare… 

8h50, nous apercevons le bus qui nous attend, nous serons largement à l'heure pour la visite (prévoir d'arriver aux studios 20 minutes avant l'horaire des billets).

24 octobre0124 octobre02

 Aurore compare ses mains à celles d'Hermione. En attendant d'entrer, nous examinons dans les moindres détails le placard sous l'escalier.

24 octobre0324 octobre04

Ensuite, après un petit discours incompréhensible d'un présentateur (il parlait beaucoup trop vite), nous avons droit à un petit film pour nous mettre en haleine, avant d'entrer enfin dans la Grande Salle.

24 octobre0624 octobre07

Le temps de visite est limité dans cette première salle, mais très large quand même. Puis nous passons dans un espace immense où sont installés de nombreux décors du film : la salle commune de Gryffondor, le dortoir des garçons, le Terrier (maison de la famille Wesley — décor reconstruit car il est détruit dans le dernier film), le bureau de Dumbledore, la cabane de Hagrid, le bureau d'Ombrage, la salle de potions, l'entrée du ministère de la magie… quelques activités sont proposées aux enfants : agiter des potions, apprendre à lancer des sorts avec sa baguette, et bien sûr monter sur un balai (avec photo payante à la sortie). Il y a tant d'objets exposés que je ne pense pas que nous ayons réussi à tout voir !

24 octobre1025 octobre125 octobre225 octobre325 octobre425 octobre5

Les tableaux sont des portraits des producteurs, scénaristes, décorateurs… une vitrine est consacrée aux Horcruxes, une autre aux journaux, plans, lettres. Au milieu trône l'imposant monument à la dédié à la puissance de la magie, installé dans le ministère lors de la prise de pouvoir par les mangemorts, tout à fait dans le style de la propagande communiste.

25 octobre725 octobre6

Et nous voilà dehors ! Aurore va frapper chez les Dursley, pour demander si Harry est là. Les enfants tentent de prendre la route au volant de la voiture volante, du side-car de Hagrid, du Magicobus, sans succès… nous n'avons pas assez de pièces pour prendre un verre de bièraubeurre aux Trois balais (dommage, j'aurais aimé goûter, mais 3 £ le verre !). Alors nous poursuivrons notre visite, avec une salle consacrée aux masques , perruques et effets spéciaux, dont le Monstrueux livre des monstres, qui tente de vous mordre quand vous approchez la main.

24 octobre1324 octobre0524 octobre1124 octobre12

25 octobre2125 octobre2225 octobre2325 octobre2425 octobre2525 octobre26

Nous empruntons ensuite le Chemin de traverse, assez inquiétant.

24 octobre 1124 octobre 1224 octobre 1324 octobre08

Découvrons les épures, plans et maquettes, dont la maquette du château au 1/13e (elle remplit une très grande pièce) qui a servi à tourner tous les plans larges ; puis la boutique Olivander, spécialiste en baguettes magiques. Les rayons en contiennent des milliers toutes étiquetées au nom de leur propriétaire (y compris celle de J-K. Rowling)

24 octobre 1724 octobre14

Un petit passage par la boutique qui propose de tout (baguettes magiques, capes, robes, pulls, écharpes de chacune des maisons, friandises, livres, cire à cacheter, Nimbus 2000, peluches — de belles araignées, brrr — objets magiques). J'aurais bien craqué pour un retourneur de temps, mais le vendeur ne pouvait pas me garantir qu'il fonctionnait, dommage !

24 octobre124 octobre7

24 octobre6

Nous essayons au passage les baguettes magiques de nos rôles à l'anniversaire (Marie choisit celle du professeur Chourave, en toute logique)… sans effet, nous ne sommes pas doués pour la vraie magie.

24 octobre224 octobre324 octobre524 octobre09

 Aurore essaie une robe de Poufsouffle (sa maison sur Pottermore, tout à fait adaptée à sa personnalité ! Paul a été envoyé à Gryffondor, la maison de ceux qui agissent avant de réfléchir, très juste aussi. Je n'ai pas tenté moi-même, trop peur de tomber sur Serpentard !)

 24 octobre8

Dans le hall, la foule est importante, je me demande ce que ça donne en pleine saison.
Il est temps de repartir, Londres nous attend !

Posté par Agdel à 19:38 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

26 octobre 2013

Welcome to London - Day 2

Après une bonne nuit (“Homely and quiet close”, on ne nous a pas menti), wake up, the breakfast is ready !

 

22 octobre1

(si, si, ça passe très bien avec le thé ou le chocolat, les haricots en boîte froids !
En revanche, le pain de mie aux céréales était un vrai étouffe-chrétien)

Aujourd'hui, nous emportons les parapluies, direction les beaux quartiers !

22 octobre2

Passage devant Harrod’s (fermé à cette heure matinale) pour rejoindre le Natural history Museum. 

22 octobre3

Là encore, il sera impossible de tout voir, nous commençons par la partie consacrée à la géologie (avec une collection extraordinaire de pierres précieuses, entre autres) avant de nous diriger vers le grand hall et ses dinosaures (et ses hordes d'écoliers et de collégiens dans leurs uniformes, plus ou moins chics : pulls et bas de joggins ou pantalons-jupes plissées, blazers et cravates, écusson de l'école pour tous). L'architecture néo-gothique du bâtiment vaut la visite, ainsi que le T-Rex animé (même pas peur !). Les enfants, qui visitent au pas de course (mais réussissent pourtant à tout voir) ont eu le temps de faire une étape au Darwin Center… bref, une visite qui pourrait s'étaler sur 3 jours tant les collections sont riches et bien mises en valeur.

22 octobre422 octobre522 octobre622 octobre722 octobre8

Nous n'avons pas pris d'audio-guides en français et n'avons pas encore le réflexe de télécharger sur internet des explications ou visites guidées en mp3 (pourtant, ça permet de réaliser de belles économies) — il faut dire que nous n'avons guère eu de temps libre avant de partir… mais finalement, je ne regrette pas, nos visites ont été ainsi parfaitement libres et chacun a pu améliorer un peu son anglais (en tout cas, j'ai fait l'effort de lire les panneaux, voire écouter parfois certains guides qui se trouvaient là).

Nous sortons affamés et nous mettons en quête d'un magasin d'alimentation… malheureusement, le quartier est essentiellement composé de musées et ministères. Il nous faut marcher pendant une bonne demi-heure pour apercevoir quelques passants porteurs de sacs Waitrose. Nous les guettons, suivons leurs traces à rebours ; nous voilà sauvés ! Petits pains, jambon, cheddar, un sachet de crudités.  Nous apercevons un square, tentons sans succès d'y entrer : il faut un badge magnétique. Direction Hyde Park, donc, à un quart d'heure de marche. Notre pique-nique est assez rapide, il pleut, pas assez pour ouvrir les parapluies, assez pour être désagréablement mouillés. J'avais promis à Aurore qu'elle verrait des écureuils, il nous faut un certain temps pour en apercevoir un, filant au coin d'un rosier. Puis nous traversons une pelouse et là, ce sont trois, quatre écureuils qui s'approchent prennent la pose en nous voyant sortir nos appareils ; c'est tout juste s'il ne viennent pas nous taper sur le bras pour obtenir un morceau de shortbread, quels effrontés !

23 octobre4

L'après-midi est consacré à la visite du Victoria & Albert Museum, immense bâtiment une fois encore, riche en objets décoratifs de toutes sorties, de tous les continents et de toutes les époques. À l'entrée, une exposition consacrée à la mode nous retient un bon moment : j'ai pensé au défi "plis" de Casa et me suis amusée à photographier des plis et fronces de toutes sortes.

23 octobre3

Il y a aussi des tableaux, des sculptures, de la ferronnerie, des bijoux, des dessins, de la porcelaine, de l'orfèvrerie, de la tapisserie… la section "Asie" comporte des objets datant de - 3000 à… nos jours, comme ces tasses créées en 2010

23 octobre2

23 octobre1

 J'avais fixé le rendez-vous de fin sous ce lustre, sans savoir que la zone serait inaccessible une heure plus tard, pour cause d'installation de tables en vue d'une réception, mais nous avons réussi à tous nous retrouver.

 

En fin de journée, il nous fallait encore trouver de quoi dîner ; nous avons donc entrepris de retrouver le Waitrose de midi, un peu à l'aveuglette, et c'est avec les pieds en compote que nous avons repris le métro, en pleine heure de pointe, misère ! Ceci dit, nous avons entendu parler des pannes du métro londonien, mais tout a toujours parfaitement fonctionné. Jamais nous ne sommes restés à attendre plus de 3 minutes sur le quai. Nous n'avons pas compris le système de tarification, en revanche (c'est comme pour le système politique belge : si vous avez compris la tarification des transports de Londres, c'est qu'on vous a mal expliqué !). En principe, on paie au trajet, avec un plafonnement à la journée, mais le plafond dépend des zones traversées, du fait de circuler en heure de pointe ou pas, du fait d'emprunter telle ou telle ligne… nous nous sommes trouvés ainsi bloqués à la fin d'une journée, alors qu'on nous avait annoncé que nos trajets ce jour-là seraient plafonnés à 15,60 £ et qu'il nous restait 15,90 £ sur nos cartes le matin (visiblement, la personne au guichet ne comprenait pas plus que nous la grille des tarifs !). Mais dans chaque station, un agent d'assistance est posté près des tourniquets. Assistance, pas contrôle ! La différence est notable, lorsque le portillon sonne, au lieu de se précipiter sur vous pour vous verbaliser, il examine votre carte, vous conduit jusqu'à la machine (à quelques mètres, pas besoin de revenir loin en arrière), puis jusqu'au guichet où l'on vous expliquera ce qui ne va pas (et évidemment, on vous demandera de payer le complément). Mais malgré que nous ayons tous effectué les mêmes trajets aux mêmes moments, la somme restant sur la carte de Paul le jour du départ était différente des nôtres, totalement illogique !

Posté par Agdel à 18:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

25 octobre 2013

Welcome to London - Day 1

Lundi, 6 h, nous voici dans le train de banlieue (à l'heure, ouf, vu les problèmes des derniers jours, nous pouvions craindre le pire). Une bonne heure plus tard, nous arrivons gare du Nord, première étape de notre périple. Petit-déjeuner, passage des contrôles, un peu d'attente (avec cette impression bizarre d'être à l'aéroport) et nous nous installons à bord de l'Eurostar.

20 octobre120 octobre2

10 h, heure locale, St Pancrass. Nous achetons nos Oyster cards et prenons le métro vers le nord. Première surprise : c'est tout petit ! Deuxième surprise : les stations sont vraiment éloignées, les unes des autres, on ne peut se dire, comme à Paris “deux stations de métro, c'est bon, j'y vais à pied” ; en revanche, une fois dans la station, on arrive très rapidement sur le quai, pas de kilomètres de couloirs et d'escaliers. À la sortie, nous errons durant quelques minutes (mais où sont donc indiqués les noms des rues ? Pas aux carrefours, en tout cas, se repérer en voiture doit être un enfer…), trouvons enfin notre rue et là, le dépaysement est total : la rue londonienne typique, petites maisons de briques, toutes semblables, box-windows et jardinets.

20 octobre320 octobre4

Un tour au Sainsburys du bout de la rue, quelques sandwiches et nous voilà repartis vers Picadilly Circus, Regent Street et ses magasins de luxe (dont une boutique de thés et chocolats où l'on peut déguster dans de minuscules verres, irrésistible !), le Parlement (qui ne se visite pas ce jour-là car les députés sont au travail), Westminster Abbey, la Tamise et le London Eye, avant d'entrer à la National Gallery pour une visite de quelques salles (les musées nationaux de Londres sont gratuits — on vous suggère une libre participation — mais immenses ; impossible de tout voir en une seule fois. Nous avons vite pris le parti de fixer une heure de fin et de laisser les enfants déambuler librement de leur côté).

20 octobre5 20 octobre6

20 octobre720 octobre8

La nuit va tomber, retour vers Regent Street pour trouver le magasin Liberty (à mon grand étonnement, c'est un grand magasin (tout en boiseries et colombages, superbe) et les tissus ne représentent qu'une infime part des rayons), avec un petit passage obligé par la boutique M&M's.

20 octobre9

Levés depuis 5 h et ayant parcouru des kilomètres, nous sommes bien contents de retrouver notre petite maison… ahem, un mot sur la porte : nous avions soigneusement fermé les portes à clé en partant, celle de l'appartement et celle sur la rue, et avons malencontreusement enfermé notre voisine (la serrure n'est accessible que de l'extérieur), une étudiante qui n'a pu se rendre en cours cet après-midi-là ! Nous nous confondons en excuses, nous ignorions la subtilité des serrures anglaises…

Quelques vues de notre sweet home :

21 octobre121 octobre2

21 octobre321 octobre4

Charming, isn't it ?

Si vous souhaitez vous aussi séjourner à l'étranger sans dépenser des fortunes en petits déjeuners et restaurants (parce qu'avec des enfants de plus de 12 ans, c'est pour 4 adultes qu'il nous faut payer, en plus de 2 ou 3 chambres d'hôtel), nous avons trouvé notre bonheur sur ce site. Juste un bémol : les frais de ménage (60 £) ajoutés après-coup, nous aurions préféré le savoir lors de la réservation, plutôt que la veille du départ ! (le site précisait juste que “certains frais” pouvaient être appliqués en plus)

 

 

Posté par Agdel à 11:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

25 septembre 2013

Se souvenir des belles choses

À l'instar d'Anne, de Mamanlit, de Loulou, de La Punaise, … se remémorer un moment parfait des dernières vacances.

Parce que ce soir, je vis un petit moment presque parfait… il fait beau, le déménagement touche à sa fin (si, si, on y croit ! Même si j'ai vraiment l'impression de jouer au Tetris en taille réelle : faire rentrer les meubles de 52 m2 dans les 73 m2 restants, déjà pourvus de leurs meubles, sans que ça ne devienne invivable, un vrai défi), je savoure le calme après une journée très bruyante au bureau, le violoncelle de Marie jouant Saint-Saëns derrière moi (non, il ne joue pas tout seul, le violoncelle, il y en a, des heures de boulot, pour en arriver là), mes trois véhicules presque remis en état de marche…

Fin août, nous avions donc : une voiture qui fait un bruit de ressort cassé sur la roue arrière quand on passe une bosse + un bruit de moto, vu que le pot est à changer + pas de bruit du tout en cas de danger, vu que l'avertisseur ne fonctionne plus – retour de vacances en croisant les doigts pour que rien ne nous lâche sur la route… vu l'état des finances (retour de vacances et les prochaines déjà réservées, travaux de l'été et accompte sur les travaux de l'automne, violoncelle et alto changés), nous décidons d'attendre un peu pour décider de son sort, et voilà que l'autre, jalouse, se met à faire un bruit de moto elle aussi ! Nous commençons par faire réparer la voiture qui est encore sous garantie, moyennant trois passages au garage, qui n'est pas vraiment la porte à côté… (oui, achetez une voiture française, ça sera plus facile pour avoir des pièces, qu'ils disaient… 12 jours plus tard, la pièce, on l'attend encore ! En attendant, elle roule, heureusement). Puis vient le tour de l'autre, je la confie à notre garagiste préféré, avec des larmes dans la voix… il nous appelle le lendemain : le bruit, il ne sait pas, mais rien de grave, il a tout vérifié ; le pot, ça peut attendre qu'on ait payé le peintre ; le klaxon, des fils à rebrancher. Je lui ai laissé ce matin un chèque de… 38 euros (j'aime mon garagiste !)

Et le troisième, direz-vous ? Eh bien lundi, j'ai trouvé mon vélo à plat ! Ah, ces maudits morceaux de verre sur la piste cyclable, ai-je maugréé en poussant mon vélo de la gare à la maison… même pas, j'ai trouvé le coupable :

 25 septembre325 septembre4

Pour tout vous dire, je ne suis pas allée plus loin car le dernier a avoir réparé un pneu dans cette maison a omis de signaler qu'il avait utilisé la dernière rustine, grrrr ! Mais bon, je suis tout simplement soulagée, ce soir

 

Un moment parfait de cet été ? La dernière randonnée, avec notre ami Christian, qui nous a menés là où nous ne pensions pas être capables d'arriver, alors que l'entraînement des deux semaines passées nous avait rendus bien plus endurants qu'au début. Deux cols franchis, quelques lacs sur le bord du chemin et des bouquetins qui prennent la pose.

26 septembre126 septembre2

 

Posté par Agdel à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 août 2013

Vacances : le bilan

On peut dire que tout s'est passé comme prévu : nous avions gravi des pentes, franchi des torrents, admiré des fleurs magnifiques (un effet du printemps tardif), cueilli quelques framboises et myrtilles, marché sur la neige, croisé et salué des centaines de randonneurs, trois ânes et un mulet, approché deux bouquetins pas farouches, vu de loin quelques marmottes, bu aux fontaines, souffert de courbatures (ah, la première longue descente !), soigné nos coups de soleil (ah, le petit vent frais sur la ligne de crête !), trempé nos pieds dans les lacs glaciaires (et glacés)

20 août0120 août04

20 août0920 août10

Le trajet aller, passant par le Jura (pour récupérer Marie sur son lieu de camp), certes un peu long, nous a permis de rouler en cette journée "noire" sans l'ombre d'un bouchon.

20 août1020 août11

20 août1220 août18

Deux jours de pluie nous ont permis d'amirer les incroyables fresques du XVe siècle dans l'église et la chapelle de Pamplinet, puis d'aller à Turin, pour le dépaysement, les églises baroques, la pizza "à la découpe", l'espresso servi avec son petit verre d'eau gazeuse, les glaces… en prime, nous avons visité le fabuleux musée égyptien (deuxième au monde après celui du Caire !). Et bien sûr, au retour, arrêt obligatoire à Oulx pour faire le plein de pâtes, pesto (sans huile de tournesol), parmesan…

20 août0520 août07

20 août0620 août08

Effets positifs de ces deux semaines, la fatique s'en est allée (pour combien de temps ?) et avec elle, mes troubles de mémoire et mes fautes de frappe ; mes nuits sont calmes et sans réveil intempestif ; celles qui en avaient besoin (non, je ne citerai pas de nom) ont perdu 3 kg (eh oui, l'effort physique paie !), dommage que ça ne dure pas plus longtemps !

20 août1320 août16

20 août1720 août19

J'ai découvert par hasard quelques astuces qui peuvent toujours servir, en vrac :

Pour enlever des taches de résine (ma fille s'est assise au camp sur un tronc d'épicéa fraîment ébranché) : le dissolvant à ongles est miraculeux ! (peut-être que l'eau écarlate fonctionne également, mais j'ai fait avec ce que j'avais sous la main)

20 août14

Dans les tourbières au bord des lacs de montagne, si vous trouvez de la lime-aigrette, elle sera souvent accompagnée de ciboulette

20 août15

20 août2020 août21

20 août2220 août23

 

Posté par Agdel à 18:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

15 juillet 2013

Jours d'été

En direct de mon atelier-sauna (je suis dans les combles du garage), la solution aux petites devinettes des dernières semaines :

L'archet est fabriqué avec des crins de cheval parce que… la jument urine sur sa queue !

Et pour perdre son caleçon en courant, il suffit de filer sous la douche, le jogging terminé, en enlevant tous ses vêtements en vrac, puis de les remettre rapidement la semaine suivante sans remarquer que le caleçon est resté dans la jambe de pantalon (je vous assure qu'on a eu du mal à recomposer le scénario !)

Couture intensive cette semaine, assortie du démarrage des travaux dans la chambre des filles. Pour affronter ce programme, nous avons repris des forces au chaud soleil de la Normandie, la preuve en images :

14 juillet0114 juillet04

L'expo de photos en bord de mer, un rendez-vous annuel qui m'enchante à chaque fois

14 juillet0314 juillet05

Un garçon pas très content que ses bourreaux de parents le traînent au musée…

14 juillet0814 juillet0914 juillet10
14 juillet07

… et ravi au retour car… le musée est fermé le 14 juillet ! *

14 juillet1314 juillet11

Un vaisseau fantôme qui surgit du brouillard

14 juillet1514 juillet16

 * mais ce n'est que partie remise, puisque nous retournons samedi prochain récupérer notre progéniture

Et puis, en attendant les coutures qui sont encore sous le pied de ma machine, j'ai fait une petite compilation des recherches qui aboutissent ici : aux grands classiques "balai de coiffeur", "crottes de lézards" et "robe de communion" s'ajoute désormais l'anniversaire Harry Potter, je pouvais m'en douter… mais d'autres recherches m'ont interpellée

sous vetement homme pourcanicule : Je vois bien mon mari en petite culotte Chantal Thomass la prochaine fois qu'il fera 40 °C… on n'a pas fini de rire ! (et puis, ça se cache encore mieux qu'un caleçon dans le jogging, non ?)

Peut-on recoudre le temps qui file ? : Ah, comme j'aimerais !

agdel : je suis allée vérifier et j'arrive enfin première pour cette recherche, youpi ! Parce que le jour où j'ai découvert qu'un fabricant de salons marocains avait pris mon nom, j'étais un peu contrariée…

fabriquer un sac à pique nique
sac a pique nique couture
: ce n'était pas une légende, alors, un jour, la pluie allait s'arrêter et on allait pouvoir programmer un pique-nique ?

peut on manger du parmesan rapé moisi : ah, au moins c'est clair, mes recettes de cuisine ont trouvé leur public !

les+pannes+du+volant+de+la+machine+à+coudre+mécanique+Singer : Bravo, voilà quelqu'un qui sait faire une recherche ! Pas de chance, je n'ai plus de mécanique Singer depuis 30 ans et le volant n'est jamais tombé en panne à l'époque.

attraper les lapins avec un filee : je ne sais pas si c'est la meilleure méthode, les lapins, ça ronge les fils, non ?

patron pour housse de djembé
couture : housse djembé
: Il y a une mode subitement, un engouement pour le djembé ?

adieu monsieur le professeur ses une chanson triste : Oh oui, c'est triste ! Un soir, nous l'avons chantée lors d'un départ en retraite et fait pleurer la maîtresse, alors je ne m'y risque plus…

 

 

 

Posté par Agdel à 07:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 mai 2013

Collection “voyage” 2013

« Il faudrait une housse pour l'ordinateur pour nos vacances d'avril » m'a dit mon mari le mois dernier. En effet, nous avons acheté un petit ordinateur portable d'occasion qui n'avait pas de housse et nous avions réservé une chambre d'hôtes “avec wifi”. En fait, la connection a fonctionné juste quelques heures, à condition d'être assis devant la porte de la chambre, pas très confortable… les vacances ont été judicieusement choisies : dans le Parc naturel du Morvan, avec son climat si riant… rivière sortie de son lit, routes inondées…

8 mai4 8 mai1
à gauche, le canal, à droite, la rivière,            le sentier de randonnée, un peu mouillé
au milieu… c'était la route

8 mai2 8 mai3
à défaut de visiter les grottes (inondées)        à voir la mousse sur les tiges des arbustes,
nous avons longé les abris sous roche            l'humidité doit être assez persistante, ici !

… journée de vendredi sous une pluie tenace ; nous nous sommes réfugiés, sur les conseils de notre logeuse, dans ce petit musée qui vaut la visite, puis dans la basilique où nous n'avons pas tenu longtemps tant il faisait froid ; après un repas réconfortant, près du poêle, dans une petite auberge, nous avons rendu visite à Vauban et puis… il était 15 heures, pas envie de visiter un autre château, pas de cinéma ouvert à moins de 50 km… nous avons fini dans une cafétéria autour de chocolats chauds, c'est bien la peine de voyager ! La pluie a consenti à s'arrêter en fin de journée, pour nous permettre de pique-niquer au bord du canal. Enfin, ce voyage n'avait pas été programmé au hasard, nous devions récupérer Marie à la fin de son stage de violoncelle ; comme prévu, elle était triste de partir et s'était couchée très tard la veille (ce qui donne toujours un concert un peu aproximatif le samedi midi)

Mais l'ordinateur, direz-vous ? Eh bien, il a voyagé bien au chaud dans sa housse :

6 mai16 mai2
Motifs de Voili Voulou : pomme et poire.

6 mai3
Suite de la collection dans les jours à venir, avec un sac de voyage et des housses pour d'autres appareils nomades.

 

 

Posté par Agdel à 16:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 janvier 2013

Vœux, rois, vacances… en vrac

Ouh là, que le temps est vite passé ! On s'absente une semaine à la montagne et hop, on a changé d'année sans s'en rendre compte, les rois mages sont passés et déjà repartis… j'ai même loupé le P'tit défi Vivienne Westwood, mais si vous voulez voir toutes les réalisations, c'est chez Casa.

Je viens donc vous souhaiter une très belle année 2013, pleine de découvertes, d'émotions, de créativité, de gourmandise, de beauté, d'affection, de soleil, d'amitiés, de belles rencontres, de richesses de toutes sortes !

 Côté galette : je n'ai pas encore fait la mienne, après la galette dégustée à la montagne, celle mangée dimanche lors d'une invitation et celle de notre groupe musical du lundi soir… on va faire une petite pause ! Ce matin, la boulangère clamait haut et fort qu'il y a des fèves dans les galettes individuelles : l'an dernier, une cliente est venue lui réclamer le remboursement de sa couronne suite à une dent cassée… J'ai manqué d'à-propos : une dent cassée sur un biscuit à la noisette (j'aurais dû attaquer LU), une autre sur un croûton de pain (et hop, pour le boulanger, celle-là), une troisième sur un caillou trouvé dans une tarte aux framboises (au tour d'un pâtissier de Haute-Loire), une autre ébréchée à force de couper mon fil avec les dents (là, ma dentiste m'a bien sermonnée, mais j'aurais pu me retourner contre Guterman)… avec tous ces frais dentaires économisés, j'aurais pu m'acheter une recouvreuse, une machine à coudre haut-de-gamme, que sais-je encore ?

Et les vacances ? Ah ! Repos (forcément, quand il fait nuit à 17h…), repas (raclette, comté, saucisse de Morteau, jambon fumé, parfaitement équilibré tout ça), ski par tous les temps et sur toutes les surfaces (sauf le verglas, vu les températures), bons moments partagés en famille et entre amis… Cette fois, tout le monde s'est mis au ski de fond, ce qui nous a épargné le stress d'arriver à l'heure aux cours de ski et a grandement diminué le poids du matériel (et son coût). Aurore a chaussé ses skis et monté ses premières pentes comme si elle l'avait fait toute sa vie (il faut dire que la neige molle, ça aide…), de sorte que nous avons pu profiter les uns des autres sans avoir à faire deux groupes. Il paraît même que j'ai pris des couleurs (avec une seule journée ensoleillée, je me demande bien comment…)

metabief

Posté par Agdel à 19:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

14 novembre 2012

Alors la Belgique, c'était comment ?

C'était…

pas trop loin : un réveil à 7h30 jeudi, petit déjeuner à la maison avant le départ, et vers midi, nous étions à Gand. Retour chez nous à 16h30 après le Stoffenspektakel de Courtrai, une bonne surprise…

lumineux, avec une météo bien meilleure que celle annoncée, juste un peu de bruine samedi matin et de pluie samedi soir.

13 novembre113 novembre2

riche en musées, en moyenne 3 ou 4 par jour, vive le pass Musea Brugge : pas d'attente, pas d'argent à débourser à chaque entrée ! Au menu, le beffroi, les peintres flamands, la dentelle, l'archéologie, les anciens hôpitaux (et leur chirurgie aproximative). Nous ne sommes pas retournés au château de Gand, je n'ai pas le meilleur souvenir du musée de la torture qui y est installé…

13 novembre113 novembre2

pas équilibré du tout question nourriture, les restaurants sont très chers dans cette région, les snacks également, nous avons bien abusé des frites, fricadelles, gaufres… avec quelques incursions dans la gastronomie flamande, tout de même (waterzoï, carbonades, flamiche), un peu de bière pour faire passer tout ça (la carafe d'eau n'existe pas et l'eau en bouteille est plus chère que la bière ou le soda !) et une petite folie avec un goûter très chic au salon de thé (les chocolats servis avec les boissons ont été engloutis avant que je pense à sortir l'appareil photo)

13 novembre113 novembre2

usant pour nos chaussures, nous avons marché des kilomètres, pas mal piétiné également

13 novembre113 novembre2

gourmand : dans nos bagages, quelques douceurs, quelques bières à goûter… mais nous n'avons pas retrouvé la pâtisserie dénichée il y a 10 ans, qui faisait de délicieux spéculoos

13 novembre213 novembre3

Nous avons même eu droit à notre petite manif habituelle : à Albi, nous avions eu le défilé des syndicats contre la réforme des retraites, à Barcelone, une grande manifestation contre l'austérité et à Gand, c'étaient les étudiants des Beaux-arts (à en juger par leurs blouses) qui défilaient, bières à la main… (rien compris aux slogans, je ne parle toujours pas le flamand et j'ai renoncé à le faire comprendre aux commerciaux de Bernina qui m'envoient inlassablement leurs pubs…)

13 novembre413 novembre5

 

 

Posté par Agdel à 10:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :